Wiki-SIDES

Espace des référentiels de spécialités pour SIDES

Outils pour utilisateurs

Outils du site


sides:ref-trans:imagerie:item_302:start



Item 302 (Imagerie) - Tumeurs de l'œsophage

Item 302 - UE 09 - Tumeurs de l'œsophage

  • Diagnostiquer une tumeur de l'œsophage.

Généralités

La dysphagie est le symptôme de découverte le plus fréquent. Le diagnostic est fait par une endoscopie œsophagienne associée à des biopsies tumorales.

Stratégie d'exploration en imagerie

L'imagerie n'intervient pas dans le diagnostic mais dans le bilan d'extension de la maladie. En cas de tumeur maligne (carcinome épidermoïde ou adénocarcinome), le bilan d'extension a pour but d'évaluer la résécabilité de la tumeur et de définir la stratégie thérapeutique (radiochimiothérapie adjuvante ou néo-adjuvante).

C'est l'écho-endoscopie et le scanner (fig. 1) qui définiront la classification TN sur laquelle repose la décision thérapeutique. L'écho-endoscopie appréciera au mieux la classification T (à l'exception de T4) et N (à l'exception de quelques adénopathies distantes). Le scanner recherchera une extension aux organes de voisinage (T4) et l'existence de métastases (ganglionnaires sus-claviculaires ou cœliomésentériques), ou viscérale.


Fig. .1 Carcinome épidermoïde de l'œsophage : scanner au temps artériel après injection IV de produit de contraste iodé.

Coupes axiale (A) et sagittale oblique (B). Le cancer apparaît comme un épaississement de la paroi œsophagienne responsable d'une sténose. Le contact avec l'aorte fait suspecter l'envahissement. La coupe sagittale oblique permet de mesurer la hauteur de la lésion (flèches) et d'analyser les rapports anatomiques indispensables pour préparer la résection chirurgicale.


La TEP-TDM au FDG peut aussi être indiquée dans le cadre du bilan préopératoire pour dépister les métastases (fig. 2) ; l'examen sert également de référence pour apprécier l'efficacité thérapeutique lors du suivi.


Fig. 2 Images TEP-FDG (A,C) et TEP-FDG fusionnées à la TDM (B,D) en coupes axiales réalisées dans le cadre du bilan d'extension d'une tumeur du tiers inférieur de l'œsophage (flèche) montrant une hyperfixation (tête de flèche) en regard d'un ganglion cœliaque (SUVmax = 4,3) s'avérant être une extension de la néoplasie et classant la maladie M +.


Sémiologie d'un cancer de l'œsophage au scanner

A Tumeur

La tumeur apparaît comme une sténose œsophagienne. La paroi de l'œsophage est épaissie, souvent de façon asymétrique, circonférentielle ou non. On appréciera la hauteur de la tumeur et sa localisation précise par rapport aux organes de voisinage. L'importance de la dilatation d'amont sera le reflet de la sévérité de la sténose.

B Envahissement local

La graisse péritumorale pourra être infiltrée (tumeur T3) mais la pauvreté de la graisse médiastinale fait que ce signe est peu performant. L'envahissement à la plèvre, à la trachée, à l'aorte, au péricarde et aux corps vertébraux sera suspecté sur la disparition du liséré graisseux entre la tumeur et cette structure.

C Envahissement ganglionnaire

Des ganglions péritumoraux, le long des différentes chaînes ganglionnaires médiastinales, pourront être visibles.

D Extension métastatique

Les sites métastatiques les plus fréquents sont le poumon, le foie et l'os.

sides/ref-trans/imagerie/item_302/start.txt · Dernière modification: 30/04/2018 13:55 (modification externe)