Wiki-SIDES

Espace des référentiels de spécialités pour SIDES

Outils pour utilisateurs

Outils du site


sides:ref-trans:imagerie:item_123:start



Item 123 (Imagerie) - Hypertrophie bénigne de la prostate

Item 123 - UE 05 - Hypertrophie bénigne de la prostate

  • Diagnostiquer une hypertrophie bénigne de la prostate.
  • Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

Généralités

L'hypertrophie bénigne de la prostate est un état de la nature plus qu'une pathologie. Elle se définit anatomiquement par une augmentation de la taille de la prostate, et histologiquement par une hyperplasie des cellules du stroma et de l'épithélium prostatique de la zone transitionnelle. Elle peut aboutir à une obstruction urinaire.

Stratégie d'exploration en imagerie

L'imagerie est fondée sur l'échographie des voies urinaires par voie sus-pubienne avec évaluation du résidu post-mictionnel (RPM).

L'échographie prostatique par voie endorectale n'est pas recommandée lors du bilan initial de l'hypertrophie bénigne de la prostate symptomatique. Elle est utile en cas d'indication opératoire pour fournir au chirurgien une évaluation précise du volume prostatique qui guide le choix de la voie d'abord.

Sémiologie

L'échographie abdominale et pelvienne par voie sus-pubienne permet de préciser en préthérapeutique :

  • le haut appareil urinaire : recherche d'une dilatation des cavités pyélocalicielles et de l'uretère ;
  • la prostate (fig.1) :
    • mesure du volume prostatique,
    • type d'hypertrophie (diffuse ou lobe médian avec protrusion intravésicale) ;
  • le retentissement vésical (fig.2) :
    • mesure du volume du RPM ;
    • épaississement de la paroi vésicale avec formations diverticulaires (vessie de lutte) ;
    • la recherche de calculs vésicaux.

Fig.1 Échographie pelvienne par voie sus-pubienne avec mensurations prostatiques

(A) Plan de coupe sagittal.
(B) Plan de coupe axial. Hypertrophie prostatique modérée diffuse (volume estimé à 37 cm3), paroi vésicale régulière, pas de soulèvement du plancher vésical.


Fig.2 Échographie pelvienne par voie sus-pubienne - plan sagittal

Examen réalisé en post-mictionnel.
Hypertrophie prostatique avec lobe médian (masse échogène avec extension intravésicale - flèche large) et vessie de lutte (paroi vésicale irrégulière « à cellules et colonnes » - flèche fine). La vessie est encore pleine (RPM estimé à 250 cm3).


En post-thérapeutique :

  • après chirurgie, elle fait le diagnostic des complications (importance des caillots intravésicaux, déplacement de la sonde urinaire, dilatation du haut appareil) ;
  • après traitement médical : elle permet l'évaluation du RPM.

Remarque
Les mesures de volume prostatique par voie sus-pubienne et de RPM sont peu précises, mais suffisantes [formule simplifiée : 0,52 (longueur × largeur × épaisseur)] dans le cadre d'un bilan initial.

Points clés et synthèse


  • L'échographie participe au bilan préthérapeutique avec d'une part le bilan local de l'hypertrophie bénigne de la prostate et d'autre part l'évaluation du retentissement sur le haut appareil urinaire.
  • Elle participe au suivi post-thérapeutique et recherche des complications en cas de traitement chirurgical.
  • L'imagerie est un des éléments du diagnostic de syndrome obstructif (questionnaire standardisé sur le retentissement sur la qualité de la vie - débitmétrie urinaire optionnelle en 1re intention).


sides/ref-trans/imagerie/item_123/start.txt · Dernière modification: 30/04/2018 13:55 (modification externe)