Wiki-SIDES

Espace des référentiels de spécialités pour SIDES

Outils pour utilisateurs

Outils du site


sides:ref-trans:imagerie:multi-items:item_329-thorax:start

Item 329,199 (Imagerie) - Traumatisme thoracique

Item 329 - UE 11 - Prise en charge immédiate préhospitalière et à l'arrivée à l'hôpital, évaluation des complications chez : un brûlé, un polytraumatisé, un traumatisé abdominal, un traumatisé des membres, un traumatisé du rachis, un traumatisé thoracique, un traumatisé oculaire, un patient ayant une plaie des parties molles

Item 199 - UE 07 - Dyspnée aiguë et chronique

  • Diagnostiquer une dyspnée aiguë chez l'adulte et l'enfant.
  • Diagnostiquer une dyspnée chronique.

Généralités

Un traumatisme thoracique est présent dans 25 % des polytraumatismes ; 90 % sont des traumatismes fermés. Les mécanismes en sont la contusion, l'écrasement, la décélération, le barotraumatisme ou la plaie.

Ces traumatismes peuvent associer des lésions de la cage thoracique (fractures de côtes ou volet costal, fracture de la clavicule, du sternum, plus rarement de la scapula ou du rachis) et des contusions pulmonaires ou des organes thoraco-abdominaux (rate, foie).

Les ruptures diaphragmatiques sont rares, plus souvent latéralisées à gauche (90 % des cas).

Le poumon peut être le siège de contusions (hémorragies alvéolaires dans les 6 heures suivant le traumatisme, maximales à 48-72 heures, qui régressent ensuite avec quelques cas qui évoluent vers un syndrome de détresse respiratoire aigu ou une surinfection) ou, plus sévères, de lacérations (cavités remplies de sang, d'air ou des deux : pneumatocèle).

Un pneumothorax, un emphysème sous-cutané, un hémothorax ou un hémopneumothorax peuvent être associés dans 50 % des cas.

D'autres lésions sont possibles : un pneumomédiastin, une rupture contenue de l'isthme aortique (à évoquer systématiquement devant un hémomédiastin ou un mécanisme de décélération), une contusion myocardique, etc.

Stratégie d'exploration en imagerie

La radiographie thoracique permet de voir 40 % des fractures. Elle est souvent suffisante dans les traumatismes peu sévères et ne doit pas retarder la prise en charge lors des traumatismes sévères ou des polytraumatismes.

En cas de traumatisme sévère ou de polytraumatisme, un scanner thoracique doit être réalisé. Il permet d'évaluer au mieux le squelette thoracique et les poumons, et de rechercher une lésion vasculaire, en particulier au niveau de l'isthme aortique (l'injection de produit de contraste est alors nécessaire). Lors des polytraumatismes, il autorise un bilan exhaustif des autres régions anatomiques.

Sémiologie

Les contusions pulmonaires se traduisent par une opacité en verre dépoli ou une condensation mal limitée, migratrice (fig. 1 et 2). Les lacérations se traduisent par des pneumatocèles (kystes aériques) parfois associés à des hématomes lorsqu'ils se remplissent de sang. Les ruptures diaphragmatiques sont évoquées devant une hernie de viscères abdominaux dans le thorax, rarement devant une interruption du muscle.

Une rupture aortique contenue doit être recherchée devant un hémomédiastin. Elle se manifeste par une lésion de la paroi antéro-médiale de l'isthme, un pseudo-anévrisme ou une image de flap intimal intraluminale avec un épanchement pleural gauche.


Fig. 1 Radiographie thoracique de face.

Accident de la voie publique avec polytraumatisme : contusions pulmonaires bilatérales évoquées dans le contexte devant des opacités en région axillaire gauche et périhilaire droite.


Fig. 2 Scanner thoracique avec injection de produit de contraste iodé (même patient que fig. 1).

Les contusions sont visibles sous la forme de condensations (astérisques), pneumothorax bilatéral (têtes de flèches).


sides/ref-trans/imagerie/multi-items/item_329-thorax/start.txt · Dernière modification: 30/04/2018 13:55 (modification externe)