Wiki-SIDES

Espace des référentiels de spécialités pour SIDES

Outils pour utilisateurs

Outils du site


sides:ref:anesthrea:item_330:clinique

4. Examen clinique

L’examen clinique du traumatisé crânien grave s’inscrit le plus souvent dans le cadre de l’examen d’un patient polytraumatisé. L’examen général est donc systématique, appareil par appareil.

Nous ne présentons ici que les spécificités liées au traumatisme crânien.

Interrogatoire du patient et/ou des témoins

  • Antécédents médico-chirurgicaux, traitements en cours (notamment ceux modifiant la crase sanguine).
  • Anamnèse : accident de la voie publique ou chute, énergie cinétique en cause, mécanismes intervenant dans la genèse du traumatisme crânien (traumatisme direct, décélération), perte de connaissance, symptomatologie ayant éventuellement précédé le traumatisme crânien.

Examen traumatologique

  • Inspection et examen de la face : bilan des lésions pouvant atteindre les différentes parties de la face à la recherche notamment d’une urgence vitale liée à l’obstruction des voies aériennes supérieures ou d’une urgence fonctionnelle liée à une atteinte de l’œil ou de ses annexes (examen endo/exobuccal, plaies de la face, fracture de la mandibule ou de la face)
  • Inspection et examen du crâne : plaie de scalp avec hémorragie associée, embarrure, plaie cranio-cérébrale
  • Recherche d’écoulements : rhinorrhée, épistaxis, otorrhée, otorragie

Examen neurologique

L’examen neurologique s’attachera plus spécifiquement, au sein d’un examen clinique général, à évaluer le niveau de conscience du patient et rechercher des signes de localisation.

Conscience

L’évaluation du niveau de conscience du traumatisé crânien se fait au moyen d’une échelle spécifique : l’échelle de Glasgow.

Celle-ci cote les réponses oculaire, verbale et motrice du patient à des stimulations standardisées (cf. tableau).

Le score maximal est de 15/15 et le minimal de 3/15.

Le traumatisme crânien est dit mineur pour un score supérieur à 14, modéré pour un score entre 9 et 13, grave en cas de score inférieur ou égal à 8.

Il convient de garder à l’esprit le caractère dynamique de cette classification, un patient pouvant passer d’une catégorie à l’autre selon les fluctuations de son état de vigilance. La surveillance d’un traumatisé crânien implique donc la réévaluation régulière du niveau de conscience (l’HTIC peut aboutir à une dégradation brutale de l’état de conscience). Il convient également de rapporter séparément chacune des composantes du score (oculaire, verbale et motrice), toutes n’ayant en effet pas la même valeur pronostic.

RéponseCliniqueScore
Occulaire Ouverture des yeux spontanée4
Ouverture des yeux à la stimulation verbale3
Ouverture des yeux à la stimulation douloureuse2
Absence d’ouverture des yeux1
Verbale Adaptée5
Confuse4
Incohérente3
Incompréhensible2
Absence de réponse verbale1
Motrice Adaptée à la demande6
Appropriée à la douleur5
A type de retrait à la douleur4
Réaction stéréotypée en flexion à la douleur3
Réaction stéréotypée en extension à la douleur2
Absence de réaction motrice1

Tableau 1 : Echelle de Glasgow.

Signes de localisation

Un signe de localisation retrouvé à l’examen clinique peut traduire une atteinte focale du système nerveux central et ainsi orienter vers la zone où se trouve localisée une lésion liée au traumatisme crânien (hématome sous ou extra-dural, hématome intra-parenchymateux, engagement cérébral)

  • Orientation des globes oculaires (déviation conjuguée des yeux vers la lésion en cas de lésion hémisphérique)
  • Anomalie de la motricité intrinsèque oculaire (mydriase unilatérale aréactive en cas d’engagement temporal ipsi-latéral)
  • Anomalie unilatérale de la réponse motrice à la stimulation

Item n°330: Orientation diagnostique et conduite à tenir devant un traumatisme cranio-facial

sides/ref/anesthrea/item_330/clinique.txt · Dernière modification: 30/04/2018 13:55 (modification externe)