Wiki-SIDES

Espace des référentiels de spécialités pour SIDES

Outils pour utilisateurs

Outils du site


sides:ref-trans:imagerie:item_091:start

Item 091 (Imagerie) - Compression médullaire non traumatique et syndrome de la queue de cheval

Item 91 - UE 04 - Compression médullaire non traumatique et syndrome de la queue de cheval

  • Diagnostiquer une compression médullaire non traumatique et un syndrome de la queue de cheval.
  • Identifier les situations d'urgence et planifier leur prise en charge.
  • Décrire les principes de prise en charge des déficiences, incapacités et du handicap secondaires à une compression médullaire non traumatique et un syndrome de la queue de cheval.

Généralités

La compression médullaire ou des racines de la queue de cheval constitue une urgence diagnostique et souvent chirurgicale. Les causes de compression médullaire sont classées en trois types en fonction de la localisation de la lésion par rapport à la dure-mère : extradural, intradural et extramédullaire, intramédullaire.

Stratégie d'exploration en imagerie

Devant un tableau clinique de compression médullaire ou de compression des racines de la queue de cheval, une IRM médullorachidienne doit être réalisée en urgence.

Des coupes sagittales, axiales et éventuellement frontales en T2 et en T1 sans et avec injection de produit de contraste doivent être réalisées pour préciser :

  • le niveau et la nature de la lésion compressive ;
  • les signes de souffrance médullaire (hypersignal en T2).

La déformation de la moelle et l'aspect des vertèbres et du sac dural déterminent le type de compression (fig. 1), ce qui oriente vers la nature de la lésion en cause (tableau. 1).


Fig. 1 Les différents types de compression.

(A) Compression de type extradural. La lésion du corps vertébral refoule la dure-mère. Les espaces sous-arachnoïdiens sont « rétrécis » par la lésion. (B) Compression de type intradural et extramédullaire. La lésion est située dans les espaces sous-arachnoïdiens. Elle déplace le cordon médullaire et « élargit » les espaces sous-arachnoïdiens. (C) Compression de type intramédullaire. La lésion est située dans la moelle. Elle élargit celle-ci sur toutes les coupes ; les espaces sous-arachnoïdiens sont « rétrécis ».


Tableau 1 Principales étiologies des compressions médullaires non traumatiques.

Causes extradurales (fig. 2 et fig. 3)
Vertébrale : métastase (+++), myélome
Discale : hernie discale - cf. Item 093
Ostéodiscale : spondylodiscite (++), arthrose
Espace extradural : hématome, infiltration tumorale (hémopathie)
Causes intradurales et extramédullaires (fig. 4)
Méninge : méningiome
Racine nerveuse : schwannome
Causes intramédullaires
Tumeur (+) : épendymome, astrocytome, métastase

Fig. 2 Métastase vertébrale thoracique (cause extradurale).

IRM en coupes sagittales pondérées en T2 (A) et en T1 après injection de gadolinium (B), et axiales pondérées en T1 après injection avec saturation des graisses (C). Tassement vertébral avec recul du mur postérieur (flèches) et compression médullaire de type extradural. Rehaussement après injection du tissu tumoral avec extension épidurale antérieure bilatérale (astérisques), bien visible en coupe axiale.


Fig. 3 Spondylodiscite infectieuse (cause extradurale).

IRM en coupes sagittales pondérées en T2 (A) et en T1, sans (B) et avec injection de gadolinium et saturation des graisses (C). Atteinte centrée sur le disque T7-T8 (flèches) qui apparaît en hypersignal en T2 et qui prend le contraste en périphérie. Cette atteinte s'étend aux corps vertébraux adjacents dont les plateaux sont irréguliers et aux espaces pré- et paravertébraux. Il existe également une coulée infectieuse épidurale postérieure (astérisque).


Fig. 4 Méningiome (cause intradurale extramédullaire).

IRM en coupes sagittales pondérées en T2 (A) et en T1, sans (B) et avec injection de gadolinium (C), et coupe axiale pondérée en T1 après injection (D). Masse à contours bien limités (astérisque) en isosignal en T2, en hyposignal en T1, prenant le contraste de façon intense et homogène et refoulant le cordon médullaire vers l'avant et vers la droite (flèches).

Points clés et synthèse

Points clés
  • L'IRM doit être réalisée en urgence.
  • Les coupes sagittales et axiales avec séquences pondérées en T2 et T1, sans et après injection de gadolinium, permettent de préciser le niveau et la nature de la compression.


sides/ref-trans/imagerie/item_091/start.txt · Dernière modification: 30/04/2018 13:55 (modification externe)