Wiki-SIDES

Espace des référentiels de spécialités pour SIDES

Outils pour utilisateurs

Outils du site


sides:ref-trans:imagerie:item_055:start



Item 055 (Imagerie) - Maltraitance et enfants en danger

Item 55 - UE 03 - Maltraitance et enfants en danger. Protection maternelle et infantile

  • Repérer un risque ou une situation de maltraitance chez le nourrisson, l'enfant et l'adolescent.
  • Argumenter la démarche médicale et administrative nécessaire à la protection de la mère et de l'enfant.

Définition et généralités

Les traumatismes non accidentels (traumatismes infligés) sont d'une extrême violence, souvent répétés, et peuvent provoquer des lésions neurologiques, osseuses ou viscérales gravissimes, voire mortelles. Celles-ci sont accessibles en imagerie.

La moindre suspicion de maltraitance doit conduire à l'hospitalisation immédiate pour protéger l'enfant et réaliser des explorations complémentaires.

En imagerie, des hématomes sous-duraux multifocaux (bébé secoué) et/ou des fractures de siège atypique (métaphyses des os longs, rachis, côtes) sont des éléments clés du diagnostic.

L'histoire rapportée pour expliquer les lésions est toujours absente ou fluctuante.

L'âge différent des lésions est un argument diagnostique majeur, mais inconstant. La présence d'hémorragies rétiniennes au fond d'œil est un élément diagnostique important de lésions par secousses violentes (syndrome du bébé secoué), mais elles peuvent manquer.

Stratégie d'exploration en imagerie

Dans l'hypothèse d'un syndrome du « bébé secoué », tout signe neurologique inexpliqué (hypertension intracrânienne, convulsions, malaise, etc.) chez un enfant âgé de moins de deux ans doit faire réaliser en urgence un examen tomodensitométrique. Celui-ci met en évidence les hématomes sous-duraux multifocaux caractéristiques, prédominant au sommet (fig. 1). Il s'y associe parfois des lésions parenchymateuses. L'IRM cérébrale est idéalement réalisée en complément du scanner dans la 1re semaine. L'imagerie cérébrale est systématique chez les enfants asymptomatiques ; l'IRM est a privilégier.


Fig. 1 Examen tomodensitométrique cérébral réalisé sans injection de produit de contraste chez un nourrisson ayant des troubles de la conscience inexpliqués et des hémorragies rétiniennes au fond d'œil.

L'examen met en évidence une collection bilatérale discrètement hyperdense par rapport au liquide cérébrospinal correspondant à un saignement chez un bébé secoué.


Chez les enfants de moins de deux ans, les radiographies du squelette entier doivent être d'excellente qualité et effectuées segment par segment, à la recherche de fractures, souvent multiples et parfois d'âges différents (fig. 2) (syndrome de Silverman), de siège particulier (arc postérieur des côtes, sternum, omoplate, etc.) ou inhabituel pour l'âge de l'enfant (épiphyso-métaphysaire) (fig. 2C). L'échographie abdomino-pelvienne est systématique à la recherche de lésions des organes pleins et/ou creux.


Fig. 2 Fractures d'âges différents chez un nouveau né.

(A) Fractures récentes des arcs postérieurs des 6e à 9e côtes gauches (flèches). (B) Trouble de modelage et cal osseux avec appositions périostées en voie d'incorporation (flèches jaunes). (C) Fracture métaphysaire, inhabituelle pour l'âge de l'enfant. Nouveau-né, fracture arrachement métaphysaire tibial inférieur gauche (flèches).


Chez l'enfant âgé de plus de deux ans, l'imagerie peut être théoriquement discutée en fonction du contexte clinique, mais elle est, en pratique largement effectuée au moindre doute.

En cas de doute après ce bilan initial en imagerie, il est possible de pratiquer des radiographies de squelette de contrôle dix jours plus tard, ou une scintigraphie osseuse à la recherche de fractures passées inaperçues.

La datation précise des lésions est impossible et inutile au diagnostic.

sides/ref-trans/imagerie/item_055/start.txt · Dernière modification: 30/04/2018 13:55 (modification externe)