Wiki-SIDES

Espace des référentiels de spécialités pour SIDES

Outils pour utilisateurs

Outils du site


sides:ref:anesthrea:item_9:pointsclef

0. Points clefs

Les 10 points clefs à retenir

  1. La loi pose le principe de l'inviolabilité (respect du corps) et de la non-patrimonialité (don gratuit) du corps humain.
  2. Les lois de bioéthique autorisent le prélèvement d'organes et de tissus à visée thérapeutique afin de réaliser des transplantations et de sauver des vies : c’est un objectif de santé publique.
  3. Le don d'organes et de tissus est possible à condition de respecter les principes suivants : consentement libre, anonymat, gratuité, sécurité sanitaire et absence de publicité.
  4. Les donneurs potentiels d'organes se répartissent en deux catégories : les donneurs décédés, soit à cœur battant (mort encéphalique), soit à “cœur arrêté” et les donneurs vivants.
  5. L'état de mort encéphalique correspond à la destruction irréversible et isolée de l’ensemble des centres nerveux intra-crâniens (cortex et tronc cérébral) suite à un arrêt circulatoire encéphalique complet.
  6. Le diagnostic de mort encéphalique comprend un aspect clinique et le recours à une confirmation par un examen paraclinique ayant valeur médico-légale dans le cadre d'un don d'organe éventuel.
  7. Les examens paracliniques permettant d'affirmer le diagnostic d'état de mort encéphalique sont soit deux électroencéphalogrammes (EEG) réalisés à quatre heures d’intervalle sous amplification maximale, soit l'angiographie cérébrale des quatre axes vasculaires cérébraux ou l’angioscanner plus facile à réaliser. Comme pour le diagnostic clinique, les examens para-cliniques doivent être réalisés en l’absence de facteurs confondants.
  8. Le procès-verbal de mort encéphalique est signé par deux médecins. En cas de décès à “cœur arrêté”, une signature suffit.
  9. Le consentement à un prélèvement d'organes ou de tissus est révocable à tout moment. Quelle que soit sa décision, il est important d’en informer les proches (campagne d’information de l’ABM).
  10. La prise en charge d’un prélèvement d’organes et de tissus, depuis le diagnostic clinique et paraclinique jusqu'à la transplantation, repose sur une chaîne d'intervenants coordonnée au plan national par l'Agence de Biomédecine (ABM) et au niveau local par le médecin ou l'infirmière coordinatrice de prélèvement.


Item n°9: Prélèvements d'organes et législation

sides/ref/anesthrea/item_9/pointsclef.txt · Dernière modification: 30/04/2018 13:55 (modification externe)