Wiki-SIDES

Espace des référentiels de spécialités pour SIDES

Outils pour utilisateurs

Outils du site


sides:ref:anesthrea:item_325:psl

5. Produits sanguins labiles

PSL homologues

Les principaux PSL délivrés ou distribués par l’EFS sont :

  • Les concentrés de globules rouges (CGR),
  • Les concentrés de plaquettes (CP),
  • Les plasmas frais congelés (PFC).

Tous les PSL sont déleucocytés au cours des heures qui suivent le don (par filtration dans les 6 à 24 heurs après le prélèvement) ou lors d’un don en aphérèse. La déleucocytation (ou leucoréduction) permet de disposer de PSL contenant très peu de leucocytes et ainsi de réduire :
- Le risque d’allo-immunisation anti-HLA.
- Le risque de réaction fébrile non hémolytique.
- Le risque de transmission de virus intra-leucocytaires, dont le cytomégalovirus (CMV).
Le seuil de leucocytes résiduels est fixé de façon réglementaire par type de PSL.

Les caractéristiques précises de chaque PSL figurent sur l’étiquette :

  • Dénomination du produit,
  • Numéro de don,
  • Groupe ABO phénotype RH KEL,
  • Date et l’heure de péremption,
  • Contenu (Hb/CGR, plq/CP),
  • Volume.

En cas de sérologie CMV négative chez le donneur, figure la mention « CMV négatif » (CGR ou CP).

Autre PSL

Il existe un autre type de PSL, le concentré de granulocytes, non traité dans ce document compte-tenu de sa rareté. Ses seules indications sont les contextes septiques sévères et non maîtrisés chez un patient présentant une neutropénie profonde et prolongée (<0,2-0,5G/l), sauf cas particuliers. Des concentrés unitaires de granulocytes (CUG) sont alors préparés par l’EFS, au cas par cas, après concertation étroite avec le prescripteur. Ils relèvent d’une thérapeutique exigeante aussi bien chez le donneur (contraintes du don, 3h en aphérèse après corticothérapie), que chez le receveur souvent soumis à des effets indésirables malgré la sélection du donneur (compatibilité ABO, CUG phénotypé, recherche d’Ac anti-HLA…) et d’une préparation spécifique (transfusion immédiate moins de 12h après prélèvement du donneur).

Les caractéristiques des PSL présentés ci-après peuvent être retrouvées sur la décision du 20 octobre 2010 fixant la liste et les caractéristiques des produits sanguins labiles (8).

Concentré de globules rouges (CGR)

Caractéristiques

Un CGR est toujours issu du don d’un seul donneur et est obtenu par :
- Centrifugation puis soustraction du plasma en circuit clos stérile à partir d’un don de sang total ou
- Prélèvement aseptique à l’aide d’un séparateur chez un donneur au cours d’une aphérèse.

Composition

Elle est variable d’un CGR à l’autre, en fonction du donneur, et est de l’ordre de :
- Hémoglobine totale supérieure à 40g, Hématocrite entre 50 et 70%.
- Au minimum 125 ml de GR (environ 140ml),
- Environ 100 ml solution de conservation SAGM (saline, adénine, glucose, mannitol).
- Environ 42 ml d’anticoagulant CPD (citrate, phosphate, dextrose),
- Environ 20 ml plasma.
- Moins de 106 leucocytes par unité (après déleucocytation).

Remarque : Un CGR contient peu de plasma, donc peu d’Ac naturels anti-A et anti-B. La durée de vie moyenne des globules rouges transfusés est de 60 jours.

Conservation

Elle est d’au maximum 42 jours, à une température entre 2° et 6°C (24h en cas d’ouverture du circuit).

Concentré de plaquettes (CP)

Caractéristiques et composition

Il existe 2 types de concentrés de plaquettes, issus de préparations différentes:

  • Mélange de concentrés de plaquettes standards (MCPS), qui provient de la centrifugation d’unités de sang total issues de plusieurs donneurs (2 à 12), tous du même groupe ABO. Chaque CPS contient au minimum 0,375 1011 plaquettes réparties dans 40 à 60 ml de plasma.
  • Concentré de plaquettes d’aphérèse (CPA), qui est obtenu à l’aide d’un séparateur de cellules, lors d’une séance d’aphérèse chez un donneur (produit « mono-donneur »). Chaque CPA contient de 2 à 8 1011 plaquettes réparties dans 200 à 650 ml de plasma (paliers de 0,5 1011 plaquettes).

Remarques :
- Le contenu en plaquettes et en plasma des CP est très variable et résulte des caractéristiques du donneur (poids, numération plaquettaire…).
- L’EFS prépare de plus en plus de CP (MCPS et CPA) en solution dans lesquels la partie liquidienne est composée aux 2 tiers par une solution additive pour plaquettes (citrate de sodium dihydraté, acétate de sodium trihydraté, chlorure de sodium) et pour un tiers par du plasma du ou des donneurs.
- Les CP contiennent moins de 106 leucocytes par unité (après déleucocytation).
- Malgré la très faible quantité d’hématies résiduelles dans un CP, transfuser un CP RH D+ à un receveur RH D- comporte un risque d’immunisation [complication prévenue par l’administration d’Ig anti-D (100µg) dès que possible et au plus tard 72 heures après transfusion, disposition recommandée chez les patientes de la naissance à ménopause].
- Le respect de la compatibilité ABO est recommandé, en raison de l’expression des Ag du système ABO sur la membrane des plaquettes. En cas de transfusion de plaquettes ABO incompatibles, le rendement plaquettaire risque d’être moindre.
- Les CPA sont issus de donneurs de sexe masculin ou de femme nulligeste ou de femme chez qui le dépistage d’Ac anti-HLA est négatif, afin de diminuer le risque de TRALI (cf 6.1.2.).
- La durée de vie moyenne des plaquettes transfusées est de 3 à 4 jours, moins en cas d’hémorragie, de CIVD, de splénomégalie, de fièvre, d’immunisation dans le système HLA ou HPA…
- Jusqu’à présent les CPA sont le plus souvent destinés aux patients présentant une hémopathie ou en contexte d’Oncologie, tandis que les MCPS sont délivrés aux patients en contexte aigu de chirurgie, réanimation et, a contrario, parfois chez un patient poly-immunisé chez qui les CPA phénotypés (ou partiellement phénotypés) sont inefficaces ou non disponibles.

Conservation

Un CP se conserve au maximum 5 jours, entre 20°C et 24°C, en agitation lente et permanente.


Plasma Frais congelé

Caractéristiques

L’EFS fabrique 3 types de PFC:
- Le plasma frais congelé solvant détergent (PFC-SD). Le PFC-SD, préparé à Bordeaux, est dit « viro-atténué » (atténuation virale assurée par solvants détergents). Il est obtenu à partir d’un pool de plasma provenant de 100 donneurs en plasmaphérèse de même groupe ABO et recongelé en poche de 200 ml.
- Le plasma frais congelé inactivé par Amotosalem (PFC-IA). Le PFC-IA est aussi « viro-atténué » (atténuation virale assurée par psoralène et illumination par UVA). Il provient d’un seul donneur et est recongelé en poche de 200 ml.
- Le plasma frais congelé sécurisé (PFC-se). Le PFC-se est obtenu à partir du plasma d’un seul donneur, congelé et mis en quarantaine pour au minimum 60 jours. Il est délivré seulement si de nouveaux tests de qualification (QBD), effectués chez le donneur au-delà de 60 jours, sont toujours normaux. Il est conditionné en poches de 200 à 800 ml (préparation en unités pédiatriques possible, volume toujours supérieur à 50 ml).

Remarques :
- Les PFC « mono-donneurs » (IA et se) sont issus de donneur de sexe masculin ou de femme nulligeste ou de femme chez qui le dépistage d’Ac anti-HLA est négatif, afin de diminuer le risque d’œdème pulmonaire lésionnel (ou TRALI, cf 6.1.2.).
- En raison du risque de transmission du virus de l’hépatite E, encore mal évalué, il est recommandé d’administrer du PFC-SD chez les patients immuno-déprimés et les patients (9) devant être traités par échanges plasmatiques, Avec antécédents de transplantation d’organe, Après greffe de cellules souches hématopoïétiques (allogénique), Avec déficit immunitaire congénital, Porteurs d’une hépatopathie chronique.

Composition

Chaque unité de plasma (200ml) contient une solution citratée (30 à 50 ml) et des facteurs de coagulation à une concentration minimale de:
- Facteur VIII : 0,7 UI/ml après décongélation (0.5 UI/ml pour le PFC-IA et SD).
- Fibrinogène : 2g/l.
- Facteur V : 0.7UI/ml.
La concentration de leucocytes est inférieure à 104/l (après déleucocytation) et le pH de 7 à 7,6.
Le plasma est le seul produit apportant du facteur V, de la protéine S, du plasminogène et de la métalloprotéase (clivant le facteur Von Willebrand ou ADAMTS 13), qui n’existent pas en médicaments dérivés du plasma.
Remarques:
Le plasma contient les Ac naturels ABO du donneur, ainsi la compatibilité plasmatique ABO entre le donneur ou le receveur doit être respectée.

Conservation

Le PFC est conservé au maximum 1 an à une température inférieure à -25°C. En cas d’indication à transfuser du plasma, il est décongelé par l’EFS (ou au dépôt de sang de l’ES), selon des modalités précises, et est porté à 37°C en environ 30mn. Par contre, une fois décongelé, les composés du plasma se dégradent rapidement, c’est pourquoi il doit être transfusé au plus tard dans les 6 heures après décongélation, conservé à température ambiante (50% du facteur VIII est dégradé tandis que le facteur V a complètement disparu en 6h).

Indications des PSL selon leurs qualifications et transformations

Les PSL (notamment les CGR et les CP) sont caractérisés par des qualifications (relevant des résultats des examens biologiques pratiqués sur le don), et des transformations (apportées par l’EFS). Il revient au médecin de prescrire les qualifications et transformations requises pour le patient, selon sa pathologie et ses antécédents. Les indications indiquées ci-après sont issues des recommandations de l’Ansm (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé en 2002 et 2003, Ansm et Haute Autorité de Santé en 2012), dont la mise à jour est attendue pour les globules rouges et les plaquettes (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17).

Qualification « phénotypé »

CGR phénotypé (système érythrocytaire RH KEL)

Définition

Un CGR phénotypé désigne un CGR dont les Ag C (RH2), E (RH3), c (RH4), e (RH5) et K (KEL1) sont déterminés. Prescrire un CGR phénotypé signifie qu’il est phéno-identique ou phéno-compatible au receveur.

Indications

- Nouveau-né, nourrisson, enfant.
- Patiente jusqu’à la ménopause.
- Patient qui présente ou a présenté des Ac anti-érythrocytaires.
- Patient polytransfusé ou susceptible de l’être.

Remarques:
- Transfuser un CGR phénotypé réduit le risque d’allo-immunisation, mais ne l’annule pas dans la mesure où le patient peut s’immuniser contre un autre Ag du donneur, hors système RH et KEL.
- Chez les patients dépendants à long terme de transfusions érythrocytaires (en cas de drépanocytose, thalassémie…), il est important de prendre des précautions supplémentaires afin de réduire le risque d’immunisation en prescrivant des CGR phénotypés et respectant le phénotype étendu (évitant le risque d’immunisation vis-à-vis d’Ag immunisants hors système RH et KEL).

CPA phénotypé (système HLA ou HPA)

Définition

Un CPA phénotypé désigne un CPA dont les Ag du système HLA de classe I (voire HPA) sont connus. La détermination de ces Ag est effectuée sur certains CPA qui sont réservés préférentiellement aux patients devant bénéficier de CPA de phénotype identique ou compatible.
Prescrire un CPA phénotypé signifie qu’il est partiellement phéno-identique ou phéno-compatible au phénotype du receveur (en partie, compte-tenu des multiples Ag HLA de classe I).

Indications

- Nouveau-né présentant une thrombopénie néonatale présumée ou avérée (destruction de ses plaquettes par les Ac anti-HPA-1a de la maman, elle-même de groupe HPA-1a négatif), chez qui les plaquettes maternelles irradiées ou des plaquettes HPA compatibles irradiées peuvent être transfusées.
- Patient porteur d’Ac anti-HLA ou anti-HPA (sélection d’un CPA dépourvu de l’Ag correspondant).
- Patient présentant un purpura post-transfusionnel, en cas de transfusion plaquettaire indispensable.

Qualification « Compatibilisé »

CGR compatibilisé

Définition

Un CGR « compatibilisé » désigne un produit testé avec le sérum du futur receveur, par une épreuve directe de compatibilité (EDC) au laboratoire de l’EFS, d’une durée de validité de 72 heures. Il porte une étiquette mentionnant l’identité du receveur et la date de l’EDC. De plus, l’EDC permet de détecter un conflit entre un Ag du CGR et un Ac du receveur qui n’aurait pas été détecté par la RAI (Ac en faible quantité ou Ac contre un Ag hors panel des Ag de la RAI), et ainsi de l’écarter. L’EDC dure au moins une heure et implique que le laboratoire de l’EFS dispose d’un échantillon sanguin du patient (5ml sur tube EDTA).

Indications

- Patient qui présente des Ac anti-érythrocytaires.
- Patient qui a présenté des Ac anti-érythrocytaires (antérieurement détectés par une RAI), dans la mesure où, ils peuvent être réactivés en quelques heures et être hémolysants (« Un Ac un jour, un Ac toujours »).
- Nouveau-né (EDC du CGR avec le sérum du nouveau-né ou de la mère, indiquée dans certains contextes de Néonatologie, selon la procédure de l’ES).

CPA compatibilisé

Définition

Un CPA compatibilisé est un CPA sélectionné au laboratoire de l’EFS et testé par une EDC entre le sérum du receveur et les cellules du CPA (les lymphocytes pour une compatibilité HLA, les plaquettes pour une compatibilité plaquettaire).
L’EDC dure au moins une heure et implique que le laboratoire de l’EFS dispose d’un échantillon sanguin du patient (5ml sur tube sec).

Indications

- Nouveau-né présentant une thrombopénie néonatale présumée ou avérée (destruction de ses plaquettes par les Ac anti-HPA-1a de la maman, elle-même HPA-1a négatif), chez qui les plaquettes maternelles irradiées ou des plaquettes HPA compatibles irradiées peuvent être transfusées.
- Patient porteur d’Ac anti-HLA ou anti-HPA.
- Patient présentant un purpura post-transfusionnel, en cas de transfusion plaquettaire indispensable.

Qualification « CMV négatif »

Définition

Un CGR et un CP « CMV négatif » proviennent de donneurs chez qui n’ont pas été détectés d’Ac anti-CMV au moment du don.

Indications

- Femme enceinte.
- Fœtus (transfusion in-utero).
- Nouveau-né, nourrisson.
- Patient CMV négatif en at0tente de greffe ou de transplantation.
- Patient CMV négatif greffé ou transplanté avec donneur CMV négatif.
- Patient receveur d’une transplantation de poumon (ou en attente) quel que soit son statut CMV.

Transformation « déplasmatisé »

Définition

Un CGR et un CP déplasmatisés désignent des PSL dont le plasma résiduel a été soustrait et qui ont été remis en suspension dans une solution injectable qui préserve les qualités fonctionnelles des cellules. La concentration de protéines extra-cellulaires résiduelle y est inférieure à 0,5g/unité. La déplasmatisation demande environ 2 heures de préparation et provoque une perte d’environ 5g d’hémoglobine du CGR et 0,5 10 11 plaquettes du CP. Un produit déplasmatisé doit être transfusé le plus rapidement possible après sa préparation (au maximum 6 heurs après la préparation).

Indications

- Nouveau-né avec thrombopénie auto-immune (déplasmatisation et irradiation des plaquettes maternelles ou compatibles).
- Patient présentant un déficit en IgA ou porteur d’Ac anti-IgA.
- Patient avec antécédent de réaction allergique transfusionnelle sévère.
- Patient avec antécédent de purpura thrombopénique post-transfusionnel.

« Cryoconservé »

Le Centre national de référence des groupes sanguins (CNRGS) et la Banque nationale de sang de phénotype rare (BNSPR) assurent la conservation et la disponibilité en France de certains produits issus de donneurs de phénotype érythrocytaire, HLA ou HPA rare.

CGR cryoconservé

Définition

Certains CGR de phénotype rare sont cryoconservés de 4 mois à 10 ans (-30°C à -130°C), qui devront être immédiatement transfusés après décongélation.

Indications

- Patient de phénotype érythrocytaire rare (ex : Bombay).
- Patient poly-immunisé dans le système érythrocytaire.

CPA cryoconservé

Définition

Certains CPA de phénotype HLA ou HPA rare sont cryoconservés de 2 à 3 ans (-60°C à -130°C). Ils devront être immédiatement transfusés après décongélation tandis que le rendement plaquettaire est réduit de moitié environ (altération des plaquettes).

Indications

- Patient porteur d’un phénotype HLA ou HPA rare (ex : immunisation foeto-maternelle anti HPA-1a).

Transformation « irradié »

Définition

Un CGR et un CP irradiés ont été soumis à une irradiation de 25 à 45 Grays qui inactive les lymphocytes résiduels et prévient la réaction du greffon contre l’hôte (GVH) chez les patients immunodéprimés.

Indications

- Transfusion in utero.
- Exsanguino-tranfusion.
- Nourrisson de moins de 6 mois,
- Enfant pris en charge en Onco-Hématologie Pédiatrique (le plus souvent).
- Patient greffé (allogreffe ou autogreffe).
- Patient transplanté (transplantation d’organe).
- Patient immuno-déprimé (aplasie médullaire, déficits immunologiques congénitaux cellulaires).
- Patient traité ou ayant été traité par Fludarabine ou Alemtuzumab ou immunoglobulines anti-thymocytes.
- Transfusion intra-familiale.

Remarque :
La GVH désigne la prolifération des lymphocytes du donneur, non reconnus comme étrangers par le receveur s’il présente une immunodéficience ou une semi-identité HLA.

Transformation « Fractionné »

CGR fractionné

Définition

Un CGR pédiatrique ou nourrisson est obtenu par division aseptique d’un CGR de moins de 7 jours, en 4 unités destinées au même enfant (conservation maximale de 21 jours après le don, volume supérieur à 50ml, Hb totale supérieure 25g).

Indications

- Nouveau-né devant bénéficié de transfusions érythrocytaires répétées afin de diminuer le nombre de donneurs (groupe et phénotype aussi compatibles au groupe de l’enfant et de la maman).

CPA unité pédiatrique

Définition

Un CPA pédiatrique est obtenu par la division aseptique d’un CPA en plusieurs unités (de plus de 50 ml).

Indications

- Nouveau-né devant bénéficié de transfusions plaquettaires répétées afin de diminuer le nombre de donneurs.

Transformation « réduction de volume »

La réduction de volume d’un CGR ou d’un CP permet d’éliminer une partie du milieu de suspension du PSL et d’obtenir un PSL plus concentré.

Définition

Un CGR « réduction de volume » est un CGR conservant le même contenu en hémoglobine, mais réparti dans un volume inférieur (hématocrite final entre 70 et 85 %). Un CP « réduction de volume » est un CP dont le contenu en plaquettes est réparti dans un volume inférieur.

Indications

- Patient chez qui une restriction des apports est nécessaire (cardiopathie, contexte de Néonatalogie…).
- Patient présentant des réactions allergiques post-transfusionnelles mineures (discuté dans la mesure où des CP en solution sont dorénavant disponibles).

Sang total reconstitué

Définition

Le sang total reconstitué est composé d’un CGR et un demi PFC de même groupe ABO, après reconstitution aseptique dans une même poche par l’EFS.

Indications

- Ex-sanguinotransfusion.
- Assistance circulatoire extracorporelle chez le nouveau-né.

Remarques :
- Le tarif des PSL est réglementé. Le tarif des principaux PSL et des qualifications sont présentés sur le tableau 3 (18).

Tableau 3. Tarif des PSL (hors taxe et avec), issu de l’arrêté du 7 avril 2014 modifiant l’arrêté du 9 mars 2010 modifié relatif au tarif de cession des produits sanguins labiles (18).

Produit Sanguin LabileCoût hors taxe
CGR187,33
CPA554,21
PFC99,06
Phénotypé+ 3,29
CMV négatif+ 10,81
Irradié+14,80


Indications et recommandations de la transfusion homologue

En complément des indications relatives aux qualifications et transformations présentées au 4.2., s’ajoutent celles de la transfusion elle-même, construites notamment sur la définition de seuils transfusionnels, tenant compte du patient et du contexte de sa prise en charge (notamment en situation d’hémorragie aigue ou pas). Ainsi, les sociétés savantes ont émis de nombreuses recommandations, notamment la Société Française d’Anesthésie et de Réanimation (SFAR), la Société de Réanimation de Langue Française (SRLF) et la Société Française d’Hématologie (SFH) (19), (20), (21).

L’indication d’une transfusion homologue doit toujours être motivée par l’absence d’alternative (transfusion autologue ou médicament) et être adaptée à chaque patient, notamment selon :
- Le caractère aigu de l’anémie (hémorragie active / anémie chronique…).
- La tolérance du patient.
- La pathologie, les troubles hémostases, le traitement du patient…
- La capacité d’hématopoïèse du patient (exemple : carence martiale versus myélodysplasie…).
Un « conseil transfusionnel » peut-être obtenu en permanence auprès d’un médecin de l’EFS.

Remarques :

  • Transfusion érythrocytaire (hors contexte hémorragique) :

- Chez un adulte de 70 kg, un CGR augmente l’hémoglobinémie d’environ 1g/dl (et l’hématocrite de 2,5 à 3%).
- Chez un enfant, 3 ml CGR/kg augmente l’hémoglobine d’environ 1 g/dl. La formule ci-dessous permet de calculer le volume de CGR à prescrire.
Volume à prescrire (ml de CGR) : poids (kg) x (Hb souhaitée – Hb avant transfusion) (g/dl) X 3 ou 4.

  • Transfusion plaquettaire :

La transfusion de 0,5 1011 plq/7kg permet une augmentation d’environ 20 109 plq/l.

Indications d’une transfusion de globules rouges

Les principaux seuils d’hémoglobinémie sont reportés sur la figure 3 (taux rapidement faux en contexte d’hémorragie aiguë, en raison du décalage dans le temps entre le prélèvement et le moment où le taux est connu).

Figure 3 : Seuils transfusionnels érythrocytaires indicatifs

Indications d’une transfusion de plaquettes

La transfusion de plaquettes peut répondre à une indication curative (en cas de saignement) ou préventive (afin d’éviter une hémorragie), dont les seuils sont différents selon le contexte de prise en charge du patient. Les principaux seuils plaquettaires sont reportés sur le tableau 4 (22).

Tableau 4. Extrait des Recommandations de bonne pratique, Transfusion de plaquettes, Afssaps.

Situation cliniqueSeuil transfusionnel (G/L)
Geste effractif50
Chirurgie50
Préventif
Neurochirurgie100
Ophtalmologie segment postérieur100
Rachianesthésie50
Péridurale80
Curative
Chirurgie cardiaque 50
Chirurgie hépatique 50
Thrombopénie de fin de grossessePas d’indication
HELPP syndrome 30 à 50


Indications d’une transfusion de plasma

La transfusion de PFC est recommandée en cas de d’hémorragie, ou de geste à risque hémorragique, associé à une anomalie de l’hémostase, ou en cas de pathologie nécessitant des échanges plasmatiques. Les principales indications sont rapportées sur la figure 4 (16) (17).

Figure 4 : Extrait de « Transfusion de plasma thérapeutique, produits, indications, Actualisation 2012, Recommandations, Ansm-HAS, juin 2012 » (16) (17).


En situation de transfusion massive, des algorithmes ou protocoles sont instaurées dans les secteurs d’Anesthésie-Réanimation, afin de préciser les séquences de transfusion érythrocytaire, plasmatique et plaquettaire, d’administration de médicaments et la surveillance biologique du patient (figure 5).

Figure 5 : Extrait de « Transfusion de plasma thérapeutique, produits, indications, Actualisation 2012, Recommandations, Ansm-HAS, juin 2012 » (16) (17).

Alternatives à la transfusion homologue

Transfusion autologue

Transfusion autologue programmée (TAP) ou dirigée (TAD)

La TAP résulte de l’indication posée par le médecin anesthésiste lors de la consultation pré-anesthésie, avant une intervention à risque hémorragique, après estimation des pertes sanguines.
En l’absence de contre-indication, et après consultation auprès d’un médecin de l’EFS, le patient donne son sang dans un EFS, en un ou plusieurs dons à partir desquels des CGR et des PFC seront fabriqués. Ces produits relèvent d’un circuit spécifique afin de n’être jamais conservés avec des produits sanguins homologues, car ils sont exclusivement réservés au « donneur-patient » pendant 42 jours, et détruits en cas de non-utilisation.
Les règles d’administration des produits sanguins autologues sont identiques à celle de la transfusion homologue, y compris le contrôle ultime au chevet du patient.

Récupération de sang péri-opératoire (RSPO)

La RSPO (per ou post-opératoire) est un acte prescrit par un anesthésiste et effectué sous sa responsabilité. Il comporte:
- L’aspiration des pertes hémorragiques du patient pendant l’intervention ou le drainage d’une cavité corporelle ou d’un espace articulaire au décours immédiat de l’intervention.
- Le traitement et le lavage du sang recueilli par un appareil de centrifugation ou filtration par un dispositif à usage unique en cas de récupération post-opératoire.
- L’administration du produit ainsi préparé au plus tard dans les 6 heurs qui suivent le recueil.
Les contre-indications sont nombreuses (drépanocytose, thalassémie homozygote, phéochromocytome, contextes septique ou carcinologique ou obstétrical ou de métallose, utilisation de colles biologiques ou d’antiseptiques iodés ou d’eau stérile ou d’eau oxygénée…).


Item n°325. Transfusion sanguine et produits dérivés du sang : indications, complications. Hémovigilance

sides/ref/anesthrea/item_325/psl.txt · Dernière modification: 30/04/2018 13:55 (modification externe)