Wiki-SIDES

Espace des référentiels de spécialités pour SIDES

Outils pour utilisateurs

Outils du site


sides:ref-trans:imagerie:item_121:start

Item 121 (Imagerie) - Troubles de la miction et incontinence urinaire de l'adulte et du sujet âgé



Item 121 - UE 05 - Troubles de la miction et incontinence urinaire de l'adulte et du sujet âgé

  • Devant un trouble de la miction ou une incontinence urinaire de l'adulte, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents.
  • Décrire les principes de la prise en charge au long cours.

Généralités

Les troubles de la miction sont très fréquents, en particulier chez l'homme, polymorphes et variables en fonction de l'âge. Leur mécanisme n'est pas univoque : les troubles sont soit primitifs par altération de la fonction du muscle vésical (âge, traumatisme, prises médicamenteuses ou troubles neurogènes), soit secondaires à une lésion sous-vésicale.

L'incontinence urinaire est très fréquente chez la femme, survenant en particulier après des accouchements.

Les examens d'imagerie sont guidés par le résultat de l'examen clinique avec des indications variables pour chaque contexte. Ils sont dans certains cas inutiles.

Stratégie d'exploration en imagerie et sémiologie

Dans le cadre des troubles mictionnels

L'échographie abdominopelvienne pré- et post-mictionnelle est essentielle (voir Item 123 - Hypertrophie bénigne de la prostate). Son rôle est de rechercher la nature d'un obstacle du bas appareil urinaire, un retentissement sur le détrusor (vessie de lutte), un résidu post-mictionnel et une éventuelle dilatation du haut appareil excréteur.

L'urétrocystographie rétrograde et mictionnelle pourra être réalisée à la recherche d'une sténose de l'urètre (rétrécissement plus ou moins long d'un segment de l'urètre et distension d'amont en permictionnel).

Dans le cadre de l'incontinence urinaire

La cystographie rétrograde pré-, per- et post-mictionnelle est essentielle. Elle recherche, en poussée et en miction, une hypermobilité du col, et/ou une insuffisance sphinctérienne (ouverture incontrôlée du col), et/ou une cystocèle (bascule postérieure de la vessie) (fig. 1). Elle vient en complément de l'exploration urodynamique.


Fig. 1

Cystocèle - Cystographie descendante.

(A) Profil debout avec effort de poussée : aspect caractéristique de bascule postérieure de la vessie (tête de flèche) avec une descente du col vésical (flèche) par rapport à la symphyse pubienne (astérisque).

(B) Face debout avec effort de poussée : incarcération de l'uretère pelvien droit (flèche) avec dilatation sus-jacente.


L'IRM dynamique du plancher pelvien s'est considérablement développée ces dernières années. Elle est réservée à l'étude des prolapsus complexes et aux complications ou mauvais résultats chirurgicaux (fig. 2).


Fig. 2

IRM en poussée dans le plan sagittal.

Cystocèle avec importante bascule postérieure de la base de la vessie (étoile) et descente du moignon vaginal entraîné par la cystocèle (flèche).


L'uroscanner appréciera une compression des uretères pelviens en cas de cystocèle majeure.

L'échographie du plancher pelvien est indiquée en cas de résultats postopératoires peu satisfaisants, en particulier dans le cadre de la pose de bandelettes sous-urétrales qui ne sont pas visibles avec les autres techniques.

Points clés


  • L'échographie abdominopelvienne est l'examen de 1re intention dans l'exploration des troubles mictionnels chez l'homme.
  • La cystographie rétrograde est un examen important dans l'exploration d'une incontinence urinaire d'effort.
  • L'IRM dynamique est devenue l'examen de référence pour l'étude des prolapsus complexes.
  • Les épreuves urodynamiques sont essentielles pour classer l'anomalie.


sides/ref-trans/imagerie/item_121/start.txt · Dernière modification: 30/04/2018 13:55 (modification externe)