Wiki-SIDES

Espace des référentiels de spécialités pour SIDES

Outils pour utilisateurs

Outils du site


sides:ref-trans:imagerie:item_310:start

Item 310 (Imagerie) - Tumeurs du testicule

Item 310 - UE 09 - Tumeurs du testicule

  • Diagnostiquer une tumeur du testicule.

Généralités

Les tumeurs du testicule sont majoritairement malignes. Parmi les types histologiques, les tumeurs germinales sont les plus fréquentes (95 %), avec en particulier le séminome.

Le cancer du testicule est un cancer peu fréquent (1 % environ de tous les cancers) qui touche l'homme jeune. C'est cependant le cancer le plus fréquent chez l'homme jeune. Il est de bon pronostic, y compris dans ses formes métastatiques.

Les principaux facteurs de risque sont un antécédent de cryptorchidie ou de tumeur testiculaire controlatérale.

Les marqueurs biologiques (hormone chorionique gonadotrophique, alphafœtoprotéine) sont normaux ou augmentés en fonction des formes histologiques et des associations tumorales (fréquentes) au sein d'une même lésion.

Le diagnostic, le plus souvent suspecté cliniquement, est fait en échographie et confirmé par l'examen anatomopathologique de la pièce d'orchidectomie qui est le traitement initial. Les différentes options de traitement complémentaire seront fonction du type histologique et du stade.

Stratégie d'exploration en imagerie

Bilan diagnostique et d'extension

L'échographie scrotale bilatérale est l'examen clé du diagnostic. Elle est réalisée en 1re intention devant une anomalie clinique suspecte. Sa sensibilité est très élevée, voisine de 100 %, et elle détecte aussi les lésions infracliniques de très petite taille.

Le scanner thoraco-abdomino-pelvien intervient dans le bilan d'extension. Il sera réalisé soit avant soit immédiatement après l'orchidectomie.

La TEP-TDM au FDG n'apporte pas d'élément supplémentaire par rapport au scanner dans le bilan d'extension initial.

Suivi post-thérapeutique

Le scanner thoraco-abdomino-pelvien est indispensable dans le suivi, associé aux marqueurs tumoraux, à un rythme variable selon le type histologique et le stade, à la recherche de masses rétropéritonéales résiduelles, de récidives ganglionnaire ou de métastases, en particulier pulmonaires.

La TEP-TDM au FDG permet l'analyse, lors du suivi, des masses ganglionnaires résiduelles d'une tumeur séminomateuse de 3 cm et plus.

Sémiologie

Typiquement, le séminome se présente en échographie sous la forme d'une masse intratesticulaire, vascularisée à l'examen Doppler, volontiers hypo-échogène, homogène et bien limité pour les tumeurs séminomateuses (fig. 37.1), et plus hétérogène pour les tumeurs non séminomateuses. Elle a parfois des contours polycycliques et peut occuper la quasi-totalité du volume testiculaire. Elle est rarement multifocale ou bilatérale d'emblée.


Fig.1 Échographie d'un séminome testiculaire.

Masse hypo-échogène intratesticulaire de 2 cm de diamètre (flèche).


Le scanner thoraco-abdomino-pelvien recherche, en particulier, des métastases pulmonaires et des adénopathies. Ces dernières se traduisent par une ou plusieurs masses ganglionnaires (de plus de 1 cm de petit axe) autour des gros vaisseaux rétropéritonéaux, le plus souvent à hauteur des hiles rénaux (fig.2). Elles sont homolatérales ou non. C'est un examen peu sensible qui ne décèle pas les micrométastases dans des ganglions de taille normale.


Fig.2 TDM après injection de produit de contraste iodé : multiples adénopathies rétropéritonéales (têtes de flèches) à hauteur des hiles rénaux.


Points clés et synthèse


Points clés
  • L'échographie scrotale bilatérale est l'examen clé du diagnostic avec une sensibilité voisine de 100 %.
  • Le scanner thoraco-abdomino-pelvien intervient dans le bilan d'extension, notamment à la recherche d'adénopathies secondaires et de métastases pulmonaires ainsi qu'au cours du suivi.
  • La TEP-TDM au FDG permet l'analyse, lors du suivi, des masses ganglionnaires résiduelles.


sides/ref-trans/imagerie/item_310/start.txt · Dernière modification: 30/04/2018 13:55 (modification externe)