Wiki-SIDES

Espace des référentiels de spécialités pour SIDES

Outils pour utilisateurs

Outils du site


sides:ref:reanimation:fievre_chez_l_immunodeprime

Fièvre chez un patient immunodéprimé

.

 

N° 187. Fièvre chez un patient immunodéprimé

·         Connaître les situations d'urgence et les grands principes de la prise en charge.


·         Connaître les principes de la prise en charge en cas de fièvre aiguë chez un patient neutropénique.

·         Connaître les principes de prévention des infections chez les patients immunodéprimés.

 

 

 

I. Pour comprendre.

Le principal risque de l'immunodépression est la survenue d'infections.

Il existe 3 grands types d'immunodépression (parfois intriqués) qui conditionnent le risque infectieux:

- les neutropénies: le plus souvent après chimio et/ou radiothérapie.

- les déficits de l'immunité cellulaire: hémopathies, greffe de moelle ou d'organe, infection par le VIH, les traitements immunosuppresseurs, corticothérapie au long cours …

- les déficits de l'immunité humorale: splénectomie, hypo/agammaglobulinémie, myélome, déficit en complément.

A part, l'impact immunodépresseur des biothérapies (anti TNF) et de certaines pathologies chroniques à risque infectieux: diabète sucré, insuffisance rénale chronique, éthylisme chronique et cirrhose.

la survenue d'une fièvre chez le patient immunodéprimé doit faire évoquer en premier lieu une infection et mettre en place une antibiothérapie (voire un traitement antiviral et/ou antifongique) probabiliste. La nature, la durée et l'urgence de ce traitement sont dépendantes de la sévérité et de la cause du processus infectieux, du type et de la profondeur de l'immuno-dépression et du terrain du patient.

II. Diagnostic d'une fièvre chez le patient immunodéprimé.

La fièvre est définie par une température corporelle centrale supérieure à 38°C, contrôlée une 2ème fois à 4 heures d'intervalle. Une fébricule est définie par une température comprise entre 37,5 et 38°C. La survenue d'une fièvre chez un patient, dont l'immunodépression était connue ou révélée à cette circonstance, évoque en premier lieu une infection dont il faut s'efforcer d'identifier l'origine sans en retarder la prise en charge. 

Cette recherche repose

- sur la clinique: anamnèse, type de chimiothérapie, antibiotiques reçus; recherche d'un foyer infectieux, d'une porte d'entrée (mucite, cathéter) et de signes de gravité.

- sur les examens complémentaires: hémocultures (au moins 2 en périphérie et sur cathéter), ECBU, ECBC, coprocultures, prélèvements locaux selon symptômes,  antigénémies/uries, PCR virales, CRP, PCT, radio de thorax.

- suspicion de foyer infectieux: échographie abdominale, tomodensitométrie thoraco-abdominale, et autres examens invasifs comme le lavage broncho-alvéolaire et les biopsies dirigées par l'imagerie.

Plus rarement, la fièvre peut être d'origine non infectieuse: paranéoplasique; spécifique (lymphomes ou autres hémopathies, maladies de système: lupus, sarcoïdose, maladie de Crohn …); liée à une maladie thromboembolique veineuse; d'origine médicamenteuse ou allergique; ou secondaire à une maladie endocrinienne: phéochromocytome et hyperthyroïdie.

Seule la prise en charge d'une fièvre d'origine infectieuse sera envisagée ici.

III. Critères de gravité d'une fièvre chez le patient immunodéprimé.

Toute fièvre aiguë chez le patient immunodéprimé est une URGENCE DIAGNOSTIQUE ET THERAPEUTIQUE.

Les critères de gravité sont ceux liés:

- A l'infection:

SIGNES DE SEPSIS SEVERE ou de CHOC SEPTIQUE: hypotension artérielle, marbrures cutanées, acidose lactique et défaillance d'organes.

localisation de l'infection et importance de l'inoculum: poumons> abdomen> rein et voies urinaires. Les infections neuro-méningées  et cutanéo-muqueuses (fasciite nécrosante, gangrène gazeuse) sont de plus mauvais pronostic.

- A l'état d'immunodépression sous-jacent: dont il faut apprécier la nature, la profondeur et la durée escomptée d'une éventuelle neutropénie et évaluer par : NFS, électrophorèse des protéines, dosage pondéral des immunoglobulines et du complément, taux des lymphocytes (CD4 et CD8).

La durée prévisible d'une neutropénie est un élément clé de l'évaluation de la gravité.

IV. Situations d'urgence et leur prise en charge.

Les situations d'urgence sont dépendantes de la nature et la profondeur de l'immunodépression et sont déterminées par la sévérité de l'infection, le type de germe en cause, et le terrain. Les manifestations associées à la fièvre orientent, selon leur gravité (y compris potentielle), le patient vers un secteur de réanimation pour surveillance, monitorage et prise en charge des défaillances d'organes.  

La prise en charge doit être calibrée au type d'immunodépression.

1. Neutropénie fébrile.

1.1. Définition et causes de la neutropénie.

Elle est définie par un nombre de PNN <1000/mm3. Elle est sévère lorsque ce nombre est < 500/mm3, et est associée à un risque infectieux majeur lorsqu'il est < 100/mm3. L'atteinte des autres lignées (érythrocytes et plaquettes) est un facteur de gravité supplémentaire.

Etiologie de la neutropénie: le plus souvent connue ou évidente :

- post-chimiothérapie/radiothérapie anticancéreuse ou d'une hémopathie: ++.

- hémopathie maligne (leucémie ++), myélodysplasie, infiltration médullaire par des    métastases cancéreuses.

            - toxique (mis à part chimiothérapie): toxicité directe, ou immuno-allergique.                (agranulocytose médicamenteuse= PNN <100/mm3).

- neutropénie congénitale.

1.2. Principaux germes impliqués.

- Bacilles gram négatif: fréquents: E. coli++, et autres entérobactéries (klebsielle, proteus), Pseudomonas Aeruginosa. L'origine est digestive, urinaire ou respiratoire et le risque de résistance est élevé.

- Germes gram positif: Staphylocoques à coagulase -/ aureus (souvent multirésistants): origine cutanée et dispositifs intravasculaires; streptocoques d'origine buccale (mucite) ou  digestive.

- virus: notamment herpes virus.

- champignons ou levures: candidoses profondes et plus rarement candidémies; aspergillus: localisation sinusienne et/ou pulmonaire et aspergillose invasive; mucorales: rares mais de pronostic effroyable. Le risque d'INFECTION FONGIQUE augmente si la neutropénie fébrile se prolonge  (>15j) .

1.3. Situations d'urgence et leur prise en charge.

Le niveau d'urgence et de sévérité est fonction de la cause et la profondeur de la neutropénie, de la pathologie principale et/ou du traitement administré en cas de neutropénie post-chimiothérapie ++, de la durée prévisible de la neutropénie: courte (<7 jours) ou longue (>7 jours) et des signes de gravité associés. 

L'ISOLEMENT PROTECTEUR doit être mis en place dès le diagnostic de neutropénie. En cas de sepsis sévère ou de signes de gravité, l'hospitalisation en secteur de réanimation s'impose car les situations cliniques peuvent se dégrader très rapidement. 

L'ANTIBIOTHERAPIE est d'abord PROBABILISTE, à large spectre, bactéricide et idéalement synergique PUIS ADAPTEE aux résultats des prélèvements bactériologiques. Elle est instituée d'emblée en urgence si les PNN sont <500/mm3 et dans tous les cas si signes de gravité ou persistance de la fièvre après le 3ème jour. Elle doit être poursuivie jusqu'à la sortie d'aplasie et maintenue au-delà en cas d'infection fongique.

Le bilan étiologique infectieux doit être entrepris dans le même temps, et être exhaustif sans oublier de dresser l'inventaire des prélèvements antérieurs pour préciser l'écologie du patient ainsi que les traitements anti-infectieux administrés. Cependant, il est souvent peu contributif car le germe n'ést retrouvé que dans 1/3 des cas.

La prise en charge thérapeutique est dépendante de la durée présumée de la neutropénie:

1.3.1. Neutropénie de courte durée: <7jours (chimiothérapie des cancers solides).

- Traitement ambulatoire par voie orale ou intraveineuse par Amoxicilline- Acide clavulanique ou b-lactamine à large spectre associée à une quinolone (Ciprofloxacine): peut être envisagé si pas de  signes de gravité, possibilité de surveillance, bonne compliance, conditions de vie et environnement corrects.  

-Si signes de gravité, persistance de la fièvre après 72 heures d'antibiothérapie, mauvaise observance ou défaut de possibilité de surveillance: hospitalisation avec institution d'une antibiothérapie iv: céphalosporine à large spectre: Céfotaxime 4gx3-4/j, Ceftriaxone 1-2 g /j, voire antibiothérapie de plus large spectre comme celle mise en place en cas de neutropénie de longue durée.  

1.3.2. Neutropénie de longue durée : >7 jours.

L'hospitalisation est la règle pour surveillance et prise en charge des éventuelles complications.

-Antibiothérapie probabiliste ciblant entérobactéries, streptocoques et bactéries gram négatif nosocomiaux tels que le P. aeruginosa ++ (rare mais grave): Pipéracilline/Tazobactam ou  Imipinem ou Céfipime ou Ceftazidime en monothérapie ou en association avec une quinolone à spectre élargi type  Ciprofloxacine.

-Adjonction d'un aminoside en cas de sepsis sévère, de choc septique ou suspicion de bacilles Gram - multiresistants: généralement  AMIKACINE (monitorage des taux sériques).

-Adjonction d'un glycopeptide (Vancomycine surtout) ou de Linezolide (si pas de bactériémie): en cas d'infection de la peau et des tissus mous, de suspicion ou d'infection avérée de cathéter (systématiquement retiré), ou d'écologie connue de staphylocoques résistants et en cas de sepsis sévère ou choc septique (surveiller taux sériques de glycopeptides). 

-Si persistance de la fièvre après 72 heures d'antibiothérapie large spectre, rechercher une infection fongique surajoutée: antigène aspergillaire (galactomannane, b1,3-D-glucane) dans le sang ou autres liquides stériles, hémocultures mycologiques, imagerie (scanner thoracique…), et associer un antifongique: Amphotéricine B liposomale ou  Caspofungine (ou autres échinocandines).

2. Déficit de l'immunité cellulaire.

Les déficits de l'immunité cellulaire exposent aux infections à bactéries intracellulaires (tuberculose, mycobactéries atypiques, légionellose, listériose et salmonellose), à herpes viridae (HSV, CMV, EBV, VZV), parasitaires (pneumocystose, toxoplasmose) et fongiques (aspergillose, candidose, cryptococcose).

2.1. Chez le transplanté.

Le risque et la nature de l'infection dépend de plusieurs facteurs:

- type de transplantation : organe solide (rein, foie, cœur, poumon) ou moelle osseuse

- délai de survenue après la greffe

- type et intensité du traitement immunosuppresseur

- nature de l'agent infectieux, localisation de l'infection et importance de l'inoculum

Les infections susceptibles d'être transmises par le greffon (VIH, HTLV1, CMV, hépatite B et C, l'EBV, syphilis et toxoplasmose) doivent être dépistées avant la greffe chez le donneur.

2.1.1. fièvre/infection chez le transplanté d'organe solide.

Les déficits immunitaires intéressent la phagocytose (induits par les corticoides), la fonction lymphocytaire T (induits par les immunosuppresseurs: ciclosporine, mycophénolate mophétil, aziathioprime, serum antilymphocytaire, anticorps monoclonaux anti CD4).

La nature et le type d'infection dépendent du délai de survenue par rapport à la transplantation.

- Les infections précoces: < 1 mois post greffe.

 Les infections sont essentiellement bactériennes, nosocomiales et concernent l'organe transplanté (rein et voies urinaires, foie et voies biliares, poumon) et du site opératoire (abdomen, médiastin). Une contamination à partir des bactéries du donneur est possible. Les infections fongiques sont surtout dues à l'aspergillus  alors que les autres infections opportunistes : parasitaires (pneumocystis jirocevi et toxoplasme) ou virales (CMV, réactivation HSV) sont prévenues par la mise en place d'une chimioprophylaxie adaptée (cotrimoxazole, valgancyclovir) .

- Les infections tardives: 1 à 6 mois post greffe.

Essentiellement dues aux traitements immunosuppresseurs: infections à CMV (qui aggrave l'immunodépression) et pneumocystis jirocevi.

- Les infections plus tardives: > 6 mois post greffe.

immunodépression peu sévère (cas le plus fréquent): pneumonies et infections communautaires, CMV tardifs.

immunodépression sévère (du fait d'une immunosuppression lourde suite à plusieurs rejets aigus..): infections opportunistes (pneu J, aspergillose)

2.1.2. fièvre/Infection chez les allogreffés de moelle.

Le risque infectieux est plus important du fait du conditionnement pré-greffe (irradiation corporelle totale/ chimiothérapie favorisant la pneumonie à CMV et les aspergilloses invasives), de la neutropénie dont la durée est plus longue (favorisant les infections fongiques) et la réaction du greffon contre l'hôte (GVH) qui aggrave l'immunodépression.

La nature et le type d'infection sont ici aussi conditionnés par le délai de survenue par rapport à la transplantation.

- phase précoce post greffe (< 1 mois): marquée par la neutropénie et par la survenue d'infections bactériennes gram positif et négatif  (y compris légionelles et bactéries multirésistantes) notamment pulmonaires et d'infections virales à HSV.

- phase tardive post greffe (1- 4 mois): marquée par l'immunosuppression et la GVH; et par la survenue de pneumonies non bactériennes d'origine virale (CMV, EBV, grippe, adénovirus, VRS, VZV) et fongique (aspergillus, candida, et autres agents fongiques émergents…), et de candidoses systémiques.

- phase plus tardive post-greffe (>100ème jour): marquée par la GVH chronique et par la survenue d'infections à germes encapsulés, infections virales et fongiques.

La GVH peut également être à l'origine de fièvre, d'une atteinte pulmonaire (pneumopathie interstitielle), hépatique ou digestive et représente un des diagnostics à envisager devant une fièvre chez le greffé de moelle après le 1er mois post greffe.

2.2. fièvre/Infections chez le patient infecté par le VIH.

Le niveau d'immunodépression est variable chez le patient VIH+: le patient traité et bien contrôlé présente les pathologies communautaires habituelles mais avec plus d'infections respiratoires et de récurrences herpétiques. Les infections opportunistes surviennent pour des taux de CD4<200/mm3.  

  Tableau 1 - Principales infections opportunistes du patient VIH selon le taux de CD4

Taux de CD4Infections
Indifférent Tuberculose : Pulmonaire  ou Extra-pulmonaire
Pneumocoque (pneumonie ++)
Herpès (récurrences ++)
CD4 < 200/mm3Pneumocystose (P.j)
Toxoplasmose cérébrale
Candidose oesophagienne
CD4 < 100/mm3Cryptococcose
Autres : LEMP, diarrhées parasitaires
CD4 < 50/mm3Infections à CMV : Rétinite, Entérocolite et autres atteintes digestives, Encéphalite et autres atteintes neurologiques
Infection à mycobactéries

2.3. Fièvre/infection chez le patient  traité par corticoïdes au long cours et/ou immunosupresseurs.

De nombreuses pathologies auto-immunes ou inflammatoires sont traitées par corticoïdes et/ou immunosuppresseurs.

Ceux-ci peuvent induire

-un déficit de la phagocytose facilitant la survenue d'infections à bactéries pyogènes, et de bactériémies surtout à staphylocoques, 

-un déficit spécifique de l'immunité humorale et cellulaire augmentant le risque d'infections opportunistes: pneumocystis jirocevi, nocardia, mycobactéries, VZV.

2.4. Fièvre/infection chez le patient  traité par anti-cytokines.

L'utilisation des anticytokines connaît actuellement un grand essor dans le traitement des maladies systémiques auto-immunes comme la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante, le psoriasis, et la maladie de Chron…Il s'agit essentiellemnt d'anticorps anti-TNFa ou antirecepteurs soluble du TNFa , anti IL6 ou anti-intégrine a (utilisé dans la sclérose en plaques). Ils majorent le risque de survenue d'infections bactériennes (septicémie, légionellose, listériose, salmonellose), virales (herpes, VZV) et fongiques(cryptococcose, toxoplasmose) et de réactivations tuberculeuses. Ils favorisent aussi l'éclosion de lymphomes fébriles (syndrome lymphoprolifératif EBV induit), et de leuco-encéphalite multifocale progressive (LEMP) surtout sous natalizumab (anticorps utilisé dans la sclérose en plaques).

Tableau 2 - Principales manifestations infectieuses des patients sous corticoïdes, immunosuppresseurs et/ou biothérapie.

 Médicaments Infections
Ciclosporine > mycophénolate mofétil > azathioprine »> méthotrexate
Corticoïdes au long cours
Aspergillose, candidose, pneumocystose, tuberculose, infections à pyogènes et staphylocoques
Infections à CMV, HSV, EBV, VZV, HPV
Anti-TNF alpha, anti-IL6, anti-IL1, anti-CD20, CTLA-4 mimétique…  Tuberculose, mycobactéries, légionellose, listérioses, salmonelloses, autres bactéries, pneumocystose, toxoplasmose, cryptococcose, infections à HSV, VZV, EBV
Anti intégrines alpha (natalizumab)LEMP (virus JC)

3. Déficit de l'immunité humorale.

3.1. Déficit en immunoglobulines.

Il peut être d'origine constitutionnelle ou acquise. L'hypogammaglobulinémie acquise est secondaire à un myélome, une maladie de Waldenström, ou autres syndromes lymphoprolifératifs (leucémies lymphoïdes chroniques et lymphomes) et syndrome néphrotique (par perte protéique).

Les principaux risques sont représentés par la survenue d'infections respiratoires avec bactéries encapsulées (pneumocoque, hémophilus…), d'infections cutanées, urinaires et bactériémies récidivantes.

L'antibiothérapie repose sur des céphalosporines de 3ème génération type ceftriaxone, cefotaxime. Une désescalade antibiotique est recommandée après identification du germe et lecture de l'antibiogramme.

3.2. Déficit en complément.

Il est essentiellement d'origine congénitale sauf le déficit en C3 souvent acquis. Le risque de méningite à méningocoques et d'infections à pyogènes récidivantes est particulièrement redouté. L'antibiothérapie probabiliste repose sur les C3G.

Le déficit en complément doit être systématiquement recherché en cas de méningite à méningocoques ou de choc septique inexpliqué. 

3.3. Asplénie et hyposplénie

Elle peut être d'origine fonctionnelle (drépanocytose, thalassémie, lupus, hypertension portale) ou post-chirurgicale (splénectomie). Elle expose au risque d'infections à bactéries encapsulées: pneumocoque, Haemophilus, méningocoque, salmonelles; d'infections à entérovirus et d'infections par des parasites intracellulaires: plasmodium, babesia.

L'antibiothérapie probabiliste repose sur la prescription en parentéral de C3G:  cefotaxime ou ceftriaxone associées à un aminoside en cas de sepsis sévère ou de choc septique.

4. Infections liées à une pathologie métabolique.

4.1. Diabète sucré.

L'hyperglycémie diminue l'activité phagocytaire, le chimiotactisme et le pouvoir bactéricide des polynucléaires.

Les infections les plus rencontrées sont les infections uro-génitales dont les candidoses génitales (vaginites et balanites), et les infections cutanéo-muqueuses: pied diabètique, mal perforant plantaire (bactéries pyogènes, pyocyanique, staphylocoque) et ostéites.

4.2. Alcoolisme et cirrhose.

L'alcool est à l'origine d'une altération du chimiotactisme des leucocytes favorisant les infections bactériennes notamment à pneumocoques. L'infection est responsable de ¼ des décès des patients cirrhotiques. Il s'agit le plus souvent de pneumonies à pneumocoques parfois associées à des bactériémies et infections du liquide d'ascite à E.Coli et autres entérobactéries.

4.3. Insuffisance rénale chronique.

Elle entraîne une baisse modérée de l'immunité cellulaire et une altération de la phagocytose des monocytes.

Le risque infectieux est lié à la survenue d'infections à staphylocoques nosocomiaux methicilline résistants à point de départ cutané, de la fistule artério-veineuse ou du péritoine.

V. Prévention des infections chez les patients immunodéprimés.

1. Généralités.

Les précautions d'usage et les règles d'hygiène standard s'appliquent (notamment le lavage des mains) chez les patients immunodéprimés.

La VACCINATION CONTRE LA GRIPPE est recommandée chez les patients ayant un déficit immunitaire primitif ou acquis.

2. chez le patient greffé.

2.1. Greffe d'organe solide.

- prophylaxie antiparasitaire (toxoplasmose et pneumocystose) par cotrimoxazole (pentamidine ou atovaquone): jusqu'au 6ème mois de la greffe.

- prophylaxie antiCMV par Valganciclovir: selon le statut du donneur et du receveur

(recommandée si D +, R-, non recommandée si D- et R-). Surveillance par PCR CMV si pas de prophylaxie.

2.2. Greffe de moelle osseuse.

- prévention des infections sur cathéter en favorisant les poses au bloc opératoire de voie veineuse tunnélisée et leur utilisation en condition stricte d'asepsie par des personnels formés.

- prophylaxie antiparasitaire (toxoplasmose et pneumocystose) par cotrimoxazole (pentamidine ou atovaquone) jusqu'au 12ème mois après la greffe.

- prophylaxie antifongique dans les 100 jours suivant la greffe

- prophylaxie antibactérienne par Oracilline dans la première année après la greffe.

3. chez le patient splénectomisé.

- vaccination contre les germes encapsulés (pneumocoque, méningocoque et Haemophilus influenzae).

- antibioprophylaxie par pénicilline V orale pour une durée de 2 ans chez l'adulte et de 5 ans chez l'enfant.

4. chez le patient porteur d'un déficit en immunoglobuline.

- injections d'immunoglobulines polyvalentes à intervalle de temps régulier

- vaccination contre les germes encapsulés (pneumocoque, méningocoque et Haemophilus influenzae).

5. chez les patients VIH + .

- prophylaxie antiparasitaire (toxoplasmose, pneumocystose) par cotrimoxazole dès que CD4 < 200/mm3

- prophylaxie contre les mycobactéries atypique par azithromycine dès que CD4 < 50/mm3

- prophylaxie contre l'anguillulose par ivermectine en cas d'antécédent de séjour en zone d'endémie

6. chez les patient traité par corticoïdes au long cours.

- prophylaxie antiparasitaire (toxoplasmose et pneumocystose) par cotrimoxazole dès que les CD4 sont inférieurs à 200/mm3

- prophylaxie contre l'anguillulose par ivermectine en cas d'antécédent de séjour en zone d'endémie

 

 

______________________________________________________________________________

Points clés

Immunodépression + fièvre

o   Gravité : urgence diagnostique et thérapeutique

o   Evoquer en premier lieu une cause infectieuse

o   Infection d'évolution rapide, grave, à germes opportunistes

Rechercher : choc, défaillance d'organes, signes neuro-méningés, purpura fulminans

Neutropénie fébrile

o   BGN ++, CGP, HSV et Candida à résistances !!

o   Diagnostic :

  • Cause et durée de la neutropénie
  • Examen clinique, ECBU, hémocultures +/- autres
  • Radiographie de thorax +/- TDM TAP

o  Thérapeutique :

  • Isolement protecteur
  • Antibiothérapie probabiliste puis adaptée, urgente

Neutropénie courte : C3G,  amoxicilline - acide clavulanique et ciprofloxacine

Neutropénie longue : pipéracilline - tazobactam +/- amikacine +/- vancomycine +/- caspofungine

Déficits de l'immunité cellulaire

Congénitaux, transplantés d'organe ou de moelle, VIH, immunosuppresseurs, corticoïdes, biothérapies

o  Bactéries intracellulaires : tuberculose, mycobactéries atypiques, légionellose, listériose et salmonellose

Herpes viridae : HSV, CMV, EBV, VZV

o  Parasites : toxoplasmose

o  Champignons : pneumocystose, cryptococcose, candidose

o  Prise en charge : cf. Tableau Infections opportunistes

Déficits humoraux (Ig, complément, asplénie) 

o   Rechercher et traiter les germes encapsulés (pneumocoque++)

o   C3G +/- aminoside +/- Ig IV

o   Rechercher un déficit en complément si méningite à méningocoque

______________________________________________________________________________

 Prise en charge des infections opportunistes liées à l'immunodépression cellulaire

InfectionsDiagnostic Traitement curatif +/- prophylactique
Tuberculose- BAAR à l'examen direct
- M. tuberculosis en culture
- Granulome épithélioïde avec nécrose caséeuse
 
- Avant biothérapie : dépistage par Quantiferon® (ou IDR) et radiographie thoracique
- Isoniazide, rifampicine, ethambutol, pyrazinamide - 2 mois puis isoniazide, rifampicine - 4 à 10 mois
- Quantiféron® + : isoniazide, rifampicine - 3 mois ou isoniazide 9 mois. Biothérapie après 3 semaines de traitement
Pneumocoque (pneumonie++)- Hémoculture et/ou ECBC + à pneumocoque- Amoxicilline ou cefotaxime ou ceftriaxone
- Prophylaxie : vaccination anti-pneumococcique
Pneumocystose- Syndrome interstitiel bilatéral
- Pneumocyste à l'examen direct d'un ECBC ou d'un LBA après coloration de Gomori-Grocott
- PCR + (nombreux faux positifs)
- Cotrimoxazole à dose curative - 3 semaines
- Puis cotrimoxazole à dose prophylactique - 3 mois ou tant que les CD4 < 200/mm3 ou post greffe ou corticothérapie prolongée
- Supplémentation en folinate de calcium
Toxoplasmose cérébrale- TDM/IRM cérébrale
- PCR dans le LCR (rarement +)
- Test thérapeutique de 15 jours
- Biopsie cérébrale
- NB : une sérologie + élimine quasiment le diagnostic
- Pyriméthamine + sulfadiazine ou cotrimoxazole à dose curative - 6 semaines
- Puis cotrimoxazole à dose préventive - 3 mois et tant que les CD4 < 200/mm3 ou post greffe ou corticothérapie prolongée
- Supplémentation en folinate de calcium
Cryptococcose- Mise en évidence de C. neoformans sur le LCR après coloration à l'encre de chine
- Culture du LCR positive à C. neoformans
- Antigénémie +
- Ag + sur le LCR
- Amphotéricine B liposomale + 5-fluorocytosine - 2 semaines
- Puis fluconazole - 8 semaines et tant que les CD4 < 200/mm3 ou immunodépression persistante
Candidose oesophagienne- Aspect en rail en FOGD
- Prélèvement locaux : culture + à Candida
- Fluconazole
Candidose systémique- Hémoccculture + à Candida- Caspofungine 14 jours après la dernière hémoculture négative
- Prophylaxie post greffe de moelle osseuse par fluconazole - 100 jours
Aspergillose invasive- Image en grelot sur le scanner thoracique ou sinusien
- PCR plasmatique +
- LBA ou prélèvement de sinus + à Aspergillus
- Voriconazole > 3 mois
- Prophylaxie par posaconazole des patients en induction ou consolisation de LAM ou sous immunosupresseur pour une GVHD
Herpès (récurrences++)- Clinique ++
- PCR HSV + sur écouvillons oro-faciaux/génitaux
- Aciclovir ou valaciclovir à dose curative - 5 jours
- Prophylaxie systématique par aciclovir ou valaciclovir en post greffe de moelle osseuse
Infections à CMV :
 
àRétinite
 
 
à(Entéro)-colite (et autres atteintes digestives)
 
 
 
 
àEncéphalite (et autres atteintes neurologiques)
- PCR plasmatique +
 
- Fond d'œil
- +/- angiographie
 
- Endoscopie digestive : ulcérations inflammatoires, cellules à inclusions virales en anatomopathologie, PCR + sur les biopsie
 
- PCR + sur le LCR
- Ganciclovir à dose curative - 15 à 21 jours
- Puis prophylaxie secondaire par ganciclovir ou valganciclovir tant que l'immunodépression persiste
- Pas de prophylaxie primaire systématique mais surveillance PCR plasmatique et traitement précoce.
Infection à mycobactéries atypiques- M. avium intracellulare en culture
- Granulome épithélioïde avec nécrose caséeuse
- Clarithromycine + ethambutol +/- rifampicine - 3 à 6 mois
- Puis azithromycine à dose prophylactique tant que les CD4 < 50/mm3
sides/ref/reanimation/fievre_chez_l_immunodeprime.txt · Dernière modification: 30/04/2018 13:55 (modification externe)