Wiki-SIDES

Espace des référentiels de spécialités pour SIDES

Outils pour utilisateurs

Outils du site


sides:ref-trans:imagerie:multi-items:item_330-2:start

Item 330-2,329 (Imagerie) - Traumatisme craniofacial

Item 330 - UE 11 - Orientation diagnostique et conduite à tenir devant un traumatisme craniofacial

Item 329 - UE 11 - Prise en charge immédiate pré-hospitalière et à l'arrivée à l'hôpital, évaluation des complications chez : un brûlé, un polytraumatisé, un traumatisé abdominal, un traumatisé des membres, un traumatisé du rachis, un traumatisé thoracique, un traumatisé oculaire, un patient ayant une plaie des parties molles


Généralités

Un traumatisme craniofacial survient le plus souvent dans un contexte de polytraumatisme, fréquemment lors d'un accident de la voie publique.

Stratégie d'exploration en imagerie et sémiologie

L'imagerie a pour but de préciser la topographie exacte des lésions, les structures à risque affectées par le traumatisme, de détecter les complications précoces et d'évaluer les risques de complications.

L'examen de référence est le scanner sans injection de produit de contraste iodé avec reconstructions dans les trois plans de l'espace.

Le scanner des rochers devra être réalisé en urgence devant :

  • une otoliquorrhée à recherche d'une brèche ostéoméningée ;
  • une otorragie massive à la recherche d'une fracture du canal carotidien avec rupture de l'artère carotide interne ;
  • une paralysie faciale brusque d'emblée ;
  • une surdité de perception brutale.

Il recherchera :

  • un trait de fracture trans- ou extralabyrinthique (fig. 1) ;
  • une fracture du canal du nerf facial ;
  • une atteinte de la chaîne ossiculaire : fracture, luxation ;
  • une extension au tegmen tympani ou antri avec recherche de pneumencéphalie ;
  • une extension du trait de fracture au canal carotidien ou au sinus sphénoïdal.

Fig. 1 Scanner en coupe axiale du rocher gauche. Fracture mixte extra- et trans-labyrinthique (flèche épaisse) avec pneumolabyrinthe (flèche fine).


Le scanner du massif facial recherchera :

  • une fracture du plancher de l'orbite : incarcération d'un muscle oculomoteur, atteinte du canal du nerf infra-orbitaire (branche du V2) (fig. 2) ;
  • une fracture du malaire ;
  • une fracture de la mandibule : portion dentée (symphyse et branche horizontale) et/ou ramus (coroné, condyle et angle) ;
  • des disjonctions craniofaciales (caractérisées par la fracture de l'apophyse ptérygoïde) :
    1. Lefort I : sépare le maxillaire au niveau du plancher des fosses nasales,
    2. Lefort II : fracture passant par les foramen infra-orbitaires jusqu'aux apophyses ptérygoïdes, détachant la pyramide nasale et le maxillaire,
    3. Lefort III : fracture passant par les jonctions nasofrontale et frontomalaire ; fracture compliquée dans 25 % des cas de fistule de liquide céphalorachidien ;
  • une fracture de l'étage antérieur de la base du crâne avec risque de fistule ostéodurale.

Fig. 2 Scanner en coupe coronale du massif facial.

Fracture du plancher de l'orbite gauche avec incarcération de graisse (flèche) et fracture du canal du nerf infra-orbitaire. Fracture de la paroi latérale de l'orbite associée (tête de flèche) et emphysème sous-cutané.


Point clé


La TDM des rochers et du massif facial doit être pratiquée en urgence.


sides/ref-trans/imagerie/multi-items/item_330-2/start.txt · Dernière modification: 30/04/2018 13:55 (modification externe)