Wiki-SIDES

Espace des référentiels de spécialités pour SIDES

Outils pour utilisateurs

Outils du site


sides:ref:psy:item_53

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

sides:ref:psy:item_53 [30/04/2018 13:55]
sides:ref:psy:item_53 [30/04/2018 13:55] (Version actuelle)
Ligne 1: Ligne 1:
 +====== Item 53 - Développement psychomoteur ======
 +
 +**Points Clés : **
 +  * Evaluation globale, précoce, répétée.
 +  * Motricité globale et fine, sphincters, alimentation,​ sommeil, langage, intelligence,​ observation du comportement,​ relation enfant-parents,​ relations enfant-pairs.
 +  * Carnet de santé, courbe de croissance.
 +  * Dysmorphie.
 +  * Retard homogène ou inhomogène.
 +  * Syndrome autistique.
 +  * Prise en charge précoce, individualisée et globale.
 +
 +===== 1. Introduction : pour comprendre =====
 +
 +L'​évaluation du développement psychomoteur appartient aux bases de l'​examen d'un enfant, aussi bien en pédiatrie qu'en pédopsychiatrie. Il s'agit en effet du reflet de son évolution physique et psychique, ces deux composantes étant intimement liées l'une à l'​autre. ​
 +Le développement psychomoteur est la résultante d'​interactions entre la maturation du système nerveux, les expériences sensorielles,​ les échanges avec l'​environnement,​ et donc lié à l'​affect et au social. ​
 +Ce développement est soumis à 3 grandes lois :
 +  * la loi de différenciation,​ l’activité motrice étant initialement réflexe donc non maîtrisée,​ globale, et imprécise, et devenant volontaire donc maîtrisée,​ localisée, précise, ​
 +  * la loi de variabilité,​ chaque enfant évoluant à son propre rythme, avec une alternance de phases d’acquisitions et de phases de plateau,
 +  * la loi de succession, ​ elle–même divisée en 2 sous-lois : 
 +    * la loi de développement céphalo-caudale,​ les acquisitions motrices se déroulant du haut vers le bas du corps,
 +    * et la loi de développement proximo-distale,​ les acquisitions motrices se déroulant du centre vers la périphérie du corps. ​
 +L’environnement,​ quant à lui, permet à l’enfant d’avoir confiance en lui et en ses capacités et de les développer,​ en étant suffisamment stable, sécurisant et stimulant. En présentant des caractéristiques inverses, il a tendance à freiner ce développement. L’environnement dans lequel évolue l’enfant se doit donc d’être attentif à ses besoins (alimentaires,​ de sommeil, d’autonomie,​ de protection…) et d’y proposer une réponse adaptée.
 +
 +===== 2. Evaluation du développement psychomoteur et intellectuel =====
 +
 +==== 2.1. Observation ====
 +
 +Regarder l'​enfant dans les bras de ses parents ou en train de jouer : comportement en lien avec l'​autre,​ recherche d'​attention,​ jeux choisis par l’enfant en fonction de son âge, jeu du « faire semblant », exploration de l’environnement par l’enfant...
 +
 +==== 2.2. Anamnnèse ====
 +
 +  * Motif de consultation et personne à l’origine de la demande
 +  * Antécédents familiaux/​génogramme
 +  * Antécédents personnels y compris avant et pendant la grossesse ​
 +  * Histoire du développement de l’enfant
 +
 +==== 2.3. Examen clinique ====
 +
 +Examiner physiquement,​ c'est réaliser les courbes (PMZ) : poids, taille, périmètre crânien, à chaque visite, quelqu'​en soit le motif, puis faire un examen clinique complet.
 +
 +==== 2.4. Méthodes d’évaluation ====
 + 
 +=== 2.4.1. Echelles de développement psycho-moteur ===
 +
 +Différentes échelles permettent une évaluation rapide du stade et de l’harmonie,​ ou non, du développement psychomoteur du nourrisson et de l’enfant. Ces échelles distinguent les acquis moteurs, intellectuels,​ langagiers, socio-psychologiques.
 +L’échelle de Gesell estime un développement psycho-moteur allant de 1 mois à 5 ans.
 +L’échelle de Denver, quant à elle, permet une estimation de 1 mois à 12 ans.
 +
 +=== 2.4.2. Tests évaluant le quotient développement et le quotient intellectuel ===
 +
 +Ces tests sont réalisés par des professionnels,​ psychologues ou neuropsychologues.
 +Le test de Brunet-Lezine estime le quotient développement d’un sujet. Il évalue la motricité globale, la motricité fine, le langage, la cognition, la sociabilité jusqu’à l’âge de deux ans et demi.
 +Le quotient intellectuel mesure l’intelligence d’un individu en évaluant ses compétences cognitives et ses comportements au cours de différentes épreuves. Les tâches réalisées durant le test permettent d’obtenir un QI verbal et un QI performance. Les tests les plus utilisés sont les Echelles de Wechsler : 
 +  * la WPPSI-R de 3 à 6 ans
 +  * la WISC IV de 6 à 16 ans 
 +Les résultats sont appréciés de la façon suivante : 
 +
 +|QI|< 20|20-34 |35-49 |50-70|70-80 |80-90 |90-110 |110-120 |120-130 |> 130|
 +|  |retard mental profond|retard mental sévère|retard mental modéré|retard mental léger|limite|moyen faible|normal|normal fort|supérieur|très supérieur|
 +
 +
 +==== 2.5. Compléter le carnet de santé ====
 + 
 +Tout oubli équivaut à un zéro à un dossier d’ECN.
 +
 +===== 3. Développement psychomoteur de la naissance à 6 ans. =====
 +
 +==== 3.1. Rythme veille-sommeil ====
 +
 +La vie du nourrisson, comme celle de l’enfant, puis de l’adolescent,​ et enfin de l’adulte, est structurée par des rythmes. L’un des plus importants est le rythme veille - sommeil. Celui-ci va connaitre de nombreux changements entre la naissance et l’âge adulte.
 +Pour rappel, le manque de sommeil chez l’enfant ne se manifeste pas nécessairement par une asthénie ou une somnolence diurne excessive. Il faut pouvoir y penser devant des troubles de l’attention et de la concentration,​ une agitation, voire des comportements agressifs.
 +
 +|Naissance|Rythmes ultradiens de 3-4heures.\\ Eveil calme, éveil agité.|
 +|1 mois|Début de la périodicité jour/​nuit.\\ Longs moments d'​éveil,​ 17h-22h.|
 +|3 mois|Meilleure synchronisation jour-nuit.\\ Allongement de la période de sommeil nocturne jusqu'​à 6 à 9heures/​nuit.|
 +|6 mois|15 heures de sommeil par période de 24 heures réparties en 3 à 4 siestes et une longue période de sommeil nocturne.|
 +|12 mois|2 siestes par jour.|
 +|18 mois|Une sieste l'​après-midi|
 +|2 ans|13 à 14 heures de sommeil par période de 24 heures.|
 +|4 ans|Disparition progressive de la sieste.\\ 12 heures de sommeil par période de 24 heures.|
 +|6 ans|Temps de sommeil nocturne inférieur à 12 heures|
 +
 +==== 3.2. Alimentation ====
 +
 +Tout comme le sommeil, l’alimentation est soumise à des rythmes biologiques. L’intrication au rythme veille-sommeil est d’autant plus flagrante au début de la vie, les périodes de veille étant principalement destinées à l’alimentation.
 +Quelle soit maternelle, artificielle ou mixte, seule l’alimentation lactée exclusive convient au nourrisson jusqu’à 4 mois. L’OMS recommande de la poursuivre jusqu’à 6 mois. La diversification alimentaire ne débute qu’entre 4 et 6 mois de vie.
 +Les moments de tétée (qu’elle s’effectue au sein ou au biberon) sont des périodes privilégiées de la relation mère-bébé. Pour le nourrisson, ils permettent de « vérifier » la réponse adéquate de l’adulte à son besoin, de soulager la tension éprouvée liée à la sensation de faim. Pour le parent, la prise alimentaire suffisante et la quiétude du nouveau-né qui s’en suit renforcent positivement sa capacité à comprendre et à prendre soin de son bébé. Ce sont aussi des instants d’échange,​ de tendresse, tissant les liens parent-enfant. ​
 +A nouveau, il est important de soutenir les parents dans l’alimentation de leur enfant, dont la complexité peut conduire à un sentiment d’échec, de frustration,​ à générer et cristalliser de la tension autour de la prise alimentaire. Cela peut avoir des conséquences à long terme sur la relation parent-enfant,​ et pour l’enfant, sur son rapport à la nourriture.
 +
 +==== 3.3. Développement moteur et développement de la préhension ====
 +
 +Comme nous l’avons vu en introduction,​ le développement répond à une loi de succession et à une loi de différenciation. Les compétences motrices s’acquièrent dans un ordre proximo-distal et l’on comprend donc qu’il faut d’abord avoir acquis la tenue de la tête avant d’être en mesure de s’asseoir ! 
 +A la naissance, le nouveau-né a un système nerveux immature, hyperexcitable. Cela se traduit dans sa posture par une hypotonie du chef et du tronc, et une hypertonie en flexion des 4 membres.
 +Grace à la maturation du système nerveux central et périphérique,​ l’hypo et l’hypertonie se corrigent, le nourrisson est plus libre dans ses mouvements, a une meilleure maîtrise de son corps. Ces changements impactent sur son environnement,​ qu’il peut alors mieux explorer, mieux contrôler et gagner en autonomie. Les réponses de l’environnement vont, à leur tour, renforcer les acquis et encourager le développement de nouvelles capacités.
 +
 +=== 3.3.1. Développement moteur ===
 +
 +|Naissance|« **marche automatique** ».|
 +|1 mois|Mouvements asymétriques,​ incoordonnés en décubitus dorsal.|
 +|3 mois|**Tient la tête droite**, petits mouvements salutatoires.|
 +|4 mois|Se retourne dans son lit. Allongé sur le dos, les mouvements de ses membres sont symétriques. Allongé sur le ventre, il s'​appuie sur les coudes, redresse la tête et le torse afin de regarder autour de lui|
 +|6 mois|Tient assis avec un appui dorsal, position de trépied|
 +|9 mois|**Tient assis sans appui**. Se déplace en rampant. Tenter de se hisser debout. Station debout instable.|
 +|12 mois|**Tient debout seul**. Marche tenu par les mains, commence à marcher seul.|
 +|18 mois|**Marche seul**. S'​assied tout seul sur une chaise basse.|
 +|2 ans|**Court**,​ monte et descend les escaliers, sans alterner les pieds.|
 +|3 ans|Tient en équilibre sur un pied quelques secondes. Monte et descend les escaliers en alternant les pieds. Roule à tricycle.|
 +|4 ans|Saute à cloche-pied.|
 +|6 ans|Saute à pieds joints, saute à la corde.|
 +
 +=== 3.3.2. Développement de la préhension ===
 +
 +|Naissance|**Grasping reflex**|
 +|3 mois|Préhension au contact|
 +|4 mois|Tente de saisir un hochet, retire une serviette posée sur sa tête|
 +|6 mois|**Passe les jouets d'une main à l'​autre**|
 +|9 mois|Combine deux jouets. Pince supérieure acquise.|
 +|15 mois|Capable de manger seul, en fermant le poing autour de la cuillère.|
 +|2 ans|**Prise digitale acquise**, tient bien son crayon pour dessiner.|
 +|5 ans|Lace ses chaussures.|
 +|6 ans|Coud avec une grosse aiguille, enroule un fil autour d'une bobine.|
 +
 +=== 3.3.3. Contrôle sphinctérien ===
 +
 +Le contrôle progressif du tonus musculaire du haut vers le bas du corps amène également l’enfant à contrôler ses sphincters vésical et anal. La propreté peut s’acquérir à partir de l’âge de 18 mois. Diurne dans un premier temps, elle est secondairement possible la nuit. Cette acquisition a également un rôle psychologique et social. L’enfant reconnaît la satisfaction de ses parents lorsqu’il est en mesure de maîtriser l’émission d’urine ou de selles, et les désagréments engendrés par les changes.
 +
 +=== 3.3.4. Développement sensoriel ===
 +
 +**L'​audition**
 +
 +L'​acquisition de l'​audition débute in utero. A la naissance, le nouveau-né perçoit les sons mais n'en distingue pas les différentes sources.
 +Vers 3 mois, le bébé est en mesure de différencier les sources sonores : il peut alors percevoir la distinction entre une voix et un simple bruit.
 +Vers 6 mois, le bébé devient sensible aux intonations et à la musique.
 +En cas de trouble de l'​audition,​ le bébé babille peu, ne réagit pas à l'​appel de son prénom, présente un regard de langage. Son contact social peut également en être perturbé.
 +
 +**L'​olfaction**
 +
 +L'​olfaction est déjà développée in utero à partir de 3 mois de grossesse. ​
 +A la naissance, le bébé est capable de reconnaître l'​odeur maternelle, ce qui participerait au développement de l’attachement entre lui et sa mère.
 +
 +**Le goût**
 +
 +Le bébé est capable de distinguer les saveurs : salé, sucré, acide, amer.
 +La diversification alimentaire,​ à partir de 4 à 6 mois, favorise le développement des papilles gustatives.
 +
 +**La vision**
 +
 +À la naissance, l'​acuité visuelle est de 1/10, la perception nette se situe aux alentours de 30 à 50 cm de distance. ​
 +Vers 1 mois, le bébé a une brève poursuite oculaire de grands objets, sur un plan horizontal. ​
 +À 2 mois la poursuite oculaire est plus longue, sur 180°, toujours sur un plan horizontal. Il est attiré par les visages humains, les fixe et leur sourit. ​
 +Sa vision s’affine et se développe progressivement jusqu’à 24 mois, où l’acuité visuelle est de 10/10, la vision périphérique et la perception de la profondeur étant alors également possibles.
 +
 +**Le toucher**
 +
 +Le toucher est un sens primordial dans le développement de l’enfant et de sa relation au monde. Déjà présent in utero, il permet au fœtus d’entrer en contact avec sa mère. Le contact se prolongera ensuite à la naissance, lors des soins que l’entourage,​ en particulier la mère, lui prodiguera.
 +Ce sens est également indispensable pour permettre à l’enfant de découvrir son corps, ses sensations, ses limites, et de développer le sentiment d’unité de soi.
 +
 +=== 3.3.5. Développement de l’intelligence ===
 +
 +|4 mois|Regarde l'​objet placé dans sa main.|
 +|9 mois|Notion d'​outil.|
 +|12 mois|Met le cube dans la tasse.|
 +|15 mois|Met 6 cubes dans la tasse. Tour de 2 cubes.|
 +|18 mois|Tour de 3-4 cubes. Connaît 3 parties de son corps. Associe des formes. S'​intéresse aux livres d'​images. Comprend les ordres simples. Imite les adultes.|
 +|2 ans|Tour de 6-7 cubes. Désigne 4 à 5 parties de son corps. Recopie un rond.Tour de 6-7 cubes. Désigne 4 à 5 parties de son corps. Recopie un rond.|
 +|3 ans|Imite une maison avec des cubes. Recopie une croix. Connaît « haut »,​ « bas »,​ « petit »,​ « grand ».|
 +|4 ans|Pose des questions sur la signification des mots et des choses. Recopie un pont, dessine un bonhomme avec 2 à 4 parties en plus de la tête. Compare la longueur de deux lignes et compte quatre pièces.|
 +|6 ans|Recopie un carré et un triangle, nomme 4 couleurs, compare deux poids, connaît les jours de la semaine.|
 +
 +=== 3.3.6. Développement du langage ===
 +
 +Le développement du langage nécessite d’avoir un système auditif fonctionnel.
 +Comme pour les autres domaines du développement psycho-moteur,​ le développement du langage est progressif et se complexifie au fil de son évolution.
 +
 +|3 mois|« roucoule »,​ prononce des voyelles.|
 +|4 mois|Rit bruyamment.|
 +|6 mois|Pousse des petits cris aigus.|
 +|10 mois|**Langage bi-syllabique** « ma-ma »,​ « pa-pa ».|
 +|12 mois|Prononce deux autres mots.|
 +|15 mois|Prononce 4 à 6 mots.|
 +|18 mois|« **non **»,​ dizaine de mots, explosion du vocabulaire,​ peut nommer 1 à 2 dessins.|
 +|2 ans|« **mots-phrases** »,​ nomme 3 à 5 dessins.|
 +|3 ans|Phrases complètes. « **je** »,​ donne son prénom.|
 +|4 ans|**Raconte une histoire.**|
 +|6 ans|Accède au **langage écrit**, peut apprendre à lire et l'​écriture liée.|
 +
 +=== 3.3.7. Développement psychologique,​ sociabilité ===
 +
 +Le développement psychologique de l’enfant est guidé par une composante génétique,​ innée, et influencé par les relations avec l’environnement et les expériences qui en découlent. Comme le développement moteur, dont il dépend en partie, il dépend de la maturation cérébrale.
 +
 +|Naissance|**Regarde dans les yeux** les visages qui se présentent à lui. Reconnait l'​odeur et la voix maternelles.|
 +|1 mois|Fixe son entourage, est attentif aux bruits.|
 +|3 mois|**Sourire social. **Regarde ses mains.|
 +|4 mois|Joue avec ses mains.|
 +|6 mois|Joue avec ses pieds, les met en bouche. Tend les bras pour être porté.|
 +|9 mois|Echange les jouets, joue avec ses parents.|
 +|12 mois|Coopère lorsqu'​on l'​habille.|
 +|15 mois|Désigne ce qu'il désire par des sons et des gestes : **pointage**,​ jette les jouets.|
 +|18 mois|Début de la propreté diurne. Joue avec des jouets avec forme humaine (transporte,​ embrasse, habille, berce la poupée).|
 +|2 ans|**Propre le jour**.|
 +|3 ans|**Propre le jour et la nuit**, mange seul correctement. Met ses chaussures, défait ses boutons.|
 +|4 ans|Va seul aux toilettes, **joue avec plusieurs enfants**.|
 +|6 ans|Connaît son adresse.|
 +
 +===== 4. Retard du développement psychomoteur =====
 +
 +==== 4.1. Généralités ====
 +
 +Que la cause d’un retard psychomoteur soit non psychiatrique ou psychiatrique,​ sa reconnaissance et celle du diagnostic étiologique se doivent d’être précoces afin de proposer des soins adaptés à l’enfant et de corriger autant que possible ce retard.
 +
 +==== 4.2. Démarche diagnostique ====
 +
 +=== 4.2.1. Anamnèse ===
 + 
 +**Antécédents familiaux et personnels**
 +
 +La recherche des antécédents est fondamentale dans la démarche diagnostique d’un retard de développement psychomoteur. Elle se doit d’être systématique.
 +La réalisation d’un arbre généalogique permet de montrer clairement des informations importantes telles que la consanguinité,​ ou le nombre d’individus malades.
 +Les principaux éléments à rechercher sont : 
 +  * Consanguinité entre les parents de l’enfant
 +  * Maladies génétiques ou chromosomiques
 +  * Epilepsie
 +  * Retard mental
 +  * Autres maladies neurologiques ou psychiatriques.
 +Concernant les antécédents personnels, il est utile de les organiser chronologiquement : 
 +  * avant la conception (par exemple : grossesse obtenue par Fécondation In Vitro), ​
 +  * pendant la grossesse (par exemple : retard de croissance intra-utérin,​ anomalies échographiques,​ perception des mouvements fœtaux, perturbations tensionnelles chez la mère, diabète gestationnel,​ infections, prises de médicaments et toxiques…) (Cf. item 17)
 +  * en per-partum (anomalies du rythme cardiaque fœtal, difficultés lors de l’accouchement,​ césarienne et motif…)
 +  * à la naissance (score d’Apgar, particularités à l’examen clinique)
 +  * depuis la naissance
 +Date du début des troubles
 +Dater, même approximativement,​ le début des troubles permet d’orienter le cadre nosographique.
 +Début des troubles datant de la grossesse : 
 +  * Anomalies génétiques ou chromosomiques
 +  * Suite à une infection materno-fœtale
 +  * Prise de médicaments ou de toxiques durant la grossesse
 +Début des troubles en période néo-natale,​ absence d’antécédents de fausse couche, grossesse sans particularités : 
 +  * Séquelles neurologiques d’une hypoxie
 +  * Maladie neuro-métabolique
 +Début des troubles dans les semaines ou mois suivant la naissance, sans infection concomitante ni prise de toxiques/​médicaments : 
 +  * Anomalies génétiques ou chromosomiques
 +  * Suite à une infection materno-fœtale
 +  * Maladie neuro-métabolique
 +Début des troubles après un intervalle libre :
 +  * Maladie neuro-métabolique
 +  * Carences alimentaires
 +  * Carences affectives, maltraitance
 +
 +**Modalités évolutives des troubles**
 +
 +Tout comme le début des troubles, leur modalité évolutive permet d’orienter vers un cadre nosographique.
 +Des troubles à début brutal évoquent une décompensation d’une maladie déjà présente mais jusque là compensée.
 +Un début insidieux peut entrer dans le cadre d’une maladie neurodéveloppementale,​ d’origine génétique,​ chromosomique ou multifactorielle.
 +Une régression des acquisitions chez un enfant s’étant par ailleurs développé de façon satisfaisante jusque là oriente vers un trouble désintégratif de l’enfance (par exemple : syndrome de Rett).
 +Une régression ou une accentuation des troubles en fonction de l’environnement doit être recherchée,​ particulièrement dans les cas de suspicion de carences affectives/​maltraitances.
 +
 +=== 4.2.2. Examen clinique complet ===
 +
 +**Observation :**
 + 
 +  * analyser et réaliser des courbes à la recherche d’une anomalie de la vitesse de croissance de poids, de taille et surtout de périmètre crânien ! (PMZ)
 +  * comportement,​ seul, avec ses parents, éventuellement ses frères et sœurs, avec des jeux et jouets.
 +
 +**Examen :**
 + 
 +  * appareil par appareil, à la recherche : 
 +    * d’éléments dysmorphiques
 +    * de déficits sensoriels
 +    * de déficits neurologiques
 +    * d’anomalies cutanées (angiome plan dans le territoire du 5ème nerf facial en cas de syndrome de Sturge-Weber,​ tâches achromiques dans la sclérose tubéreuse de Bourneville…)
 +    * d’une hépatosplénomégalie (maladie de surcharge)
 +
 +=== 4.2.3. Retard de développement homogène ===
 +
 +Le retard de développement psychomoteur est considéré comme homogène s’il atteint simultanément et avec la même profondeur, ses différentes composantes,​ de telle sorte que l’âge « développemental » de l’enfant est inférieur à l’âge réel ou corrigé de l’enfant.
 +Encéphalopathie fixée
 +Dans ce cas, l’encéphalopathie n’évolue pas. Le bébé ou l’enfant a un retard mais peut potentiellement faire des progrès.
 +Le syndrome de l’X fragile, le syndrome de Turner sont, par exemple, d’origine chromosomique.
 +L’anoxie péri-natale ou la méningite sont des exemples de cause acquise.
 +Encéphalopathie évolutive
 +Dans ce cas, l’encéphalopathie évolue et s’aggrave,​ par dégénérescence ou accumulation d’un toxique au niveau cérébral. Le développement de l’enfant se ralentit, stagne, voire régresse. ​
 +C’est le cas par exemple des maladies neurométaboliques.
 +
 +=== 4.2.4. Retard de développement inhomogène ===
 +
 +A l’inverse du retard de développement homogène, un développement psychomoteur est considéré comme étant inhomogène lorsque ses composantes sont différemment atteintes. Certains enfants présentent un retard de développement uniquement moteur, ou intellectuel,​ ou psychologique…
 +Retard du développement moteur isolé
 +C’est le cas des myopathies (par exemple la myopathie de Duchenne), des paralysies cérébrales,​ des neuropathies.
 +Troubles du langage
 +Une anomalie du développement du langage doit faire rechercher en premier lieu une surdité.
 +Un retard de langage peut également faire évoquer un trouble du spectre autistique (Cf item 65).
 +Il survient également en cas de défaut de stimulation majeur de la part de l’environnement.
 +Le mutisme psychogène est rare et plutôt secondaire à un traumatisme psychique.
 +
 +=== 4.2.5. Syndrome autistique ===
 + 
 +(cf item 65)
 +
 +=== 4.2.6. Bilan paraclinique ===
 +
 +Le bilan paraclinique est adapté à la clinique, donc aux éléments sus-cités dans la démarche diagnostique.
 +Encore une fois, il est important de systématiser sa démarche pour ne rien oublier : 
 +  * Recherche de maladie chromosomique :
 +    * Caryotype haute résolution
 +  * Recherche d’anomalie génétique
 +  * Recherche de maladie métabolique : 
 +    * Dosage des marqueurs appropriés,​ dans le sang/les urines/le LCR
 +  * Recherche d’anomalie morphologique : 
 +    * IRM cérébrale
 +    * Radiographies
 +    * Fond d’œil
 +
 +==== 4.3. Prise en charge ====
 +
 +La prise en charge doit être la plus précoce et la plus complète possible. Elle concerne l’enfant, mais également ses parents, sa famille.
 +
 +=== 4.3.1. Médicale : ===
 +
 +  * soins adaptés à la pathologie
 +  * soins ambulatoires,​ hospitaliers
 +
 +=== 4.3.2. Psychologique/​pédopsychiatrique : ===
 +
 +  * -soins ambulatoires en Centre Médico-Psychologique ou Centre Médico-Psycho-Pédagogique,​ Centre d’Activité Thérapeutique à Temps Partiel
 +  * soins hospitaliers,​ hospitalisation en temps plein de secteur ou hospitalisation de jour
 +  * prise en charge psychologique des parents/de la fratrie
 +
 +=== 4.3.3. Sociale : ===
 + 
 +  * Reconnaissance MDPH, ALD, prise en charge à 100%
 +  * Scolaire : 
 +    * Auxiliaire de vie scolaire
 +    * Scolarité adaptée (ITEP, SESSAD…)
 +    * Projet d’Accueil Individualisé
 +
 +===== 5. Troubles du sommeil chez l’enfant =====
 + 
 +(Cf item 108)
 +
 +===== 6. Troubles des apprentissages =====
 + 
 +==== 6.1. Généralités ====
 +
 +Pour plus de précisions : cf collège des enseignants de pédiatrie.
 +
 +==== 6.2. Trouble déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité et ses conséquences (cf item 66) ====
 +
 +=== 6.2.1. Epidémiologie : ===
 +
 +  * Toucherait 3 à 5% des enfants en âge scolaire
 +  * 3 garçons atteints pour une fille
 +  * Comorbidités fréquentes : trouble oppositionnel avec provocation,​ trouble de l’humeur, « dys » (dyscalculie,​ dysorthographie,​ dyslexie…)
 +
 +=== 6.2.2. Conséquences sur les apprentissages ===
 +
 +Bien évidemment,​ la présence d’un trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité retentit sur les apprentissages.
 +L’inattention rend difficile le maintien d’une tâche, que ce soit l’écoute d’une leçon, la réalisation d’un exercice à l’école ou lors des devoirs. Le temps de travail nécessaire pour la réalisation d’un exercice est donc allongé, la mémorisation est également impactée. Ces enfants sont fréquemment en situation d’échec scolaire si la prise en charge qui leur est proposée est inexistante ou inadaptée, ce qui peut favoriser la survenue de comorbidités,​ comme le trouble oppositionnel avec provocation ou un trouble de l’humeur.
 +
 +=== 6.2.3. Prise en charge ===
 +
 +La prise en charge doit être la plus précoce possible afin de limiter la souffrance psychique de l’enfant et de son entourage, ainsi que les conséquences sur les apprentissages.
 +La prise en charge de l’enfant est individualisée et globale.
 +
 +**Médicamenteuse**
 +
 + Un traitement par Méthylphénidate est proposé lorsque l’enfant présente un TDAH sévère, c’est-à-dire entravant ses apprentissages sociaux et scolaires et/ou qu’il présente une souffrance psychique importante du fait du TDAH.
 +
 +**Psychothérapeutique**
 +
 +Une thérapie cognitivo-comportementale peut aider l’enfant à adopter un comportement plus adapté, mettre en place des stratégies plus efficaces dans les apprentissages scolaires, renforcer positivement ses acquis et ses compétences.
 +Une psychothérapie de soutien peut aider l’enfant à garder une estime et une confiance en lui-même satisfaisante.
 +Une prise en charge en groupe peut être proposée également.
 +
 +**Scolaire**
 + 
 +  * Projet pédagogique adapté
 +  * Auxiliaire de Vie Scolaire
 +
 +**Familiale**
 +
 +Mise en place de techniques éducatives adaptées.
 +
 +**Sociale**
 + 
 +Demandes auprès de la MDPH : 
 +  * AVS
 +  * ALD
 +
 +**Résumé :**
 +
 +<note important>​ Base de tout examen de l’enfant : évaluer l’évolution physique globale et psychique.
 +3 grande lois pour le développement : différenciation,​ variabilité,​ succession.
 +Pour repérer et faire un diagnostic :
 +  * connaître absolument les repères du développement normal psychomoteur et pubertaire pour l’interrogatoire et l’examen physique ;
 +  * faire les courbes de croissance, compléter le carnet de santé ;
 +  * observer le comportement de l’enfant en situation (comportement,​ cognitions, affects, interpersonnel) ; faire une anamnèse détaillée dont un arbre généalogique,​ dater et regarder les modalités évolutives ; notifier le fonctionnement scolaire (niveau et interactions sociales) ; 
 +  * utiliser les échelles de développement,​ les quotients de développement et les quotients d’intelligence ; les tests psychométriques,​ orthophoniques,​ psychomoteurs ; 
 +  * quelques questions clefs : retard homogène / hétérogène ? dysmorphie évidente ? autisme ?
 +  * si besoin penser à faire le caryotype haute résolution et un examen génétique poussé, et/ou un IRM cérébral.
 +La prise en charge est précoce, complète et multiple ; elle concerne l’enfant, ses parents et sa famille.
 +</​note>​
 +
  
sides/ref/psy/item_53.txt · Dernière modification: 30/04/2018 13:55 (modification externe)