Wiki-SIDES

Espace des référentiels de spécialités pour SIDES

Outils pour utilisateurs

Outils du site


sides:ref-trans:imagerie:item_278:start

Item 278 (Imagerie) - Pancréatite chronique

Item 278 - UE 08 - Pancréatite chronique

  • Diagnostiquer une pancréatite chronique.
  • Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

Généralités

La pancréatite chronique est une inflammation chronique du pancréas aboutissant à une fibrose progressive du parenchyme pancréatique et entraînant, à la longue, une destruction plus ou moins complète de la glande pancréatique. Le rôle de l'imagerie est de poser le diagnostic et de détecter les complications.

Stratégie d'exploration en imagerie

Le scanner abdominal sans, puis avec injection intraveineuse de produit de contraste est l'examen de première intention et actuellement la technique de référence. La phase sans injection est le meilleur examen pour faire le diagnostic de calcifications pancréatiques (fig. 1). Le scanner élimine les diagnostics différentiels et montre les complications éventuelles.

La bili-IRM est surtout utile pour étudier les anomalies canalaires dans les formes précoces ou en préthérapeutique.

L'écho-endoscopie est un examen de 2e intention en cas de suspicion de pancréatite chronique débutante ou en cas de doute sur la présence d'une tumeur au sein de la pancréatite chronique. Elle permet la réalisation de biopsies dirigées sur l'image suspecte.

L'échographie abdominale permet également d'identifier une pancréatite chronique calcifiante et ses éventuelles complications mais le scanner s'imposera.

Sémiologie de la pancréatite chronique non compliquée (fig. 1)


Fig. 1 Scanner abdominal chez un patient de 60 ans aux antécédents de douleurs épigastriques. Intoxication alcoolique importante.

(A) Coupe avant injection. Présence de multiples calcifications punctiformes de la tête du pancréas en faveur d'une pancréatite chronique (flèche). Après injection, l'examen montre une atrophie du corps et de la queue du pancréas (têtes de flèches) avec de nombreuses calcifications parenchymateuses (B), une dilatation du canal de Wirsung (flèche creuse) (C) et un pseudo-kyste de la tête (D) (têtes de flèches creuses).


Les signes cardinaux de la pancréatite chronique sont des calcifications irrégulières dans le parenchyme pancréatique associées à une dilatation et des irrégularités du canal de Wirsung, une atrophie parenchymateuse et des pseudo-kystes. Ces signes peuvent être identifiés en échographie, en écho-endoscopie, au scanner ou en IRM.

Sémiologie des complications de la pancréatite chronique

  • Poussée de pancréatite aiguë. Il s'agit d'une forme fréquente de révélation de la pancréatite chronique (voir item 353 pancréatite aiguë).
  • Pseudo-kystes (fig. 1). Un pseudo-kyste est une collection liquidienne contenant soit du suc pancréatique pur et clair, soit de la nécrose pancréatique liquéfiée. Ces pseudo-kystes sont détectés par l'échographie, le scanner ou l'IRM sous la forme d'une lésion liquidienne, bien circonscrite, intrapancréatique ou extrapancréatique.
  • Dilatation des voies biliaires (voir item 275 ictère). La voie biliaire principale rétro- ou intrapancréatique peut être comprimée par plusieurs mécanismes non exclusifs tels que la fibrose pancréatique, l'inflammation pancréatique ou le pseudo-kyste.
  • Hémorragies digestives. Une hémorragie digestive peut s'observer dans 10 % des pancréatites chroniques et a plusieurs causes possibles. Dans le cas d'une hémorragie par wirsungorragie secondaire à une érosion vasculaire par un pseudo-kyste ou à la rupture d'un faux anévrisme artériel, le scanner permet de mettre en évidence le faux anévrisme et/ou une fuite active de produit de contraste.
  • Dégénérescence. La pancréatite chronique augmente le risque d'adénocarcinome pancréatique mais le risque absolu faible ne justifie pas de surveillance particulière par imagerie.

Points clés et synthèse


Points clés et synthèse
  • Le diagnostic de pancréatite chronique en imagerie est fait formellement sur la présence d'anomalies canalaires typiques (alternance de sténoses et de dilatations) et de calcifications pancréatiques (quasi pathognomoniques).
  • Le scanner abdominal est l'examen de 1re intention éventuellement associé à l'IRM.


sides/ref-trans/imagerie/item_278/start.txt · Dernière modification: 30/04/2018 13:55 (modification externe)