Wiki-SIDES

Espace des référentiels de spécialités pour SIDES

Outils pour utilisateurs

Outils du site


sides:ref:reanimation:detresse_respiratoire_aigue

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

sides:ref:reanimation:detresse_respiratoire_aigue [30/04/2018 13:55] (Version actuelle)
Ligne 1: Ligne 1:
 +====== Insuffisance respiratoire aiguë ======
 +
 +===== Définitions =====
 +
 +L'​insuffisance respiratoire aiguë (IRA) est un syndrome défini par une ALTERATION AIGUË DE L'​HEMATOSE en rapport avec la défaillance d'un ou plusieurs composants du système respiratoire (voies aériennes, parenchyme pulmonaire, plèvre, vaisseaux, muscles respiratoires et commande respiratoire). On distingue les IRA HYPOXEMIQUES ou de type I (définies par une pression partielle en oxygène dans le sang artériel (P<​sub>​a</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​) < 60 mm Hg), des IRA HYPERCAPNIQUES ou de type II (définies par une pression partielle en dioxyde de carbone dans le sang artériel (P<​sub>​a</​sub>​CO<​sub>​2</​sub>​) > 45 mm Hg associée à une chute du pH sanguin traduisant l'​acidose respiratoire). ​
 +
 +Cette définition est une définition opérationnelle (utilisable en pratique clinique) car elle repose sur la mesure des gaz du sang artériel, mais elle est restrictive dans la mesure où elle exclut les hypoxies tissulaires sans hypoxémie (qu'on ne peut détecter en pratique qu'​indirectement par le dosage du lactate artériel) liées à une altération du transport de l'​oxygène (anémie, intoxication au monoxyde de carbone, états de choc…) ou à une altération de la respiration cellulaire (intoxication au cyanure, sepsis grave….). On peut donc aussi définir plus largement l'​insuffisance respiratoire aiguë comme LA SURVENUE AIGUË D'UNE HYPOXIE TISSULAIRE. Par ailleurs, le terme IRA hypercapnique est discutable en l'​absence d'​hypoxémie,​ et peut être plus strictement remplacé par le terme INSUFFISANCE VENTILATOIRE AIGUË.
 +
 +La détresse respiratoire aiguë (DRA) est un TABLEAU CLINIQUE RESPIRATOIRE AIGU INQUIETANT, faisant craindre la MISE EN JEU DU PRONOSTIC VITAL. Elle peut précéder l'​altération des échanges gazeux et donc l'​insuffisance respiratoire aiguë stricto-sensu. La mesure des gaz du sang peut donc être faussement rassurante devant une DRA.
 +
 +===== Physiopathologie =====
 +
 +==== Atteinte de la fonction d'​échange pulmonaire ====
 +
 +Six {{:​sides:​ref:​reanimation:​jcrichardflashcode1_hypoxe_mie.docx|mécanismes}} peuvent être impliqués dans la survenue d'une hypoxémie :​ réduction de la pression inspirée en oxygène, shunt droit-gauche vrai, effet shunt par inadéquation des rapports ventilation-perfusion,​ trouble de la diffusion, hypoventilation alvéolaire et réduction de la saturation en oxygène du sang veineux mêlé.
 +
 +Le calcul du gradient alvéolo-capillaire en oxygène permet d'​identifier,​ lorsqu'​il est normal, une hypoventilation alvéolaire isolée et d'​orienter le diagnostic étiologique d'une hypoxémie, mais il nécessite la connaissance de la fraction inspirée en oxygène (en air ambiant ou sous ventilation mécanique). Il augmente avec l'âge et sa valeur normale peut être calculée par la formule : (âge en année+10)/​4. Lorsque le patient est déjà sous oxygénothérapie pour une DRA, la réalisation d'un gaz du sang en air est dangereuse et on se passera alors de son calcul, qui est réalisé de la façon suivante :
 +
 +Pression alvéolaire en oxygène (P<​sub>​A</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​) = (PB-P<​sub>​H2O</​sub>​)*F<​sub>​i</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​-P<​sub>​A</​sub>​CO<​sub>​2</​sub>/​QR ​
 +
 +Gradient alvéolo-artériel en oxygène (D(A-a)O<​sub>​2</​sub>​) = P<​sub>​A</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​-P<​sub>​a</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​
 +
 +avec PB=pression barométrique (760 mm Hg au niveau de la mer), P<​sub>​H2O</​sub>​=pression partielle de la vapeur d'eau (47 mm Hg à 37°C), F<​sub>​i</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​=fraction inspirée en oxygène (0.21 en air ambiant), P<​sub>​A</​sub>​CO<​sub>​2</​sub>​ = pression alvéolaire en dioxyde de carbone (approchée par la valeur de la P<​sub>​a</​sub>​CO<​sub>​2</​sub>​ dans le sang artériel), QR = quotient respiratoire (la valeur de 0.8 est assumée).
 +
 +==== Atteinte de la fonction pompe pulmonaire ====
 +
 +L'​atteinte de la fonction pompe pulmonaire au cours des DRA peut être soit primitive (atteinte de la commande respiratoire,​ atteinte neuromusculaire respiratoire),​ ou plus souvent secondaire à la fatigue des muscles respiratoires,​ conséquence de l'​augmentation du travail respiratoire induite par la cause de la DRA.
 +
 +==== Anomalie du transport de l'​oxygène ====
 +
 +Une diminution du transport en oxygène (T<​sub>​a</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​) peut être la cause de la DRA. La T<​sub>​a</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​ normale est égale à 600 mL.min<​sup>​-1</​sup>​.m<​sup>​-2</​sup>,​ et sa formule de calcul est la suivante : ​
 +
 +T<​sub>​a</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​ = C<​sub>​a</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​ ´ IC avec IC = index cardiaque en L.min<​sup>​-1</​sup>​.m<​sup>​-2</​sup>​.
 +
 +C<​sub>​a</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​ = concentration artérielle en oxygène en mL d'​O<​sub>​2</​sub>​.L<​sup>​-1</​sup>​ = S<​sub>​a</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​ ´ Hb ´ 1.34 + P<​sub>​a</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​ ´ 0.03, avec S<​sub>​a</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​ = saturation artérielle de l'​hémoglobine en oxygène, et Hb = concentration d'​hémoglobine sanguine (g/L).
 +
 +Il résulte de cette relation que l'​oxygène dissous (P<​sub>​a</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​ ´ 0.03) représente une quantité presque négligeable en comparaison avec l'​oxygène lié à l'​hémoglobine (S<​sub>​a</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​ ´ Hb ´ 1.34), et qu'une S<​sub>​a</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​ de 90% garantit une C<​sub>​a</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​ correcte, ce qui en fait un objectif thérapeutique majeur de l'​oxygénothérapie.
 +
 +
 +===== Diagnostic positif =====
 +
 +Le diagnostic de DRA repose exclusivement sur des critères cliniques ;​ les anomalies gazométriques étant requises pour le diagnostic de l'​insuffisance respiratoire aiguë, et pour l'​orientation étiologique.
 +
 +
 +==== Dyspnée ====
 +
 +
 +==== Signes d'​hypoxémie ====
 +
 +L'​hypoxémie peut se manifester cliniquement par une CYANOSE prédominant aux extrémités,​ voire des TROUBLES DE CONSCIENCE allant jusqu'​au COMA et l'​arrêt cardiorespiratoire.
 +
 +
 +==== Signes d'​hypercapnie ====
 +
 +Les signes suivants font évoquer la présence d'une hypercapnie :​ CEPHALEES, ASTERIXIS ou flapping tremor, SOMNOLENCE jusqu'​au COMA, DESORIENTATION,​ CONFUSION, hypertension artérielle,​ vasodilatation cutanée, HYPERCRINIE (sueurs, hypersialorrhée,​ encombrement).
 +
 +
 +==== Signes de DRA (signes de gravité) ====
 +
 +Les signes de gravité respiratoire suivant traduisent l'​augmentation anormale du travail respiratoire (SIGNES DE LUTTE) ou la défaillance neuromusculaire du système respiratoire (SIGNES DE FATIGUE) :
 +
 +  * Liste à pucePOLYPNEE > 30/​min ​
 +  * bradypnée < 15/min qui doit faire redouter un arrêt respiratoire imminent
 +  * TIRAGE (creusement des tissus entourant la cage thoracique lors de l'​inspiration) qui traduit l'​utilisation des muscles inspiratoires accessoires : contraction des muscles cervicaux (sterno-cléido-mastoïdien,​ scalènes), dépression inspiratoire des espaces intercostaux,​ dépression sus-sternale et sus-claviculaire,​ raccourcissement inspiratoire de la trachée extra-thoracique (signe de Campbell) ​
 +  * contraction expiratoire des muscles abdominaux.
 +  * signes d'​hypercapnie (cf. supra.).
 +  * respiration paradoxale :​ dépression inspiratoire du creux épigastrique avec asynchronisme thoraco-abdominal traduisant la défaillance diaphragmatique.
 +  * difficulté pour parler, toux inefficace :​ traduisant la diminution du débit expiratoire dans les voies aériennes.
 +
 +
 +==== Retentissement cardiovasculaires ====
 +
 +-     POULS PARADOXAL :​ diminution inspiratoire de la pression artérielle de plus de 20 mm de Hg, traduisant les variations de pression intra-thoracique liées aux efforts respiratoires.
 +
 +-     SIGNES DE CŒUR PULMONAIRE AIGU : tachycardie > 120/minute, hypotension,​ marbrures, temps de recoloration cutanée > 3 sec, turgescence jugulaire, hépatalgie,​ reflux hépato-jugulaire.
 +
 +
 +==== Retentissement neurologiques ====
 +  * Liste à puceListe à puceagitation,​ confusion, délire, hallucination,​
 +  * obnubilation,​ coma
 +  * convulsions
 +
 +
 +===== Classification et étiologies =====
 +
 +Les DRA peuvent être classées en 4 groupes, fonction de la présence d'une hypoxémie isolée, d'une hypercapnie,​ d'une hypoxémie tissulaire, ou de leur absence. Ces phénomènes peuvent toutefois être associés (choc septique et pneumopathie,​ atélectasie compliquant une maladie neuromusculaire…). Par ailleurs, il faudra toujours rechercher un FACTEUR DE DECOMPENSATION au cours des DRA hypercapniques (sepsis respiratoire ou extra-respiratoire,​ embolie pulmonaire, insuffisance cardiaque, iatrogénie médicamenteuse,​ atélectasie,​ pneumothorax,​ épanchement pleural, traumatisme thoracique, contexte post-opératoire…).
 +
 +
 +
 +|     |  DRA hypoxémiques\\ (type I)  |  DRA hypercapniques \\ (type II)  |  DRA sans hypoxémie avec hypoxie tissulaire ​ |  DRA sans hypoxémie sans hypoxie tissulaire ​ |
 +|Mécanismes|· inadéquation VA/Q\\ · shunt\\ · trouble de la diffusion|· hypoventilation alvéolaire|· TaO<​sub>​2</​sub>​ \\ · ( respiration cellulaire| |
 +|Organes/​Tissus impliqués|· alvéoles pulmonaires\\ · membrane alvéolo-capillaire\\ · vaisseaux pulmonaires|· système nerveux central\\ · nerfs et muscles respiratoires\\ · paroi thoracique\\ · bronches|· tous les tissus dont les muscles respiratoires| |
 +|Anomalies biologiques|· P<​sub>​a</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​ < 60 mm Hg\\ · S<​sub>​p</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​ < 90% en air\\ · &​D(A-a)O<​sub>​2</​sub>​|· P<​sub>​a</​sub>​CO<​sub>​2</​sub>​ > 45 mm Hg ET\\ · ( pH (<​7.35)\\ · D(A-a)O<​sub>​2</​sub>​ normale *\\ · &​bicarbonates sanguins%%**%%\\  |· & lactate artériel\\ · acidose métabolique| |
 +|Syndromes cliniques|· OAP hydrostatique\\ · SDRA\\ · pneumopathie\\ · atélectasie\\ · embolie pulmonaire\\ · pneumothorax\\ · épanchement pleural\\ · pathologie interstitielle pulmonaire\\ · traumatismes thoraciques|· coma\\ · exacerbations de BPCO%%**%%*\\ · asthme %%**%%*\\ · pathologies neuromusculaires\\ · SOH\\ · cyphoscoliose|·  chocs\\ ·  anémie\\ ·  intoxication au CO\\ ·  intoxication au cyanure\\ ·  sepsis grave|· obstruction des VAS, de la trachée ou des bronches %%**%%%%**%%\\ · DRA psychogène\\ · syndrome d'​hyperventilation|
 +
 +* en cas d'​hypoventilation alvéolaire isolée ; %%**%% oriente vers une DRA sur IRC ; %%**%%* Implique aussi une inadéquation des VA/Q ; %%**%%%%**%% évolution possible vers l'​hypoxémie et/ou l'​hypercapnie en cas d'​épuisement respiratoire.
 +
 +BPCO = bronchopneumopathie obstructive chronique ;​ CO = monoxyde de carbone ; D(A-a)O<​sub>​2</​sub>​ = gradient alvéolo-artériel pour l'​oxygène ;​ DRA = détresse respiratoire aiguë ; IRC = insuffisance respiratoire chronique ;​ OAP = œdème aigu pulmonaire ;​ SDRA = syndrome de détresse respiratoire aigu ; SOH = syndrome obésité-hypoventilation ;​ SpO<​sub>​2</​sub>​ = saturation artérielle transcutanée en oxygène ; TaO<​sub>​2</​sub>​ = transport artériel en oxygène ; VAS = voies aériennes supérieures ;​ VA/Q rapports ventilation-perfusion.            ​
 +
 +
 +===== Stratégie diagnostique =====
 +
 +
 +**Figure 1. Stratégie diagnostique devant une détresse respiratoire aiguë (DRA).**
 +{{ :​sides:​ref:​reanimation:​jcrichardfigure_strate_giediagnostique.png |}}
 +
 +* le D(A-a)O<​sub>​2</​sub>​ n'est calculable que lorsque la fraction inspirée en oxygène est connue de façon précise (en air ambiant ou sous ventilation mécanique). Lorsque le patient est déjà sous oxygénothérapie pour une DRA, la réalisation d'un gaz du sang en air est dangereuse et on se passera alors de son calcul.
 +
 +D(A-a)O<​sub>​2</​sub>​ = Gradient alvéolo-artériel en oxygène ; EAPBCO = exacerbation aiguë de bronchopneumopathie chronique obstructive ;​ EP = embolie pulmonaire ;​ OAP = œdème aigu du poumon ; PaCO<​sub>​2</​sub>​ = pression partielle en oxygène dans le sang artériel ;​ SDRA = syndrome de détresse respiratoire aiguë ; SOH = syndrome obésité hypoventilation.
 +
 +
 +==== Clinique ====
 +
 +Un contexte évocateur d'​intoxication médicamenteuse volontaire doit faire éliminer, une atélectasie,​ une pneumopathie d'​inhalation ou une intoxication au cyanure. ​
 +
 +Des signes de sepsis orientent vers une pneumopathie,​ un sepsis grave extra-respiratoire,​ ou un syndrome de détresse respiratoire aiguë ({{:​sides:​ref:​reanimation:​jcricharsflashcode2_sdra.pdf|SDRA}}).
 +
 +La présence d'une hypotension avec des signes d'​hypoperfusion périphérique doit faire évoquer un état de choc principalement septique, ou une embolie pulmonaire.
 +
 +Une asymétrie auscultatoire doit faire rechercher une atélectasie,​ un pneumothorax,​ un épanchement pleural, un obstacle intrabronchique ou une pneumopathie. La présence de sibilants doit faire faire évoquer une exacerbation de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), un asthme, un pseudo-asthme cardiaque, ou un obstacle intrabronchique.
 +
 +Un antécédent d'​insuffisance cardiaque, un angor, un début brutal particulièrement nocturne, des signes cliniques d'​insuffisance cardiaque, une hypertension artérielle,​ une tachycardie ou une arythmie orientent vers un œdème aigu pulmonaire (OAP) hydrostatique ou cardiogénique.
 +
 +Un antécédent de tabagisme prolongé, de BPCO, une toux avec crachats purulents, la présence de sibilants à l'​auscultation orientent vers une exacerbation de BPCO.
 +
 +La présence des facteurs de risques habituels (pneumopathie,​ sepsis extra-respiratoire,​ polytransfusion,​ polytraumatisme…),​ l'​absence de signes cliniques d'​hypercapnie et des crépitants bilatéraux doivent faire suspecter un SDRA.
 +
 +La présence de facteurs de risque thromboemboliques,​ une douleur thoracique brutale, un tableau de cœur pulmonaire aigu ou une insuffisance ventriculaire droite doivent faire suspecter une embolie pulmonaire.
 +
 +Des anomalies neuromusculaires,​ une déformation thoracique, une obésité morbide des signes cliniques d'​hypercapnie doivent faire suspecter une DRA sur insuffisance respiratoire chronique (IRC).
 +
 +Un stridor, un contexte évocateur de syndrome de {{:​sides:​ref:​reanimation:​jcrichardflashcode3_obstruction_va.pdf|pénétration}} ou {{:​sides:​ref:​reanimation:​jcrichardflashcode4_oede_medequincke.pdf|d'​anaphylaxie,​}} une dyspnée inspiratoire ou aux deux temps respiratoires,​ un œdème facial, des lésions cutanées urticariennes font évoquer un obstacle au niveau des voies aériennes.
 +
 +Un contexte traumatique oriente vers un volet thoracique, un hémothorax,​ un pneumothorax,​ ou une contusion pulmonaire.
 +
 +
 +==== Paraclinique ====
 +
 +Elle repose toujours sur les examens suivants : saturation percutanée en oxygène (S<​sub>​p</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​),​ gaz du sang et lactate artériels, radiographie thoracique. La figure 1 propose un algorithme diagnostique pour le diagnostic étiologique d'une DRA. Les examens supplémentaires sont réalisés en fonction de l'​orientation clinique ou des résultats des examens précédents.
 +
 +=== SpO2 ===
 +Une S<​sub>​p</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​ < 90% oriente vers une insuffisance respiratoire aiguë dans l'​attente des résultats des gaz du sang. Elle peut être normale dans la DRA.
 +
 +=== Gaz du sang et lactate artériels ===
 +Ils permettent l'​orientation étiologique vers le type de DRA, et fournissent des éléments traduisant la gravité (pH<​7,​35,​ P<​sub>​a</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​ < 60 mm de Hg, P<​sub>​a</​sub>​CO<​sub>​2</​sub>​ > 45 mm Hg, toute élévation du lactate). ​
 +
 +=== Radiographie thoracique standard de face ===
 +
 +=== Numération formule plaquette ===
 +Une anémie oriente vers une DRA liée à une hypoxie tissulaire, un OAP sur insuffisance cardiaque à haut débit ou sur cardiopathie préexistante décompensée par l'​anémie. Une polyglobulie oriente vers une DRA sur IRC. Une leucocytose ou une leucopénie oriente vers une infection. Une thrombopénie oriente vers une DRA secondaire à un sepsis (pneumopathie,​ sepsis grave, SDRA).
 +
 +=== Biomarqueurs ===
 +Une élévation des biomarqueurs cardiaques (troponine, BNP, NT-pro BNP) oriente vers un OAP cardiogénique ou une embolie pulmonaire, à la limite près qu'ils peuvent êtres élevés dans d'​autres contextes (DRA sur IRC avec décompensation cardiaque droite, défaillance cardio-vasculaire du sepsis grave…).
 +
 +Une élévation de la procalcitonine oriente vers une pathologie infectieuse,​ même si elle peut être élevée dans d'​autres contextes (syndrome de réponse inflammatoire systémique d'​origine non infectieuse,​ polytraumatisme,​ contexte post-opératoire…).
 +
 +=== Electrocardiogramme ===
 +Une arythmie, des troubles de la repolarisation orientent vers un OAP ou une embolie pulmonaire.
 +
 +=== Echographie-Doppler cardiaque trans-thoracique ===
 +Elle permet le diagnostic d'une élévation des pressions de remplissage ventriculaire gauche orientant vers un OAP et permet le diagnostic de son mécanisme (pathologie valvulaire, myocardiopathie dilatée ou ischémique …). L'​association d'une dilatation ventriculaire droite, d'un trouble de la cinétique septale et d'une hypertension artérielle pulmonaire permet le diagnostic d'un cœur pulmonaire aigu orientant vers une embolie pulmonaire, une DRA sur IRC, ou un SDRA. En l'​absence d'​échogénicité satisfaisante par voie trans-thoracique,​ l'​échographie trans-œsophagienne est une alternative mais n'est pas réalisable chez le malade non intubé en DRA.
 +
 +=== Fibroscopie bronchique ===
 +Elle permet la réalisation de prélèvements microbiologiques,​ ou le diagnostic étiologique d'une obstruction des voies aériennes. Elle peut-être contre-indiquée en l'​absence d'​intubation orotrachéale en raison de l'​intensité de l'​hypoxémie.
 +
 +=== Prélèvements microbiologiques (en cas de suspicion d'​infection) ===
 +
 +=== Scanner thoracique (pour la recherche d'une embolie pulmonaire, le diagnostic étiologique d'une atteinte parenchymateuse,​…) ===
 +
 +=== Scanner cervical en cas de suspicion d'​obstruction des voies aériennes supérieures (VAS) ===
 +
 +** **
 +
 +===== Prise en charge pré-hospitalière et hospitalière =====
 +
 +==== Prise en charge pré-hospitalière ====
 +
 +URGENCE THERAPEUTIQUE (PMZ)
 +
 +  - Liste numérotéeAppel du SAMU (PMZ
 +  - {{:​sides:​ref:​reanimation:​jcrichardflashcode3_obstruction_va.pdf|LIBERATION DES VOIES AERIENNES SUPERIEURES}} si besoin : nettoyage de la bouche au doigt, claques dorsales, manœuvre de Heimlich
 +  - {{:​sides:​ref:​reanimation:​jcrichardflashcode5_oxyge_nothe_rapie.2.pdf|OXYGENOTHERAPIE}} au masque à haute concentration en ajustant le débit pour obtenir une S<​sub>​p</​sub>​O<​sub>​2</​sub>​ entre 90% et 95% (PMZ)
 +  - Pose d'une voie veineuse périphérique
 +  - MONITORING respiratoire par S<​sub>​p</​sub>​O<​sub>​2</​sub>,​ cardiovasculaire avec scope et pression non invasive
 +  - Traitement étiologique si le diagnostic est évident et le traitement réalisable en pré-hospitalier (diurétiques pout un OAP, bronchodilatateur pour l'​asthme…)
 +
 +
 +==== Prise en charge hospitalière ====
 +
 +1. HOSPITALISATION EN REANIMATION,​ surveillance continue ou soins intensifs en fonction de la gravité et de l'​évolution sous oxygénothérapie
 +
 +2. Ventilation mécanique
 +
 +- Ventilation spontanée en pression expiratoire positive (VS-PEP ou CPAP en anglais) ou {{:​sides:​ref:​reanimation:​jcrichardflashcode6_vni.pdf|VENTILATION NON INVASIVE}} (VNI) en cas d'OAP avec un masque nasobuccal. ​
 +
 +- VNI avec un masque nasobuccal en cas d'​exacerbation de BPCO avec acidose respiratoire,​ de DRA hypoxémique de l'​immunodéprimé,​ d'​hypoxémie post-opératoire,​ en l'​absence de contre-indication
 +
 +- {{:​sides:​ref:​reanimation:​jcrichardflshcode7_vi.pdf|INTUBATION ET VENTILATION INVASIV}}E en cas de S<​sub>​p</​sub>​O<​sub>​2</​sub><​90% sous oxygène ou VNI, de troubles de conscience, de choc incontrôlé,​ d'​inefficacité ou de contre-indication à la VNI
 +
 +3. Traitement étiologique et des facteurs de décompensation au cours des DRA hypercapniques
 +
 +%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%
 +
 +**Points clés**
 +
 +  * Liste à puceLa détresse respiratoire aiguë est un diagnostic clinique, contrairement à l'​insuffisance respiratoire aiguë dont la définition est gazométrique.
 +  * La radiographie pulmonaire, les gaz du sang artériels et le lactate artériels sont les éléments fondamentaux du diagnostic étiologique d'une détresse respiratoire aiguë, les autres examens complémentaires étant réalisés en fonction du contexte, de l'​interrogatoire,​ des données de l'​examen clinique et des résultats de ces examens complémentaires de base.
 +  * Les priorités thérapeutiques devant une détresse respiratoire aiguë sont de contrôler l'​hypoxémie par l'​oxygénothérapie et la ventilation mécanique en cas d'​inefficacité,​ de contrôler l'​acidose respiratoire par la ventilation mécanique non invasive ou invasive, et évidemment de traiter la cause de la détresse respiratoire aiguë.
 +
 +%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%_
 +
 + 
 +
 +**Pour en savoir plus**
 +
 +
 +Mac Sweeney R, McAuley DF, Matthay MA. Acute lung failure. Semin Respir Crit Care Med. 2011 Oct;​32(5):​607-25
 +[[http://​www.ncbi.nlm.nih.gov.gate2.inist.fr/​pmc/​articles/​PMC3601050/​]]
 +
 + 
 +
  
sides/ref/reanimation/detresse_respiratoire_aigue.txt · Dernière modification: 30/04/2018 13:55 (modification externe)