Wiki-SIDES

Espace des référentiels de spécialités pour SIDES

Outils pour utilisateurs

Outils du site


sides:ref:reanimation:complications_graves_de_la_grossesse

Complication grave de la grossesse : la prééclampsie

  L'incidence des pathologies du post partum, qui nécessitent une prise en charge en réanimation, est estimée à moins de 2% des motifs d'entrée en réanimation dans les pays développés mais peut s'élever au-delà de 10 % dans les pays en voie de développement. Les pathologies spécifiques à la grossesse ou les complications de l'accouchement à l'origine d'un transfert en réanimation sont l'hémorragie du post partum, les complications de la pré-éclampsie (PE), les détresses respiratoires, les atteintes hépatiques sévères et les complications infectieuses. La PE est la complication de la grossesse la plus fréquente de l'ensemble des pathologies obstétricales. Elle concerne 3 à 10 % des grossesses. Elle se grève d'une importante morbidité maternofoetale si elle n'est pas diagnostiquée et prise en charge précocement. Il s'agit d'une dysgravidie interférant avec l'adaptation physiologique vasculaire de la grossesse avec des conséquences systémiques et notamment rénales. Ainsi, son diagnostic précoce a pour but de limiter sa progression en initiant un traitement rapide. Celui-ci repose sur le traitement antihypertenseur pour un contrôle strict de la pression artérielle diastolique parfois associé à un remplissage vasculaire. Cependant, le seul traitement efficace reste l'interruption immédiate de la grossesse afin de permettre la réversion de l'endothélopathie.

Définition

La définition consensuelle de la PE repose sur l'association :

  • HTA GRAVIDIQUE ≥140/90 mmHg
  • PROTEINURIE ≥300mg/24h
  • survenant à partir de la 20e SEMAINE D'AMENORRHEE.

On peut distinguer plusieurs types de PE :

  • précoce < 34e SA,
  • tardive > 34e SA,
  • associée au HELLP syndrome.

Dans la majorité des cas, la PE disparait avant la fin de la sixième semaine du post partum.

Sa sévérité est marquée par la présence d'au moins un des critères suivants :

-       PAS ≥ 160 mmHg et/ou PAD ≥ 110 mmHg,

-       atteinte rénale avec oligurie ≤ 500ml/24h ou une créatininémie ≥ 135 µmol/l ou un syndrome néphrotique avec protéinurie ≥ 5g/24h, oedèmes importants et prise de poids brutale (plusieurs kilos en quelques jours),

-       OAP ou barre épigastrique persistante ou HELLP syndrome (HELLP syndrome définit par la présence d'une hémolyse mécanique: schizocytes, LDH ≥ 600UI/l, Bilirubine totale ≥ 12mg/l, d'une cytolyse hépatique: ASAT  ≥ 70 UI/L et d'une thrombopénie ≤ 100 G/l),

-       un ou plusieurs signes fonctionnels : troubles visuels, reflexes ostéo-tendineux vifs, polycinétiques, céphalées, convulsions ou éclampsie,

-       thrombopénie ≤ 100 000 G/l,

-       hématome rétro placentaire ou retentissement fœtal.

Physiopathologie de la Pré-éclampsie et de ses complications:

L'ISCHEMIE PLACENTAIRE est la base de la physiopathologie de la PE.

ON décrit 2 étapes : La première rend compte de l'ischémie placentaire par défaut du processus d'invasion trophoblastique. La seconde est celle des conséquences maternelles systémiques. Le lien entre ces deux étapes est l'expression de substances anti angiogéniques.

=== L'invasion trophoblastique === 

L'étape de l'invasion trophoblastique est régulée par des mécanismes immunologiques et par le système rénine angiotensine. Lorsqu'ils sont dysrégulés, ils entraînent un défaut de placentation, et une ischémie placentaire. Cette ischémie placentaire libèrent des facteurs anti angiogeniques à l'origine de la dysfonction endothéliale systémique et donc de la PE.

Les facteurs anti angiogéniques: pont entre la pathologie du placenta et la pathologie systémique.

Les facteurs pro angiogéniques sont le VEGF (Vascular Endothelial Growth Factor), le PlGF (Placental Growth Factor) et le TGF-B (Transforming Growth Factor-B). Ils permettent le développement vasculaire placentaire normal d'une part et l'adaptation physiologique vasculaire et rénale de la femme enceinte d'autre part. Dans la PE, leurs taux sont insuffisants car l'ischémie placentaire entraîne une libération de molécules anti-angiogéniques:

Le premier facteur placentaire à l'origine de la dysfonction endothéliale est le sFlT-1 (fms-like tyrosine kinase-1), forme soluble du récepteur VGEFR-1. Le sFlt-1 bloque cette action, et celle du PlGF. Le second facteur placentaire est l'endogline soluble. Celle-ci se lie au TGF-B et empêche sa liaison aux récepteurs membranaires impliqués dans la régulation du tonus vasculaire.

Les conséquences endothéliales systémiques

Alors que la grossesse normale s'accompagne d'une diminution des résistances vasculaires avec baisse de la pression artérielle systémique sous l'effet des facteurs pro-angiogéniques ; la pré-éclampsie à l'inverse s'accompagne :

- d'une REPONSE INFLAMMATOIRE EXAGEREE,

- d'un DYSFONCTIONNEMENT ENDOTHELIAL,

- d'une VASOCONSTRICTION,

- d'une ACTIVATION ENDOTHELIALE.

Il en résulte une augmentation de la PERMEABILITE VASCULAIRE, une ACTIVATION PLAQUETTAIRE et la majoration de l'ETAT PRO COAGULANT dont les conséquences sont :

1- L'HTA : vasoconstriction intense, augmentation des résistances vasculaires systémiques.

2- L'OAP : perméabilité vasculaire et baisse de la pression oncotique entraînent une fuite de l'eau du secteur plasmatique vers le secteur interstitiel.

3- L'atteinte rénale : la diminution du VEFG entraîne une glomérulopathie et une protéinurie. A ces effets directs, s'ajoutent les effets indirects délétères pour la perfusion rénale: vasoconstriction, hypovolémie chronique par fuite capillaire, état procoagulant et inflammatoire.

4- Le HELLP syndrome : l'hémolyse et la thrombopénie sont dues à l'activation endothéliale à l'origine d'un endothélium pro agrégant et pro coagulant responsable d'une microangiopathie thrombotique. L'atteinte hépatique prédomine dans la zone périportale. Elle comprend de nombreux dépôts obstructifs de fibrine disséminés dans les sinusoïdes hépatiques, une nécrose hépatocytaire focale à l'origine de la cytolyse hépatique, des thromboses et des hémorragies intrahépatiques.

5- L'éclampsie : œdème vasogénique prédominant dans les régions cérébrales postérieures (zone cérébrale plus sensible à cause d'une fragilité de son innervation périvasculaire) déclenché par un « forçage » de la barrière hémato encéphalique lors d'une poussée hypertensive. L'adaptation vasculaire à une poussée hypertensive est rendue moins efficace par la perturbation endothéliale et l'autorégulation réduite.

Les manifestations cliniques sont des crises convulsives généralisées et/ou des troubles de la conscience. Ces signes sont souvent précédés de prodromes tels que des céphalées, et signes neurosensoriels avec ROT vifs, polycinétiques et diffusés. L'éclampsie peut survenir également en post partum.

6- Les troubles sévères de la coagulation : coagulopathie et hématome rétroplacentaire. La grossesse normale s'accompagne d'un état d'hypercoagulabilité afin de préparer la femme enceinte à se protéger d'une hémorragie lors de la délivrance par augmentation des facteurs physiologiques de la coagulation et inhibition de la fibrinolyse. Dans PE, l'hypercoagulabilité est majorée par l'activation endothéliale, plaquettaire et l'activation de la coagulation. Cet état d'hypercoagulabilité est fragile et dynamique. Il est compensé par les inhibiteurs physiologiques de la coagulation.

En fonction de la balance coagulation/fibrinolyse :

• Il peut se décompenser avec excès de coagulation en coagulation intravasculaire  microthrombotique à l'origine du HELLP syndrome, infarctus placentaires avec retard de croissance intra-utérine voir mort fœtale in utéro, et microthromboses systémiques.

• Il peut se décompenser sur un mode hémorragique lorsque les facteurs de coagulations sont effondrés et la fibrinolyse exagérée : hématome rétro placentaire (HRP), hémorragie de la délivrance, hémorragies cérébrales, hématome sous capsulaire du foie facilités par des à-coups hypertensifs.

Diagnostics différentiels :

La PE partage des similitudes clinico-biologiques avec d'autres pathologies spécifiques de la grossesse. Bien que leurs incidences soit plus faible que celle de la PE, il est important de les connaître puisque les complications et la prise en charge diffèrent. Celles-ci sont représentées par la Stéatose Hépatique Aigue Gravidique (SHAG), les Micro Angiopathies Thrombotiques (MAT) telles que le Purpura Thrombotique Thrombocytopénique (PTT) et le Syndrome Hémolytique et Urémique (SHU), tableau 1 .

Tableau 1 : Eléments du diagnostic différentiel des pathologies spécifiques de la grossesse

 PE sévèreHELLPMATSHAG
Incidence 3 à 10% des grossesses survient dans 4à 12% des PE 1/25000 grossesses 1/7000 à 1/20000 grossesses
Période du diagnostic 3e trimestre 3e trimestre 2e - 3e trimestre / post partum 3e trimestre
Fréquence de l'HTA 100% 80% 0 50%
Insuffisance Rénale Aigue peu sévère à modérée modérée sévère modérée
Hémolyse mécanique - + ++ -/+
Thrombopénie -/+ + ++ -
Cytolyse hépatique - ++ - +++
Résolution après délivrance oui oui non oui

PRISE EN CHARGE

Organisation de la prise en charge en réseau :

La prise en charge thérapeutique de la PE compliquée ou non nécessite une étroite collaboration entre obstétriciens, pédiatres, néphrologues et réanimateurs dans les formes les plus graves.

Environnement:

· Hospitalisation immédiate, discuter l'hospitalisation en réanimation si critères de gravité,

· Bilan préopératoire et consultation d'anesthésie,

· Voie d'abord veineuse de gros calibre,

· Administration immédiate de corticoïdes (maturation pulmonaire fœtale) si > 24 et < 34 SA,

· Surveillance constante des fonctions vitales: conscience, pouls, TA, respiration, diurèse ++.

Recherche des signes de gravité clinique:

· Neurosensoriels : ROT vifs, céphalées, troubles de la vision,

· HRP : douleur épigastrique, signes de choc hémorragique (tachycardie, hypotension artérielle, pâleur cutanéo muqueuses, signes d'hypoperfusion tissulaire tels que marbrures et temps de recoloration cutanée),

· OAP : détresse respiratoire, crépitants à l'auscultation, bronchospasme,

· Insuffisance rénale aigue: oligurie,

 · Souffrance fœtale: terme, vitalité, biométrie (retard de croissance intra utérin ou RCIU) enregistrement du rythme cardiaque fœtal et échographie avec doppler fœtal.

Recherche des signes biologiques de gravité :

· NFS et Bilan de coagulation complet avec recherche de CIVD,

· Recherche d'une hémolyse mécanique : LDH, bilirubine totale, schizocytes, haptoglobine, plaquettes,

· Bilan hépatique pour recherche de cytolyse hépatique,

· Bilan rénal avec BU et protéinurie des 24h

Bilan radiologique :

· Echographie abdomino-pelvienne à la recherche d'HRP, d'hématome sous capsulaire du foie devant toute douleur épigastrique, ou l'existence d'un HELLP syndrome.

· Demande d'examen ophtalmologique avec FO devant tout anomalie visuelle à la recherche de complications hypertensives (décollement de rétine) ou ischémiques voir hémorragiques des vaisseaux rétiniens surtout si troubles sévères de la coagulation.

· Demande de TDM cérébrale ou IRM cérébrale devant tout signe neurologique persistant sans retarder la délivrance à la recherche de complications ischémiques ou hémorragiques.

Thérapeutiques :

Assurer l'équilibre tensionnel :

Le contrôle tensionnel est primordial et urgent afin de prévenir les complications maternofoetales liés aux acoups hypertensifs.

Complications maternelles (éclampsie, HRP, hématome sous capsulaire du foie) et fœtales (RCIU, souffrance fœtale aigüe hypoxique secondaire à une hypoperfusion placentaire chronique aggravée par l'élévation des résistances vasculaires placentaires sur un système fonctionnant normalement à basse résistance).

Il est important de contrôler et de maintenir une pression artérielle diastolique (PAD) stable. Les objectifs tensionnels sont une PAD comprise entre 80 et 105 mmHg afin de maintenir une bonne perfusion placentaire ( Figure 1).

Figure 1 : Algorithme de prescription du traitement antihypertenseur  (PAM : pression artérielle moyenne = [PA Systolique + 2 PA Diastolique] / 3) 

D'après les recommandations d'experts 2009 sur la prise en charge multidisciplinaire des formes graves de pré-éclampsie.

Volémie :

La PE est un état d'hypovolémie permanente secondaire à l'hypoalbuminémie (fuite rénale) et à l'activation endothéliale responsable d'une fuite de l'eau intra vasculaire vers le secteur interstitiel. L'objectif est de préserver une perfusion rénale optimale sans risquer une surcharge hydrosodée pulmonaire. Celle-ci peut survenir préférentiellement en post-partum immédiat du fait du retour physiologique de l'eau du secteur interstitiel vers le secteur vasculaire. Dans ce contexte, un remplissage excessif peut précipiter la survenue d'un OAP.

UN REMPLISSAGE VASCULAIRE EST A ENTREPRENDRE LORSQU'UN RISQUE D'HYPOVOLEMIE EST PREVISIBLE : vasodilatation secondaire à des agents vasodilatateurs tels qu'utilisés lors de la péridurale, une anesthésie générale et toute situation hémorragique (hémorragie du post partum, hématome rétro placentaire). L'albumine semble être une bonne indication pour son pouvoir oncotique. Les diurétiques ont une utilisation limitée aux complications à type d'œdème aigu pulmonaire secondaire à une expansion volémique excessive que ce soit en pré-partum ou post-partum.  

Prévention de l'éclampsie ou éclampsie :

Il est préconisé l'utilisation du sulfate de magnésium lors de L'APPARITION DE SIGNES NEURO SENSORIELS sévères ET LORS D'UNE ECLAMPSIE.

La dose est de 4 g en bolus sur 20 minutes puis 1 g/h pour une durée maximum de 12 à 24h avec une surveillance rapprochée (horaire) de l'état de conscience, de la fréquence respiratoire et des reflexes ostéo-tendineux.

Décision de la délivrance:

L'indication de délivrance est posée devant toutes complications maternelles et ou fœtales. Elle reste le seul traitement de la PE. Les recommandations formalisées d'experts de 2008, ont défini un algorithme décisionnel d'interruption de grossesse en fonction du terme et de la sévérité de la PE, afin de limiter les comorbidités maternelles. Toute PE non sévère après la 36e SA et toute PE sévère au-delà de 34 SA doivent être interrompues. La discussion d'une interruption médicale de grossesse se pose également pour des PE sévères et précoces survenant avant 24 SA. Pour les PE sévères entre 24 et 34 SA, les indications d'arrêt de grossesse peuvent être le sauvetage maternel immédiat en cas d'HTA non contrôlée, l'éclampsie, l'OAP, l'HRP, une thrombopénie inférieure à 50000/mm3 ou un hématome sous capsulaire du foie. L'apparition ou l'aggravation d'une IRA oligo-anurique est une indication formelle d'interruption de la grossesse, seul traitement efficace reconnu permettant la réversion de l'éndothélopathie glomérulaire.

Le sauvetage fœtal pose l'indication de l'interruption de la grossesse devant toute anomalie du rythme cardiaque fœtale ou d'un retard de croissance intra utérin sévère après 32 SA. Dans toutes les autres situations, il est recommandé de maintenir la grossesse pendant 48h afin d'administrer une corticothérapie permettant la maturation pulmonaire fœtale.

SURVEILLANCE

En réanimation si pré éclampsie grave avec un monitorage continu de la FC, TA, SpO2 et de la diurèse des 24h. Une évaluation clinique et para clinque pluri quotidienne à la recherche des signes de gravité maternels sera réalisée. Les signes de souffrance fœtale par enregistrement RCF seront également recherchés de manière pluriquotidienne. En post partum, une admission en réanimation pour poursuite du contôle tensionnel strict et de la surveillance maternelle est recommandée. Le bilan paraclinique recherchera les complications hépatiques, rénales coagulolytiques ou neurologiques. Une surveillance rapprochée de l'évolution de ces complications sera réalisée en post partum.

 

Points clés

• La pré-éclampsie est une pathologie qui nait du placenta et qui devient systémique avec atteinte d'organes multiples.

• L'identifier précocement est primordial afin de prévenir ses complications qui sont à rechercher dès le diagnostic et régulièrement afin d'optimiser un traitement basé sur la décision de la délivrance et le traitement anti hypertenseur.

• Le HELLP syndrome est une forme compliquée avec une entité particulière de la pré-éclampsie.

• Le seul traitement efficace est la délivrance du placenta car il s'agit de l'élément initiateur de la pathologie. L'équilibration tensionnelle sera plus facile à obtenir après la délivrance et reste primordiale afin de prévenir les complications.

• Il faut connaître les autres pathologies spécifiques de la grossesse telle que le SHAG, le PTT et le SHU qui partagent des similitudes clinico biologiques avec la pré-éclampsie.

• Une femme ayant présenté une pré-éclampsie aura un risque augmenté de pré-éclampsie pour une grossesse ultérieure.

 

Pour en savoir plus:

Collinet P, Jourdain M. Le HELLP syndrome. Réanimation 16 (2007) 386-392

Fourrier F, Pathologie obstétricale en réanimation. Des généralités aux principes. Réanimation 2007 ; 16 366-372

ACOG practice bulletin: Diagnosis and management of preeclampsia and eclampsia. Number 33, January 2002. ACOG Committee on Practice Bulletins-Obstetrics. Obstet Gynecol 99:159-67

Fournié, A Pathophysiology of preeclampsia: some recent data. A. J Gynecol Obstet Biol Reprod 2012; 41:313-7

Multidisciplinary management of severe pre-eclampsia (PE). Experts' guidelines 2008. Société française d'anesthésie et de réanimation. Collège national des gynécologues et obstétriciens français. Société française de médecine périnatale. Société française de néonatalogie. Ann Fr Anesth Reanim. 2009; 279 : 131-7.

Magee LA, Abalos E, von Dadelszen, CHIPS Study GroupControl of hypertension in pregnancy. Curr Hypertens Rep 2009; 11:429-36

sides/ref/reanimation/complications_graves_de_la_grossesse.txt · Dernière modification: 30/04/2018 13:55 (modification externe)