Wiki-SIDES

Espace des référentiels de spécialités pour SIDES

Outils pour utilisateurs

Outils du site


sides:ref:reanimation:choc_hemorragique

Choc hypovolémique et hémorragique

item 328 État de choc. Principales étiologies : hypovolémique, septique (voir item 154), cardiogénique, anaphylactique

  • Diagnostiquer un état de choc chez l'adulte et chez l'enfant.

  • Prise en charge immédiate pré-hospitalière et hospitalière.
  • Reconnaître et traiter un choc méningococique - purpura fulminans (posologies).

Le choc hypovolémique correspond à un déséquilibre entre les besoins et les apports d'oxygène aux tissus lié à une diminution du retour veineux au cœur. L'hypoperfusion tissulaire et l'hypoxie cellulaire qui en découle sont dues à une diminution du transport artériel en oxygène. La diminution du retour veineux entraîne en effet une baisse du volume d'éjection systolique et du débit cardiaque, donc une réduction du transport en oxygène dans la circulation systémique. Lorsque l'hypovolémie est due à une hémorragie, l'anémie aiguë diminue le contenu artériel en oxygène et majore ainsi la baisse du transport en oxygène.

La stimulation du système sympathique compense initialement les effets de l'hypovolémie grâce à ses effets cardiaques et vasculaires. Néanmoins, cette compensation est dépassée dès lors que l'hypovolémie perdure et qu'elle excède approximativement 30 à 40 p.100 de la masse sanguine totale. L'enjeu est donc d'identifier précocement le choc hypovolémique afin de restaurer un retour veineux, donc un débit cardiaque, adapté aux besoins de l'organisme. En l'absence de correction rapide, l'hypovolémie profonde et persistante peut induire des lésions tissulaires ischémiques et une défaillance polyviscérale conduisant à un état de choc irréversible.

L'état de choc hypovolémique est une cause fréquente de défaillance circulatoire. L'hypovolémie est également impliquée dans d'autres types d'états de chocs (exemples : choc septique, choc anaphylactique) et s'observe fréquemment en l'absence d'état de choc constitué. C'est pourquoi la correction d'une hypovolémie est la première étape à envisager dans la prise en charge thérapeutique d'une hypotension artérielle ou d'un état de choc. Les états de choc traumatiques (polytraumatisme) qui sont une cause fréquente de choc hémorragique et les états de choc secondaires à des brûlures étendues sont traités dans un chapitre dédié de cet ouvrage.

I- Rappels de physiologie et physiopathologie

La volémie est le volume sanguin total de l'organisme qui est composé du plasma et des éléments figurés du sang. Sa valeur normale chez l'adulte se situe entre 65 et 75 ml/kg. Environ deux tiers de la volémie sont contenus dans la circulation veineuse systémique. Le retour veineux au cœur droit dépend du gradient de pression hydrostatique dans le système veineux (pression systémique moyenne moins pression auriculaire droite) et est inversement proportionnel à la résistance à l'écoulement du sang veineux (très faible lorsque la veine n'est pas collabée). La pression systémique moyenne est la pression qui règne en tout point du système circulatoire en l'absence de contraction cardiaque, donc de débit. Elle représente la pression motrice pour le retour veineux systémique. La pression auriculaire droite est la pression d'aval à vaincre qui règne à l'entrée du cœur droit. Le volume veineux non contraint désigne le volume de sang nécessaire au remplissage des veines pour éviter qu'elles ne se collabent et pour réduire ainsi la résistance à l'écoulement du sang. Le volume veineux contraint désigne le volume de sang veineux supplémentaire qui distend les veines et génère ainsi la pression systémique moyenne. La majorité du volume veineux non contraint constitue une réserve volémique mobilisable par une stimulation sympathique, notamment dans le compartiment splanchnique. Celle-ci entraine en effet une vasoconstriction veineuse qui augmente la proportion du volume contraint au dépend du volume non contraint, à volémie constante. Le retour veineux systémique au cœur droit est également favorisé par la pompe musculaire (écrasement de la semelle veineuse plantaire et des veines des membres inférieurs à la marche), la pompe thoracique (augmentation du retour veineux par la veine cave inférieure à l'inspiration), la pompe cardiaque (effet de succion lié à la descente des valves auriculoventriculaires vers la pointe du cœur en systole), et par la présence de valvules anti-retour.

L'hypovolémie est une diminution de la masse sanguine totale de l'organisme. Elle entraîne une diminution du volume veineux contraint, donc de la pression systémique moyenne, et réduit le retour veineux au cœur. Cette baisse du retour veineux systémique est responsable d'une diminution de la précharge des ventricules, donc de leur volume d'éjection systolique et du débit cardiaque, suivant le principe de Frank-Starling. Cette baisse du débit cardiaque réduit le transport artériel en oxygène et participe à la baisse de la pression artérielle moyenne qui reflète la pression de perfusion des organes.

Face à une hypovolémie, l'organisme met en jeu des mécanismes de compensation afin de maintenir le plus longtemps possible le débit cardiaque et la pression artérielle. Ces mécanismes reposent sur la stimulation sympathique dont l'intensité est proportionnelle au déficit volémique. L'activation du système sympathique augmente le débit cardiaque principalement par ses effets chronotrope et inotrope positifs et par la veinoconstriction qui augmente le volume contraint au dépend du volume non contraint, donc augmente le retour veineux. Elle induit également une vasoconstriction artérielle qui, associée au maintien du débit cardiaque, contribue à stabiliser la pression artérielle et favorise le transfert de liquide du milieu interstitiel vers le secteur intravasculaire. La vasoconstriction induite par la stimulation sympathique touche préférentiellement les territoires splanchniques, musculocutanés et rénaux, alors qu'elle tend à épargner initialement les circulations coronaire et cérébrale. Les effets de l'activation du système sympathique sont limités chez les sujets âgés qui ont une réserve physiologique réduite et qui recoivent souvent un traitement cardiotrope (exemples : bêta-bloquants, inhibiteurs calciques, vasodilatateurs). Inversement, ils sont marqués chez le sujet jeune sans comorbidité, ce qui tend à appauvrir le tableau clinique initial et à retarder l'apparition des signes cardinaux d'état de choc. La constatation d'un état de choc hypovolémique qui n'est plus compensé témoigne donc d'une diminution importante du volume sanguin total de l'organisme. La pérénisation de l'état de choc peut entraîner un syndrome de réponse inflammatoire systémique et des phénomènes d'ischémie-reperfusion tissulaire qui peuvent contribuer à l'installation d'une défaillance polyviscérale.

II- Etiologie

L'hypovolémie peut être absolue ou relative. L'hypovolémie absolue correspond à une diminution du volume sanguin circulant total de l'organisme qui peut être liée à une hémorragie (perte de sang total), à une perte d'eau plasmatique, ou à l'extravasation d'eau plasmatique vers les tissus interstitiels (tableau 1). L'hypovolémie relative est définie par la mauvaise répartition de la masse sanguine totale qui est normale dans la circulation en raison d'une vasodilatation intense (lésion spinale, cause toxique). Dans ce cas, le volume non contraint est augmenté au dépend du volume contraint, notamment dans le territoire splanchnique, ce qui entraîne une baisse de la pression systémique moyenne et du retour veineux au cœur.

Tableau 1 : Principales causes d'hypovolémie absolue

Hémorragie extériorisée 
 
plaie vasculaire, hématémèse, rectorragie, hémorragie de la délivrance
épistaxis, hémoptysie, hématurie
Hémorragie non extériorisée hémorragie digestive, hémopéritoine, hématome rétropéritonéal, hémothorax
traumatisme fermé d'un organe plein, fracture du bassin, fracture du fémur
Saignement d'un site opératoire
Fissuration ou rupture d'anévrysme aortique, rupture de faux-anévrysme artériel
Pancréatite nécrotico-hémorragique
Hématome profond sur accident des anticoagulants (psoas, paroi abdominale, cuisse)
Perte d'eau plasmatique Digestive : vomissements, diarrhée, troisième secteur lié à une occlusion digestive, une pancréatite aiguë ou une cirrhose décompensée
Cutanée : brûlures étendues, coup de chaleur, pertes insensibles insuffisamment compensées
Rénale : polyurie osmotique, diabète insipide, excès de diurétiques
Extravasation d'eau plasmatique dans le tissu interstitiel baisse de la pression oncotique (hypoprotidémie), augmentation de la perméabilité capillaire

III- Diagnostic

A- Clinique

La présentation clinique du choc hypovolémique dépend de la cause, de la durée et de la profondeur de l'hypovolémie, ainsi que de l'efficacité des mécanismes compensateurs. Les signes cardinaux (hypotension artérielle définie par une pression artérielle systolique ≤ 90 mmHg ou moyenne ≤ 65 mmHg ou baisse de pression artérielle de plus de 40 mmHg par rapport aux chiffres habituels ; signes d'hypoperfusion tissulaire tels qu'oligurie, marbrures cutanées, encéphalopathie ; tachycardie liée à la stimulation sympathique) sont tardifs et communs aux états de choc. Certains signes orientent vers un bas débit cardiaque quelle qu'en soit l'origine : pincement de la pression artérielle différentielle, pouls petit, filant, mal perçu et bruits du cœur rapides et mal frappés, augmentation du temps de recoloration capillaire et froideur des extrémités et des téguments. D'autres signes orientent vers une hypovolémie mais sont peu sensibles : veines superficielles plates, accélération de la fréquence cardiaque et majoration de l'hypotension artérielle à la verticalisation du tronc alors que la position de Tredelenburg (décubitus dorsal, tête déclive) ou le lever de jambes passif ont les effets inverses, signes de déshydratation (soif, pli cutané, aisselles et muqueuses sèches) et pâleur cutanéo-conjonctivale en cas d'anémie. Enfin, d'autres signes cliniques en rapport avec la cause du choc hypovolémique peuvent être observés, voire être au premier plan en cas d'hémorragie active ou de troisième secteur associé à un syndrome abdominal aigu. A l'inverse, les signes cliniques peuvent être peu bruyant et se limiter initialement à une tachycardie et à une oligurie avec des urines concentrées. Dans tous les cas, le contexte clinique oriente d'emblée vers l'hypovolémie.

Une gradation de la sévérité clinique du choc hémorragique est proposée par le collège Américain de chirurgie (tableau 2). Jusqu'à une perte sanguine atteignant 30 p.100 du volume sanguin total de l'organisme, la pression artérielle peut être conservée si les mécanismes de compensation sont efficaces. Dans ce cas, une hypotension artérielle ne survient qu'après un déficit de 1,5 à 2 litre de sang. A ce stade, tous les signes cardinaux d'état de choc sont alors réunis (tableau 2). Une hypotension artérielle diastolique inférieure à 40 mmHg ou une bradycardie paradoxale sont des signes de gravité extrème témoignant d'un risque de désamorçage circulatoire imminent.

Tableau 2 : Gravité de l'état de choc hémorragique en fonction du volume de sang perdu*.

Classe I Classe II Classe III Classe IV
Pourcentage de volémie perdue < 15 % 15 - 30 % 30 - 40 % > 40 %
Perte sanguine** < 750 mL 750 - 1500 mL 1500 - 2000 mL > 2000 mL
Fréquence cardiaque < 100 bpm > 100 bpm > 120 bpm > 140 bpm
Pression artérielle en position allongée Normale Normale Diminuée Diminuée
Fréquence respiratoire 14 - 20 / min 20 - 30 / min 30 - 40 / min > 40 / min
Diurèse > 30 mL / h 20 - 30 mL / h 5 - 15 mL / h < 5 mL / h
Fonctions supérieures Légère anxiété Anxiété modérée, agitation Anxiété importante, confusion Léthargie

* : d'après la classification du collège américain de chirurgie.

** : sur la base d'une volémie de 5 L chez un adulte de gabarit moyen.

B- Paraclinique

1- Biologie

L'existence d'une acidose métabolique (pH et bicarbonates diminués, déficit en base) et d'une hyperlactatémie (> 2 mmol/l) reflète l'hypoperfusion tissulaire associée à l'état de choc.

En cas de choc hémorragique, l'hémogramme sous-estime initialement le volume de sang perdu puisque la proportion entre éléments figurés et eau plasmatique n'est pas modifiée. L'hémoglobinémie et l'hématocrite restent donc normales dans un premier temps (figure 1). Sous l'effet de la réintégration d'eau interstitielle dans l'espace vasculaire liée à la stimulation sympathique et surtout du remplissage vasculaire, l'hémoglobinémie chute secondairement par hémodilution. Sa valeur dépend alors de sa concentration de départ, de la perte sanguine et du volume de remplissage vasculaire effectué (figure 1). Il existe fréquemment une coagulopathie avec allongement du temps de quick et du temps de céphaline activé en rapport avec une baisse de l'ensemble des facteurs de coagulation. Une coagulation intravasculaire peut être présente, avec produits de dégradation de la fibrine circulants, thrombopénie, baisse du taux de prothrombine et hypofibrinogénémie.

Figure 1 : Effets d'une hémorragie aiguë et du remplissage vasculaire sur l'hématocrite (Ht). L'hématocrite qui représente la proportion de la masse sanguine totale occupée par les éléments figurés du sang est dans cet exemple en situation basale de 45% (T0). L'hémorragie aiguë entraîne une perte brutale proportionnelle de plasma et d'éléments figurés du sang. Bien qu'ici le sang total perdu atteint 2,5 L soit environ la moitié de la volémie d'un adulte, l'hématocrite reste initialement stable (T1). Le passage d'eau de l'interstitium vers le secteur vasculaire mais surtout le remplissage vasculaire par des cristalloïdes diluent progressivement les éléments figurés du sang. Dans cet exemple, la restauration d'une volémie de 4 L abaisse par le remplissage vasculaire abaisse l'hématocrite à 30% (T2) et la correction de l'hypovolémie le diminue jusqu'à 20% (T3). Seul l'apport de globules rouges permet de normaliser l'hématocrite en restaurant la proportion normale entre éléments figurés du sang et plasma (T4). C'est pourquoi (1) l'hémogramme initial sous-estime toujours la profondeur d'une anémie aiguë (T1) et (2) la tranfusion sanguine doit être débutée le plus tôt possible pour éviter l'hémodilution qui baisse le contenu artériel donc le transport en oxygène et contribue à la coagulopathie associée (voir texte).

En cas de perte d'eau plasmatique, les signes biologiques d'hémoconcentration associent hyperprotidémie et augmentation de l'hématocrite et de l'hémoglobinémie. En cas de déshydratation intracellulaire associée, l'hypernatrémie est usuelle.

Les autres signes biologiques témoignent du retentissement du choc sur les différentes fonctions d'organes. L'insuffisance rénale aiguë liée à l'hypoperfusion rénale (fonctionnelle) est difficile à distinguer d'une tubulopathie aiguë constituée (organique) avec les critères biologiques sanguins et urinaires habituels. C'est souvent sa régression sous l'effet d'un remplissage vasculaire qui permet de retenir l'hypovolémie isolée préalable.

2- Evaluation hémodynamique

Elle n'est réalisée que chez un patient qui conserve des signes d'hypoperfusion tissulaire malgré le traitement bien conduit, notamment lorsque les signes d'hypovolémie sont discrets ou absents car ceux-ci sont peu sensibles. Les techniques d'évaluations hémodynamiques ci dessous sont débatues entre spécialistes, et restent en dehors du programme du second cycle.

On parle de précharge-dépendance quand le remplissage vasculaire s'accompagne d'une augmentation du volume d'éjection systolique. Le but de l'évaluation hémodynamique est de prédire la réponse du cœur au remplissage vasculaire afin d'éviter une surcharge volémique chez un malade sans précharge-dépendance qui pourrait être néfaste en majorant le risque d'œdème tissulaire, notamment pulmonaire.

Les paramètres hémodynamiques dits « statiques » sont mesurés en fin d'expiration et permettent d'évaluer grossièrement la précharge du cœur par la mesure directe ou indirecte du volume télédiastolique d'un ventricule ou par la mesure de sa pression de remplissage (pression veineuse centrale pour le ventricule droit mesurée par cathéter veineux central positionné dans la veine cave supérieure, pression artérielle pulmonaire d'occlusion pour le ventricule gauche mesurée par cathéter artériel pulmonaire). Ces pressions reflètent la pression télédiastolique des ventricules qui est reliée à leur volume télédiastolique (précharge) par une courbe curvilinéaire. La mesure de la pression veineuse centrale est le paramètre le plus utilisé. Une valeur basse (< 5 mmHg) serait prédictive d'une hypovolémie. Néanmoins, aucun de ces paramètres n'a une sensibilité et une spécificité suffisante pour prédire la réponse au remplissage vasculaire.

Les paramètres dits « dynamiques » mesurent les variations de la pression artérielle (systolique ou différentielle) ou du volume d'éjection systolique du ventricule gauche au cours du cycle respiratoire. Ils sont plus performants que les indices statiques pour prédire la réponse au remplissage vasculaire. Néanmoins, la plupart des indices dynamiques ne sont utilisables que chez un nombre restreint de patients (ventilation mécanique, rythme sinusal). Le lever de jambe passif peut également être utilisé pour prédire la réponse au remplissage vasculaire en réalisant un transfert de sang réversible des membres inférieurs vers la circulation centrale.

3- Imagerie et endoscopie

A la différence du polytraumatisme où l'hémorragie peut avoir une origine multiple selon l'association lésionnelle, les hémorragies d'autre origine ont généralement une localisation unique. L'extériorisation de l'hémorragie oriente les examens complémentaires. En présence d'une hémorragie digestive haute (hématémèse) ou basse (rectorragie), la fibroscopie oesogastroduodénale est l'examen de première intention afin d'identifier une source de saignement accessible à un geste d'hémostase perendoscopique. En cas de rectorragie, une colonoscopie est réalisée dans un deuxième temps. Si l'examen n'est pas contributif, une tomodensitométrie avec injection de produit de contraste peut permettre d'identifier l'extravasation sanguine et orienter ainsi un geste d'embolisation par artériographie ou la chirurgie. Les hémorragies non extériorisées telles que les saignements de sites opératoires, les fissurations ou ruptures artérielless spontanées, ou les hématomes profonds compliquant un traitement anticoagulant sont localisées par une tomodensitométrie avec injection de produit de contraste qui oriente la stratégie thérapeutique. Dans ce contexte, l'échographie abdominale est souvent moins performante.

IV- Prise en charge immédiate

A- Préhospitalière

Le bénéfice attendu du remplissage vasculaire est d'augmenter le volume veineux contraint, donc le retour veineux, et par là même d'augmenter le débit cardiaque, la pression artérielle et la délivrance d'oxygène aux tissus. Il doit donc être débuté le plus précocement possible sur deux cathéters veineux périphériques courts et de gros calibre afin de permettre une vitesse de perfusion optimale. Les solutés de remplissage utilisés sont principalement des cristalloïdes ou des colloïdes de synthèse. Les produits sanguins labiles sont réservés au choc hémorragique et sont rarement administrés dès la phase pré-hospitalière. Les cristalloïdes ont un pouvoir d'expansion volémique inférieur à celui des colloïdes, mais ces derniers ont des effets secondaires parfois sévères tels que réactions allergiques, anomalie de la coagulation et insuffisance rénale aiguë. Les cristalloïdes sont souvent utilisés en première intention en raison de leur sécurité d'emploi et de leur faible coût. Ils doivent impérativement être utilisés en cas de réaction allergique grave et chez la femme enceinte. Le Ringer lactate ne doit pas être utilisé en cas d'insuffisance hépatique, d'hyperkaliémie et de traumatisme crânien grave. Chez l'adulte, un à deux litres de critalloïdes doivent être administrés le plus précocément et le plus rapidement possible. Le débit de perfusion doit être d'environ 500 mL toutes les 15 min. En présence d'un collapsus menaçant avec une pression artérielle diastolique inférieure à 40 mmHg, une perfusion de vasopresseur doit être immédiatement débutée en association avec le remplissage vasculaire, au mieux sur une voie veineuse dédiée.

Une oxygénothérapie est débutée d'emblée. Ses modalités varient selon la profondeur de l'hypoxémie jugée sur la saturation pulsée en oxygène. L'indication à une ventilation mécanique (trouble de conscience grave, détresse respiratoire) doit être pesée au cas par cas car la mise sous respirateur peut aggraver la situation hémodynamique. La ventilation en pression positive gêne en effet le retour veineux et l'éjection du ventricule droit alors que la sédation qui lui est associée limite les effets de la stimulation sympathique compensatrice de l'hypovolémie. Enfin, certaines causes de choc hypovolémique telles qu'une occlusion intestinale aiguë avec volumineux troisième secteur exposent au risque d'inhalation du liquide gastrique au moment de l'intubation trachéale. Le traitement antalgique est réalisé si besoin. L'hypothermie est évitée ou corrigée, notamment en cas de choc hémorragique en raison de son effet néfaste sur la coagulation. Le monitorage des fonctions vitales associe la surveillance de l'électrocardioscope et de la fréquence cardiaque, de la saturation pulsée en oxygène, de la fréquence respiratoire et de la pression artérielle non invasive avec un brassard adapté à la circonférence du bras du patient. Un résumé de l'état clinique du patient, du diagnostic suspecté et du traitement administré est communiqué par le médecin préhospitalier au régulateur des appels urgents afin de préparer au mieux l'accueil du patient à l'hôpital (réanimateur, endoscopie, salle de radiologie, chirurgie).

B- Hospitalière

Le patient est admis en salle de déchoquage. Le monitorage des fonctions vitales est poursuivi. Un bilan bilogique complet est prélevé afin d'obtenir un groupe sanguin et d'évaluer la profondeur de l'anémie et la coagulation en cas de choc hémorragique, et dans tous les cas d'évaluer la sévérité de l'hypoperfusion tissulaire (acidose métabolique, lactatémie) et des défaillances d'organes (créatininémie, enzymes hépatiques, bilirubinémie). La pose d'un cathéter artériel permet d'obtenir une mesure continue et plus fiable de la pression artérielle que le brassard automatique.

a- Traitement symptomatique

Le remplissage vasculaire est poursuivi à hauteur d'au moins 30 ml/kg. Lorsque celui-ci est insuffisant pour normaliser la pression artérielle, une perfusion de vasopresseur (type Noradrénaline) est débutée, au mieux sur un cathéter veineux central multilumière. On admet que la pression artérielle moyenne cible à atteindre se situe entre 70 et 80 mmHg, sauf en cas de choc hémorragique avant hémostase (60 à 70 mmHg) et chez le patient cérébrolésé afin de maintenir une pression de perfusion cérébral satisfaisante (≥ 90 mmHg). La prise en compte du régime de pression artérielle habituel du patient (exemple : hypertension artérielle) reste débattue.

En cas de choc hémorragique, les recommandations concernant les chocs traumatiques sans traumatisme crânien grave associé peuvent être suivies (cf. chapitre). L'administration de produits sanguins labiles est la plus précoce possible, afin d'éviter une hémodilution secondaire à un remplissage vasculaire abondant qui entretient la coagulopathie. Des culots globulaires O négatifs sont transfusés en cas d'urgence vitale immédiate (sans délai), en attendant le résultat du groupe sanguin du patient et de la recherche d'agglutinines irrégulières. En cas d'urgence vitale (inférieure à 30 min) et lorsque le groupe sanguin du patient est connu, la transfusion peut être effectuée avec un groupe compatible même sans connaître le résultat de la recherche d'agglutinines irrégulières. Ensuite, le patient est transfusé en isogroupe en tenant compte de l'éventuelle présence d'agglutinines irrégulières. La cible est une hémoglobinémie entre 7 et 9 g/dL. Parrallèlement, la coagulopathie fréquemment associée au choc hémorragique doit être rapidement corrigée. L'apport de plasma frais congelé est donc recommandé précocement pour maintenir un taux de prothrombine supérieur à 40 p.100. La transfusion de plaquettes est nécessaire pour maintenir un seuil de 50 000 / mm3. En présence d'une coagulation intravasculaire disséminée, l'apport de fibrinogène est en outre nécessaire pour maintenir une fibrinogénémie supérieure à 1 g / l. La prise d'anticoagulant et d'antiaggrégants doit être recherchée, et appelle au besoin une prise en charge urgente spécifique pour antagoniser ces médicaments (voir chapitre spécifique accidents des anticoagulants). En cas de polytransfusion, la calcémie ionisée doit être surveillée et toute hypocalcémie corrigée. L'hypothermie doit être prévenue ou corrigée. La coagulopathie, l'acidose métabolique et l'hypothermie sont de mauvais pronostic.

Dans les cas où les signes d'hypovolémie sont moins marqués, on peut choisir de réaliser le remplissage vasculaire uniquement chez les patients qui ont une précharge-dépendance, ou bien d'effectuer une épreuve de remplissage vasculaire (fluid challenge). Elle consiste à identifier précisément le problème clinique présent (exemple : oligurie persistante malgré une pression artérielle restaurée), à administrer rapidement un remplissage vasculaire (exemple : 500 mL sérum physiologique sur 15 à 20 min), et à en évaluer l'efficacité (exemple : augmentation de la diurèse) et la tolérance. Le risque essentiel d'un remplissage vasculaire abondant est la constitution d'œdèmes tissulaires, notamment pulmonaire. Ce risque est majoré en cas d'insuffisance cardiaque. La surcharge volémique iatrogène est favorisée par l'insuffisance rénale oligo-anurique et peut être particulièrement délétère chez des patients ayant une atteinte pulmonaire associée avec hypoxémie. Une augmentation de la pression veineuse centrale au décours immédiat de l'épreuve de remplissage vasculaire de plus de 5 mmHg évoque une intolérance de l'expansion volémique et doit faire interrompre l'expansion volémique.

b- Traitement étiologique

Le traitement symptomatique du choc hypovolémique ne doit pas retarder le traitement étiologique, notamment l'hémostase urgente en cas de choc hémorragique. Les différents spécialistes doivent être coordonnés par le réanimateur afin que la séquence diagnostique et thérapeutique soit optimisée comme pour la prise en charge d'un polytraumatisé (cf. chapitre). Une hémorragie digestive haute peut être traitée par geste d'hémostase perendoscopique. Une hémorragie digestive basse ou plus rarement une hémoptysie massive peuvent être traitées par embolisation sélective réalisée au cours d'une artériographie. Une hémorragie de la délivrance nécessite une révision utérine rigoureuse, une suture soigneuse d'éventuelles lésions traumatiques cervicovaginales, et l'administration de médicaments utérotoniques (ocytociques, prostaglandines) en cas d'atonie utérine. En cas d'échec de ces mesures, une embolisation artérielle par radiologie interventionnelle, voire une hémostase chirurgicale radicale par ligature vasculaire ou hystérectomie peut être réalisée. Dans les états de choc hypovolémiques non hémorragiques, le traitement étiologique est généralement médical, hormis dans certains cas comme l'occlusion intestinale aiguë où un geste chirurgical est nécessaire.

_____________________________________________________________________________Points clés :

  • L'état de choc hypovolémique est caractérisé par une baisse du transport artériel en oxygène secondaire à une diminution du retour veineux au cœur
  • L'état de choc hémorragique est une cause fréquente ; la baisse du transport artériel en oxygène est accentuée par celle du contenu artériel en oxygène liée à l'anémie aiguë
  • Les signes cardinaux d'état de choc, notamment l'hypotension artérielle, sont tardifs en raison de l'activation du système sympathique surtout chez les sujets jeunes sans comorbidité
  • Les examens biologiques utiles pour le diagnostic sont limités aux anomalies qui reflètent le degré d'hypoperfusion tissulaire (acidose métabolique, lactatémie)
  • En cas de choc hémorragique, l'hémoglobinémie sous-estime initialement la perte sanguine
  • Le bénéfice attendu du remplissage vasculaire est l'augmentation du retour veineux, donc du volume d'éjection systolique ventriculaire et du transport artériel en oxygène
  • En l'absence de correction rapide de l'hypovolémie, des lésions tissulaires ischémiques peuvent conduire à une défaillance polyviscérale de pronostic sombre
  • Le remplissage vasculaire doit donc être précoce et rapide et repose principalement sur l'administration de cristalloïdes (Ringer lactate, sérum physiologique)
  • En cas de choc hémorragique, l'administration de produits sanguins labiles doit être précoce pour limiter l'hémodilution et la coagulopathie fréquemment associée
  • Un traitement vasopresseur est nécessaire si le remplissage vasculaire ne suffit pas à corriger l'hypotension artérielle et l'hypoperfusion tissulaire
  • Le traitement étiologique doit être mené parallèlement au traitement symptomatique
  • En cas de choc hémorragique, l'hémostase doit être rapidement réalisée par endoscopie, par embolisation artérielle ou chirurgicalement.

______________________________________________________________________________

sides/ref/reanimation/choc_hemorragique.txt · Dernière modification: 30/04/2018 13:55 (modification externe)