Wiki-SIDES

Espace des référentiels de spécialités pour SIDES

Outils pour utilisateurs

Outils du site


sides:ref:reanimation:exacerbation_de_bronchopneumopathie_chronique_obstructive

Décompensations aigues OU exacerbations severes des BPCO

DEFINITIONS

Bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)

La BPCO est une maladie respiratoire chronique définie par une obstruction permanente et progressive des voies aériennes et la présence d'un trouble ventilatoire obstructif. La cause la plus fréquente en est le tabagisme actif.

L'évolution de la BPCO est marquée par :

- un déclin accéléré de la fonction respiratoire aboutissant à un handicap respiratoire avec réduction des activités quotidiennes et altération de la qualité de vie ;

- des exacerbations pouvant mettre en jeu le pronostic vital et majorant le déclin de la fonction respiratoire.

Pour des informations plus complètes sur la BPCO, il vous est recommandé de consulter le chapitre « BPCO » de l'ouvrage du Collège des Enseignants de Pneumologie.

Exacerbation de BPCO

L'exacerbation de BPCO est définie par un évènement aigu avec aggravation des symptômes respiratoires durables (> 2 jours) au-delà des variations habituelles et imposant une modification du traitement.

Les exacerbations sont qualifiées de légères, modérées ou sévères selon qu'elles s'accompagnent ou non de signes de gravité (voir. infra) et qu'elles mettent en jeu ou non le pronostic vital.

Exacerbation sévère de BPCO ou « décompensation »

L'exacerbation sévère correspond à la rupture de l'équilibre entre charge respiratoire (accrue) et capacité de compensation (compromise, voir infra). De ce fait :

- elle se traduit souvent par une majoration de la PaCO2 et une acidose respiratoire décompensée (avec acidémie, pH < 7,35) qui signe la rupture récente de l'équilibre charge - capacité, déséquilibre qui aboutit à l'apparition ou à la majoration de l'hypoventilation alvéolaire et par conséquent à la constitution d'une acidose ventilatoire ;

- elle nécessite en général des mesures d'assistance respiratoire (oxygénothérapie) permettant de maintenir une oxygénation compatible avec la vie ainsi que des mesures d'assistance ventilatoire (ventilation assistée).

En d'autres termes, l'exacerbation sévère réalise un tableau de décompensation aboutissant à une insuffisance respiratoire aiguë (IRA).

Epidemiologie et pronostic

On estime que sur les 2 500 000 Français fumeurs et présentant des critères cliniques de bronchite chronique, environ 30 à 35 % ont une BPCO constituée, soit 800000 à 900000 personnes. Approximativement 20 % de ces BPCO ont atteint le stade d'insuffisance respiratoire (défini comme une PaO2 < 60 mmHg ou une hypercapnie) soit 150 000 à  200 000 patients.

Chaque année, environ 70000 patients sont hospitalisés pour une exacerbation de BPCO, dont approximativement 15 % en réanimation ou soins intensifs. En réanimation, la mortalité de l'IRA des BPCO est de 5 à 15%. Au total, seuls 50% des patients sont vivants 5 ans après un épisode d'IRA. L'exacerbation de BPCO est donc un évènement fréquent et grave.

Enfin, à titre informatif, en 2006, 16500 certificats de décès comportaient la mention « BPCO ». Parmi eux, 7300 mentionnaient la BPCO comme la cause principale du décès.

Physiopathologie

La ventilation résulte de l'action des muscles respiratoires (définis ici comme la « capacité ») sur l'appareil respiratoire passif, lequel est constitué, des voies aériennes (voie aériennes supérieures, bronches et bronchioles), du parenchyme pulmonaire et de la paroi thoracique. L'ensemble de l'appareil respiratoire passif défini la « charge », laquelle résulte d'une part des résistances des voies aériennes (charge résistive) et d'autre part de l'élastance du parenchyme pulmonaire et de la paroi thoracique (charges élastiques).

Les exacerbations sévères de BPCO réalisent un tableau de décompensation aboutissant à une IRA. Une IRA survient lorsque les mécanismes de compensation (muscles respiratoires) ne peuvent surmonter une majoration des anomalies de l'appareil respiratoire (augmentation de la charge imposée aux muscles respiratoires).

Equilibre charge - capacité chez le sujet sain

Chez le sujet sain, au repos, les muscles respiratoires, diaphragme et muscles inspiratoires extradiaphragmatiques tels que les muscles intercostaux externes et les muscles scalènes, n'ont aucune difficulté à compenser la charge imposée à l'appareil respiratoire passif (Figure 1, Panneau A). En effet, d'une part cette charge est minime (faible résistance, faible élastance), d'autre part seule une faible proportion de la capacité des muscles respiratoire est sollicitée. Il existe donc une large « réserve » musculaire respiratoire, laquelle pourra être sollicitée pour compenser une augmentation de la charge.

C'est précisément ce qui se produit en cas d'affection respiratoire « aiguë » de gravité modérée telle qu'une pneumonie, une pleurésie, un pneumothorax (augmentation de la charge élastique) ou une crise d'asthme (augmentation de la charge résistive). Face à l'augmentation de charge, les muscles respiratoires sont recrutés et leur activité augmente, ce qui permet de compenser l'accroissement de la charge (Figure 1, Panneau B). Toutefois, comme la « réserve » musculaire respiratoire est importante, la capacité de muscles respiratoire n'est toujours pas dépassée. L'équilibre charge - capacité est donc préservé.

Ce n'est qu'en cas d'affection respiratoire sévère (pneumonie grave, syndrome de détresse respiratoire aigu de l'adulte…) conduisant à une augmentation majeure de la charge que la capacité des muscles respiratoires à compenser cette charge pourra être dépassée (Figure 1, Panneau C). Dans ce cas, c'est à dire lorsque la charge excède la capacité des muscles respiratoires à la compenser, il apparaît un déséquilibre charge - capacité. La conséquence de ce déséquilibre est une chute rapide de la ventilation aboutissant à une insuffisance respiratoire aiguë.

Equilibre charge - capacité chez le patient BPCO

Chez le patient BPCO, à l'état de base, l'équilibre charge - capacité est déjà précaire (Figure 1, Panneau A). En effet, le niveau basal de charge est élevé. Cette élévation du niveau de charge basal résulte d'une part de l'augmentation des résistances des voies aériennes secondaires à l'inflammation de la muqueuse bronchique et à la surproduction de mucus, lesquels sont intrinsèques à la BPCO. Il résulte d'autre part de la surdistension thoracique conséquence du piégeage d'air dans le thorax secondaire à l'augmentation des résistances expiratoires, ce qui aboutit à une augmentation l'élastance de l'appareil respiratoire. Par ailleurs, pour compenser cet excès de charge basal, les muscles respiratoires du patient BPCO sont sollicités de façon plus importante que chez un sujet sain. En d'autres termes, chez le patient BPCO, à l'état de base, une large partie de la « réserve » musculaire respiratoire est déjà utilisée. De plus, il existe une diminution de la capacité totale des muscles respiratoires à compenser la charge. Cette diminution de la capacité des muscles respiratoires à compenser la charge est secondaire à la faiblesse musculaire globale qui complique toute BPCO sévère et résulte de l'inflammation systémique de la BPCO. Rappelons Cet équilibre charge - capacité précaire inhérent à la BPCO expose donc le patient BPCO à un risque de déséquilibre beaucoup plus élevé que chez le sujet sain.

C'est ce qui se produit en cas d'affection respiratoire « aiguë » de gravité modérée telle qu'une simple bronchite infectieuse virale ou bactérienne, une pneumonie, un œdème pulmonaire aigu cardiogénique, un pneumothorax. Cette affection génère une augmentation modérée de la charge. Toutefois, comme la charge est de base plus élevée que chez un sujet sain, de cette augmentation même modérée résulte une charge totale importante. Face à cette charge totale importante, les muscles respiratoires sont recrutés et leur activité augmente. Néanmoins, comme les muscles respiratoires sont sollicités à l'état de base plus que chez un sujet sain et comme la « réserve » musculaire respiratoire est diminuée, la capacité de muscles respiratoire est rapidement dépassée. Il apparaît donc rapidement un déséquilibre charge - capacité qui aboutit à une insuffisance respiratoire aiguë (Figure 1, Panneau B). Donc, chez le patient BPCO, une affection respiratoire « aiguë » de gravité modérée générant une augmentation modérée de la charge conduit à une insuffisance respiratoire aiguë, ce qui n'est pas le cas chez le sujet sain.

Séquence habituelle de l'exacerbation sévère de BPCO

Chez le patient BPCO, la séquence habituelle de l'exacerbation sévère de BPCO est la suivante.

- Augmentation des résistances bronchiques secondaires à la majoration de l'inflammation de la muqueuse et secondaires à l'augmentation du volume des expectorations.

- D'où une diminution plus marquée des débits expiratoires conduisant à l'obligation de ventiler (volume courant) à haut volume pulmonaire. C'est la définition de la distension thoracique (le volume de fin d'expiration est augmenté, l'expiration «ne se termine pas », l'inspiration « commence trop tôt »).

- La distension, l'augmentation du débit inspiratoire, l'augmentation des résistances entraine une augmentation de la charge qui était déjà élevée à l'état de base.

- L'augmentation de la charge dépasse la capacité des muscles respiratoires, déjà sollicités à l'état de base et dont la réserve est faible chez le patient BPCO du fait d'une faiblesse musculaire globale.

- La capacité des muscles respiratoires à compenser la charge est dépassée et, de ce fait, insuffisante pour maintenir la ventilation.

- La diminution de la ventilation s'accompagne d'une diminution du volume courant et donc de la ventilation alvéolaire. Par conséquent, la PaCO2 augmente, le pH diminue ainsi que la PaO2 (l'hypoxémie peut également s'expliquer par les anomalies des rapports ventilation-perfusion).

- La compensation rénale par l'augmentation du taux de bicarbonate est souvent insuffisante pour compenser l'acidose respiratoire.

Cibles thérapeutiques potentielles dans la décompensation de BPCO

La compréhension des mécanismes impliqués dans la décompensation de BPCO permet de mieux identifier les potentiels cibles thérapeutiques.

La résolution de l'exacerbation grave implique la diminution de la charge, ce qui en pratique implique une augmentation du débit expiratoire et donc une diminution des résistances bronchiques, ce qui peut être obtenu :

- par l'administration de bronchodilatateurs (bêta-2 agonistes ou anticholinergiques) ;

- par le traitement de l'étiologie de l'exacerbation, d'où l'importance de son identification

Par ailleurs, de façon à prévenir toute hypoxémie profonde (risque d'arrêt cardiorespiratoire), il est impératif de corriger l'hypoxémie, ce qui est aisé par l'administration d'O2.

Enfin, en attendant la résolution de la cause de l'exacerbation, l'administration d'une ventilation non invasive permet d'assister les muscles dans leur fonction, ce qui améliore la compensation de charge avec pour objectif de restaurer l'équilibre charge - capacité. De fait, l'instauration d'une VNI est généralement suivie d'une augmentation de la ventilation par minute rapidement suivie d'une diminution de l'hypercapnie et de l'acidose.

Diagnostic

Diagnostic positif :l'exacerbation de BPCO

Chez un patient dont la BPCO est connue, le diagnostic d'exacerbation repose sur la majoration de la dyspnée, de la toux ou de l'expectoration. La proportion de ces différents symptômes est variable et l'exacerbation peut se limiter à la majoration d'un seul d'entre eux.

Chez un patient dont le diagnostic de BPCO n'est pas connu : l'exacerbation peut-être une exacerbation inaugurale, et parfois sévère d'emblée. Il convient alors de rechercher des signes cliniques ou des résultats d'examens complémentaires antérieurs en faveur d'une BPCO sous-jacente :

- signes fonctionnels anciens évocateurs de BPCO (toux productive pendant plus de trois mois par an depuis plus de deux années consécutives), hospitalisations antérieures ;

- signes physiques évocateurs de BPCO sous-jacente

  • témoins de l'obstruction bronchique (expiration freinée à lèvres pincées, ronchi ou sibilants…)
  • témoins de la distension (thorax globuleux, signe de Hoover, descente inspiratoire de la trachée et du larynx, saillie des muscles respiratoires accessoires, pouls respiratoire) ;

- explorations fonctionnelles respiratoires antérieures posant le diagnostic de BPCO ;

- élévation de la concentration de bicarbonates dans le sang, qui signe la compensation rénale d'une hypercapnie chronique pré-existante (fondamental) ;

- radiographie de thorax montrant une distension et des signes évocateurs d'emphysème.  

Diagnostic de gravité : l'exacerbation sévère de BPCO

Les signes marquant la sévérité de l'exacerbation de BPCO ne sont pas spécifiques à ce tableau. Il s'agit tout simplement des signes de gravité devant être recherchés devant toute détresse respiratoire aiguë.

- Signes de détresse respiratoire :

  • signes de lutte respiratoire : tachypnée (> 28/min), tachypnée superficielle (toux et parole difficiles), tirage des muscles du cou ;
  • signes de défaillance respiratoire : respiration abdominale paradoxale, cyanose des extrémités ;
  • acidose ventilatoire (pH < 7,35).

- Signes neurologiques témoignant d'une hypercapnie « aiguë » : somnolence voir coma, céphalées, hypertension artérielle, sueurs.

- Signes de choc : marbrures, hypotension artérielle…

Diagnostic étiologique

Le bilan étiologique (voir infra : 5. Examens complémentaires) débute en même temps que le début du traitement. Les trois principaux facteurs de décompensation sont : l'infection, l'insuffisance cardiaque gauche et l'embolie pulmonaire.

Infection bronchique (souvent dénommée « surinfection »)

Il s'agit du facteur déclenchant le plus fréquent. L'infection est habituellement limitée aux bronches et un tableau de pneumonie est rare.

Dans 50 % des épisodes, un agent bactérien est incriminé. Les trois principales bactéries impliquées sont : Streptococcus pneumoniae, Haemophilus influenzae, Moraxella catarrhalis. Les autres épisodes sont probablement secondaires à des infections virales, notamment la grippe (Myxovirus influenzae).

Le diagnostic d'infection bronchique n'est pas simple et n'est habituellement retenu qu'en présence de deux des trois critères dit d'Anthonisen : augmentation du volume des expectorations, de leur purulence, de la dyspnée.

Parce que la spécificité des critères d'Anthonisen est faible (les faux positifs sont nombreux), de nombreux patients sont exposés à une antibiothérapie qui n'est pas nécessaire. Le clinicien peut s'aider du dosage de la procalcitonine (PCT) : si celui-ci est normal, le diagnostic d'infection est peu probable et l'antibiothérapie n'est pas indispensable.

Les prélèvements respiratoires (examen cytobactériologique des crachats ou écouvillon nasal) ne sont pas systématiques sauf en cas de forte suspicion de résistance aux antibiotiques de première intention (exposition fréquente aux antibiotiques, nombreuses hospitalisations, maladie évoluée) ou en cas de forte suspicion de grippe.

Insuffisance ou dysfonction cardiaque gauche

Par ordre de fréquence, il s'agit du deuxième facteur de décompensation. De par la typologie des patients et la communauté des facteurs de risque, il existe une fréquente association entre la BPCO et les cardiopathies ischémique (tabac), hypertrophique (HTA), dilatée (alcool) et rythmique

Il s'agit d'un diagnostic difficile car les signes cliniques et radiologiques habituellement observés dans l'œdème pulmonaire aigu cardiogénique (râles crépitants, opacités alvéolaires hillifuges…) ne sont retrouvés que chez 50 % des patients.

Sont en faveur de ce diagnostic :

- la présence de francs sibilants à l'expiration ;

- l'élévation du NT-proBNP (> 1000 pg/ml) ;

- des signes d'élévation de la précharge du ventricule gauche à l'échographie cardiaque ;

- l'amélioration rapide des symptômes après administration de diurétiques.  

Pathologie thrombo-embolique

Doit être évoquée systématiquement : une embolie pulmonaire est retrouvée chez 20 % des patients admis pour une exacerbation de BPCO sans facteur déclenchant évident.

Il s'agit d'un diagnostic difficile qui repose sur l'utilisation des scores habituels (score de Genève…) suivie, en cas de positivité, d'un angioscanner thoracique.

Pneumothorax

Relativement rare et souvent mal toléré puisque le poumon controlatéral est pathologique.

Impose le drainage en urgence

Facteurs médicamenteux

Surdosage en benzodiazépines, qui résulte souvent d'une automédication. Surdosage en opiacés, en général chez des patients hospitalisés.

Période post-opératoire

Chirurgie abdominale sus-ombilicale, chirurgie thoracique : altère le drainage des sécrétions bronchiques.

Est normalement prévu par l'identification pré-opératoire des patients à risque et la mise en place de mesures prophylactiques.

Examens complementaires

Devant une exacerbation sévère de BPCO, certains examens complémentaires doivent être réalisés de façon systématique, d'autres doivent être réalisés au cas par cas, selon les hypothèses diagnostiques (Tableau 1).

 

TRAITEMENT

La compréhension des mécanismes impliqués dans la décompensation de BPCO permet de mieux identifier les potentiels cibles thérapeutiques (voir supra : 3.4).

Mesures générales

Les mesures générales qui suivent s'appliquent à tous les patients pris en charge pour exacerbation sévère de BPCO.

- Admission en unité de surveillance continue ou en réanimation.

- Surveillance rapprochée (scope) de la fréquence cardiaque, pression artérielle et saturation pulsée en oxygène (SpO2).

- Pose d'une voie veineuse.

- Position semi-assise.

- Repos : indispensable (diminue la demande énergétique, diminue la consommation d'oxygène et la production de CO2).

- Oxygène (corrige l'hypoxémie et préviens la survenue d'un arrêt cardiorespiratoire) :

  • à débuter immédiatement, dès le début de la prise en charge) ;
  • à faible débit (0,5 à 2 L/min) le plus souvent suffisant, pour un objectif de SpO2 entre 90 et 92 %
  • augmenter le débit d'O2 si SpO2 < 90% (risque hypoxique)
  • diminuer le débit d'O2 si SpO2 > 92% (risque de majoration de l'hypercapnie) ;
  • contrôler pH et PaCO2 avec des gazométries artérielles successives (risque de majoration de l'hypercapnie).

- Bronchodilatateurs (diminuent la charge en diminuant les résistance bronchiques, ce qui améliore le débit expiratoire et la surdistension) :

  • en aérosols, le vecteur est l'air et non pas l'O2 (risque de majoration de l'hypercapnie) ;
  • ß2-agonistes en première intention (salbutamol ou terbutaline, 5 mg), à répéter (6 fois par jour par exemple) ;
  • l'association d'un anticholinergique (ipratropium 0.5mg) est possible, mais son bénéfice n'est pas clairement établi.

- Prévention des accidents thromboemboliques par héparine de bas poids moléculaire

Traitement d'un facteur déclenchant identifié (voir supra.)

Le traitement du facteur déclenchant l'exacerbation sévère est indispensable au retour à l'état de base.

- Infection bronchique : antibiotique actif sur Streptococcus pneumoniae, Haemophilus influenzae, Moraxella catarrhalis…  (principaux agents des surinfections). Ex : Amoxicilline + Ac. Clavulanique.

- Insuffisance cardiaque gauche : diurétiques.

- Embolie pulmonaire : anticoagulant.

- Pneumothorax : drainage indispensable.

- Intoxication aux benzodiazépines : flumazénil.

Assistance ventilatoire mécanique

Ventilation non invasive (VNI)

Il s'agit d'une ventilation mécanique qui n'est pas délivrée par l'intermédiaire d'une sonde d'intubation, mais au travers d'une interface qui peut être un masque nasobuccal, nasal, facial…

La VNI assiste les muscles respiratoires dans leur fonction, ce qui améliore la compensation de charge avec pour objectif de restaurer l'équilibre charge - capacité. La VNI ne se substitue pas à la ventilation invasive, mais a au contraire pour objectif de la prévenir.

- La VNI est indiquée pour toutes les exacerbations sévères de BPCO dont l'acidose ventilatoire se traduit par un pH < 7,35.

- La VNI est contre indiquée en cas de coma, d'état de choc, de trouble du rythme ventriculaire, de vomissements, d'obstruction des voies aériennes supérieures (tumeur), d'anomalie du massif facial rendant impossible l'adaptation d'une interface, de pneumothorax non drainé.

L'efficacité de la VNI est évaluée après une heure. Les marqueurs d'évolution favorable sous VNI sont : augmentation du volume courant, diminution de la fréquence respiratoire, diminution de la PaCO2, normalisation du pH.

Intubation et ventilation invasive

Dans l'exacerbation de BPCO, l'intubation et ventilation invasive est indiquée :

- d'emblée en cas de coma, choc, hypoxémie sévère.

- dans un second temps en cas d'échec de la VNI.

Corticothérapie non systématique

- Car son bénéfice est très discuté.

- Car ses effets secondaires sont importants.

 

Pour en savoir plus 

Niewoehner DE. Outpatient management of severe COPD. N Engl J Med 2010 ;362 :1407-1416

Cosio MG, Saetta M, Agusti A. Mechanisms of disease: Immunologic aspects of chronic obstructive pulmonary disease. N Engl J Med 2009;36:2445-2454

sides/ref/reanimation/exacerbation_de_bronchopneumopathie_chronique_obstructive.txt · Dernière modification: 30/04/2018 13:55 (modification externe)