Wiki-SIDES

Espace des référentiels de spécialités pour SIDES

Outils pour utilisateurs

Outils du site


sides:ref:reanimation:gestion_des_erreurs

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

sides:ref:reanimation:gestion_des_erreurs [30/04/2018 13:55] (Version actuelle)
Ligne 1: Ligne 1:
 +====== Gestion des erreurs ======
 +
 +===== Introduction :​ =====
 +
 +Les erreurs en médecine sont particulièrement fréquentes. Dans un article publié dans le JAMA en 1994, il était estimé que les erreurs étaient rencontrées dans 4% des séjours hospitaliers et étaient responsables d'une mortalité de 14%. En 1999, le rapport « To Err is Human » est publié par l'​Institut de Médecine aux Etats-Unis et rapporte que les erreurs pourraient concerner de 44000 à 98000 patients chaque année et seraient la 8<​sup>​ème</​sup>​ cause de mortalité aux Etats-Unis. Les erreurs concerneraient 5% des patients et seraient responsables d'un décès toutes les 1000 admissions. ​
 +
 +Ce problème de gestion des erreurs renvoie à des principes déontologiques et éthiques élémentaires avec l'​absolue nécessité de mettre en place un système de santé sûr visant à prévenir, à identifier, et à traiter les erreurs. Il s'agit d'un enjeu majeur de Santé Publique avec des impacts pour les patients, leurs familles, les équipes de soins, les établissements de santé, la sécurité sociale et plus généralement la société. ​
 +
 +Les erreurs ont un impact financier majeur. Ainsi par exemple, il a été estimé qu'un pneumothorax iatrogène coutait en 2003 plus de 17000 $ et une embolie pulmonaire post-opératoire plus de 21000 $. Ainsi, la non-qualité est susceptible d'​augmenter les coûts essentiellement par un allongement des durées de séjour et par la nécessité de procédures spécifiques visant à atténuer les conséquences de l'​erreur (actes d'​imagerie,​ transfusion,​ réintervention,​….).
 +
 +La difficulté majeure réside dans l'​identification et la déclaration des erreurs. De nombreux obstacles conduisent à une sous déclaration du fait d'un risque de stigmatisation des acteurs et de peurs de sanctions disciplinaires. L'​approche doit être totalement différente en s'​inspirant de ce qui a été proposé dans le domaine de l'​aviation civile avec une analyse systémique qui s'​intéresse aux dysfonctionnements du système de soins.
 +
 +
 +===== Déclaration des erreurs =====
 +
 +Lorsqu'​une erreur est constatée elle doit pouvoir être déclarée afin de pouvoir la traiter. Le premier impact et qui donne tout son sens à la démarche est que l'​erreur peut nécessiter des actions correctrices immédiates pour le patient (atténuation des conséquences de l'​erreur). Prenons l'​exemple d'une erreur de dose d'​insuline d'un facteur 10, l'​infirmière constatant qu'​elle s'est trompée dans la dose d'​insuline doit pouvoir le dire immédiatement afin de mettre en place une surveillance étroite de la glycémie du patient. L'​absence de déclaration de l'​erreur conduirait à mettre en péril la vie du patient avec risque d'​hypoglycémie profonde. D'​autre part la déclaration de l'​erreur témoigne d'une volonté de transparence de l'​équipe ce qui est un élément déterminant dans la relation de confiance que l'​équipe soignante doit avoir avec le patient et sa famille ainsi qu'​avec le juge en cas de conséquences médico-judiciaires. La non déclaration ou pire la falsification de données sont des éléments potentiellement très graves. ​
 +
 +La gestion d'une erreur déclarée comprend de multiples aspects : prise en charge du patient, recherche d'​autres patients éventuellement concernés par l'​erreur,​ information du patient et de ses proches, accompagnement des équipes de soins, analyse des évènements,​ préparation vis-à-vis d'​éventuelles conséquences juridico-médiatiques (figure 1).
 +
 +{{ :​sides:​ref:​reanimation:​figure_1_erreur.png |}}
 + 
 +
 +===== Gravité de l'​erreur =====
 +
 +Une erreur grave liée aux soins est défini comme un évènement inattendu dont les conséquences pour le patient ont un caractère certain de gravité : hospitalisation en réanimation,​ intervention chirurgicale,​ séquelle grave ou décès. Ces erreurs peuvent être en lien avec des actes de prévention,​ de diagnostic ou de traitement.
 +
 +Les anglais ont identifiés des erreurs particulièrement graves appelées « never events » que l'on pourrait traduire en français par « évènements inacceptable ». Il est impératif de déclarer ce type d'​erreur. La liste des Never Events est régulièrement actualisée par le National Health Services (NHS) : [[http://​www.acta.org.uk/​store/​docs/​news/​The-never-events-list-2013_14-755976-23-04-2014.pdf|http://​www.acta.org.uk/​store/​docs/​news/​The-never-events-list-2013_14-755976-23-04-2014.pdf]].
 +
 +Les grands thèmes sont :
 +
 +- Erreur de côté en chirurgie
 +
 +- Erreur dans la pose de prothèses
 +
 +- Oubli de matériel étranger au décours d'une procédure (compresse, pince,…)
 +
 +- Erreurs médicamenteuses (cf infra)
 +
 +- Suicide avec des rideaux, fils,…
 +
 +- Défenestration
 +
 +- Fuite d'un prisonnier
 +
 +- Etranglement dans les draps ou par système de contention
 +
 +- Erreur transfusionnelle dans le système ABO
 +
 +- Mauvais positionnement d'une sonde naso ou oro-gastrique
 +
 +- Embolie gazeuse
 +
 +- Erreur d'​identité de patient
 +
 +- Brûlure du patient lors d'une toilette
 +
 +- Mort maternelle par choc hémorragique après césarienne programmée.
 +
 +Ces erreurs doivent être déclarées en urgence bien sûr au niveau de l'​établissement de soins mais également à l'​Agence Régionale de Santé (ARS). Il est d'​ailleurs envisagé  par le Ministère de la Santé que ces erreurs directement liées à un dysfonctionnement hospitalier soient à la charge de l'​hôpital et non plus à la charge de la Sécurité Sociale. ​
 +
 +
 +La liste des erreurs dans le domaine de la prise en charge médicamenteuse (CIRCULAIRE N°DGOS N° DGOS/​PF2/​2012/​72 du 14 février 2012 relative au management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse dans les établissements de santé) est la suivante :
 +
 +- Erreur lors de la prise en charge des patients traités avec des médicaments anticoagulants; ​
 +
 +- Erreur lors de l'​administration du chlorure de potassium injectable ; 
 +
 +- Erreur de préparation de spécialités injectables pour lesquelles les modes de préparation est à risque ​
 +
 +- Erreur d'​administration par injection intrathécale au lieu de la voie intraveineuse ; 
 +
 +- Erreur d'​administration par injection parentérale au lieu de la voie orale ou entérale ; 
 +
 +- Erreur de rythme d'​administration du méthotrexate par voie orale (hors cancérologie) ​
 +
 +- Erreur d'​administration des anticancéreux notamment en pédiatrie ; 
 +
 +- Erreur d'​administration d'​insuline ; 
 +
 +- Erreur d'​administration de spécialités utilisées en anesthésie au bloc opératoire ; 
 +
 +- Erreur d'​administration de gaz à usage médical ; 
 +
 +- Erreur de programmation des dispositifs d'​administration (pompes à perfusion, seringues électriques…) ; 
 +
 +- Erreur lors de l'​administration ou l'​utilisation de petits conditionnements unidoses en matière plastique (exemple : unidose de sérum physiologique,​ solution antiseptique…) notamment à la maternité ou en pédiatrie
 +
 +
 +
 +===== Analyse des erreurs =====
 +
 +
 +Cette analyse repose sur un ensemble de méthodes en fonction du type d'​erreur et des conséquences. ​
 +
 +
 +
 +====Analyse et traitement simple====
 +
 +Elle est habituellement réalisée par le gestionnaire de risques de l'​établissement de soins. Ces évènements figurent habituellement dans les statistiques annuelles de l'​établissement.
 +
 +
 +
 +====Réunion d’analyse de l’évènement (RAE)====
 +
 +Il s'agit d'une analyse pluri-professionnelle qui doit être réalisée le plus tôt possible après l'​erreur et qui implique les principaux acteurs et si possible le chef de service où s'est produit l'​erreur. Cette réunion est précédée d'​entretiens et d'une analyse factuelle de la chaine des évènements. Ce type de réunion peut le plus souvent mettre en évidence des dysfonctionnements multiples par exemple : équipes, locaux inadaptés, formation insuffisante de(s) l'​acteur(s),​ matériels indisponibles,​ pression économique,​ gestion déficiente des effectifs, absence de politique qualité de l'​établissement. Il faut cependant rappeler que cette analyse ne dédouane pas l'​acteur de ces erreurs. L'​analyse doit être essentiellement qualitative. ​
 +
 +
 +====Analyse approfondies des causes racines (ACR)====
 +
 +Elle comprend nécessairement trois phases : ​
 +
 +- une investigation à l'aide d'​entretiens individuels qui permet d'​établir la chronologie des actes principaux et de les contextualiser.
 +
 +- une analyse secondaire des facteurs favorisant tenant compte de tous les niveaux organisationnels :​ patients, tâches, acteurs, équipes, environnement de travail, management
 +
 +- un rendu d'​expérience qui consiste, sur la base de l'​analyse des faits et des facteurs favorisants,​ à discuter et valider les mesures correctives adaptées et à organiser le pilotage et le suivi des mesures mises en place. ​
 +
 +Dans ce type d'​analyse,​ il doit y avoir un pilote chargé du travail de collecte des données et de la constitution d'un groupe de travail.
 +
 +Le choix du type d'​analyse dépend de la fréquence et de la gravité de l'​erreur (criticité) ainsi que de l'​impact sur l'​institution. ​
 +
 +L'​analyse des erreurs doit permettre de déterminer l'​évitabilité,​ l'​imputabilité mais aussi l'​efficacité des mesures correctrices prises pour réduire les conséquences de l'​erreur (mitigation des anglo-saxons)
 +
 + 
 +La méthode ALARM est une méthode a posteriori, qui permet, sans formation préalable, de déterminer les causes en analysant différents niveaux (patients, taches, soignants, équipe, environnement de travail, organisation et management, institution). ​
 +
 + 
 +Ces différentes analyses peuvent être reprises dans des réunions de service de type Revue de Morbi-mortalité (RMM) ou Comité de Retour d'​Expérience (CREX).
 +
 +
 +
 +====CREX et RMM====
 +
 +Les CREX sont le plus souvent organisées autour d'une équipe fixe. C'est le cas par exemple pour les pharmacies. Les RMM sont plus médicalisées et impliquent les acteurs de terrain. Comme son nom l'​indique,​ elles peuvent analyser la morbidité c'​est-à-dire des erreurs qui n'ont pas conduit au décès du patient mais qui sont significatives comme des complications liées à un acte diagnostique ou thérapeutique;​ par exemple : hémothorax post-drainage pleural, choc hémorragique secondaire à un mésusage des anticoagulants,​ intubation oesophagienne,​ erreur de poche de médicament,​ incident pendant un transport intra-hospitalier mais aussi des évènements indésirables comme les extubations non programmées,​ chute de patient. ​
 +
 +La sélection des éléments qui doivent être analysés en CREX ou RMM est fondamentale. L'​objectif est un apprentissage collectif avec réflexion commune afin de déterminer les actions correctrices à mettre en œuvre. Ainsi les RMM constituent un outil de management interne des équipes alors que la CREX est plutôt un outil de surveillance du risque. Il est surtout important de suivre les actions correctrices qui ont été mises en place.
 +
 + 
 +
 +===== Gestion des plaintes et réclamations =====
 +
 +Les erreurs peuvent conduire au dépôt d'une plainte avec éventuelles poursuites civiles ou pénales. Pour l'​établissement de soins, il est important d'​apporter une réponse technique et humaine aux plaintes ou réclamations. Les réponses doivent répondre à plusieurs exigences : ​
 +
 +- mise en évidence de la capacité de l'​établissement de soins à analyser l'​erreur,​ à en déterminer les causes, et surtout à la mise en œuvre d'​actions correctrices visant à éviter la reproduction de l'​erreur.
 +
 +- Actions correctrices immédiates pour le patient afin de minimiser les conséquences de l'​erreur.
 +
 +- Communications transparentes avec le patient et la famille.
 +
 +- Formulation d'​excuses lors de l'​annonce de l'​erreur avec une approche humaine et professionnelle.
 +
 + 
 +
 +===== Suivi =====
 + 
 +La restitution aux équipes est impérative et est faite par l'​encadrement médico-soignant du service ​
 +
 +La mise en œuvre des actions correctrices est assurée par les services concernés, en lien avec les pôles et les directions concernés**.**
 +
 +En cas de RAE ou d'ACR, à l'​échéance prévue, le pilote de l'​analyse adresse au CoViRis une synthèse de la réalisation des actions. ​
 +
 +En cas d'EIG, la validation des actions à mener et leur mise en œuvre appartiennent,​ à partir de la transmission des conclusions du rapport final anonymisé à la direction de l'​établissement de soins.
 +
 +La Commission des relations avec les Usagers et Qualité de la prise en Charge (CRUQPC) est tenue informée de la mise en œuvre et du suivi des recommandations. Il y a une forte demande sociétale pour que les usagers soient associés à la démarche et puissent participer aux réunions dans l'​esprit
 +
 +de la démocratie sanitaire.
 +
 +Le partage d'​expérience est indispensable afin de s'​assurer que les enseignements sont diffusés à l'​ensemble des acteurs afin de prévenir de nouvelles erreurs de même nature (par ex : formation au bon usage des insulines ultra lentes).
 +
 +
 + 
 +===== Secret professionnel =====
 +
 +Les informations transmises respectent le secret professionnel,​ dans le cadre des obligations légales relatives à l'​amélioration de la sécurité des soins. Ainsi, les informations sur la santé du patient sont-elles partagées au sein de l'​équipe soignante, avec les référents dont l'aide a été sollicitée. En dehors de ce cadre, seules sont transmises des informations ne comportant pas de nom de patient ou de personnel, et limitées au strict nécessaire permettant de comprendre l'​évènement et ses enseignements. Il en est notamment ainsi des conclusions,​ qu'​elles soient transmises au CoViRis, aux directions concernées,​ ou à l'ARS.
 +
 + 
 +
 +===== Aspects juridiques =====
 +
 +Un certain nombre d'​erreurs ont des conséquences pour le patient. Ils posent la question de la responsabilité de l'​établissement de soins en matière d'​indemnisation des  dommages. La direction de l'​hôpital doit être rapidement informée du dommage. Cet aspect doit être traité séparément. Il convient d'​éviter une instrumentalisation des analyses faites en vue d'​améliorer la sécurité, par exemple en  tentant d'en faire un élément de défense juridique. De ce fait, parce qu'ils ont une portée générale, les analyses et les enseignements qui en sont tirés, tous comme les RMM, sont  archivés à part, par type d'​évènement et sans nom de personnes. Le dossier médical porte la trace de ce qui concerne la santé du patient et de l'​information qui a été donnée, à celui-ci ou à ses proches. ​
 +
 +Une recherche de responsabilité,​ au sens juridique du terme, concerne localement le Chargé des Relations avec les Usagers et les Associations (CRUA) et la direction des affaires juridiques et l'​assureur de l'ES.
 +
 +Aucune intervention dans les médias n'est possible sans l'​accord de la direction.
 +
 +**La responsabilité pénale**
 +
 +La responsabilité pénale est personnelle. Le motif de recours est plus souvent lié à un homicide, une incapacité temporaire de travail supérieure à 3 mois. Les types de fautes reprochées peuvent être maladresse, imprudence, inattention,​ négligence,​ ou manquement à une obligation de prudence et de sécurité.
 +
 +**La responsabilité disciplinaire du médecin **
 +
 +Le Conseil Départemental de l'​Ordre transmet le dossier à la juridiction disciplinaire. Les peines disciplinaires peuvent aller du simple avertissement,​ au blâme, à l'​interdiction temporaire ou permanente d'​exercer la médecine. Dans les cas les plus graves, le praticien peut être radié du tableau de l'​Ordre.
 +
 +
 +
 +===== La compensation de l'​erreur =====
 +
 +La loi du 4/03/2002 envisage l'​indemnisation d'un patient pour un préjudice lié aux soins même sans preuve d'une faute. Ce système repose sur la Commission Régionale de Conciliation et d'​Indemnisation (CRCI). La CRCI doit rendre un avis dans les 6 mois. L'avis est fondé sur une expertise du dossier. L'​assureur qui garantit la responsabilité du professionnel de santé ou d'un ES doit proposer une offre d'​indemnisation. ​
 +
 +L'​Office National d'​Indemnisation des victimes d'​Accidents Médicaux (ONIAM) peut se substituer à l'​assureur en cas de carence, afin d'​indemniser la victime. Le juge peut condamner l'​assureur ou le responsable de l'​erreur à verser à l'​ONIAM une partie de l'​indemnité.
 +
 +Lorsque la CRCI juge que l'​erreur résulte d'un aléa thérapeutique et qu'il n'y a pas de faute associée aux soins, c'est l'​ONIAM qui indemnise la victime.
 +
 + 
 +
 +%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%
 +
 +**Points clés**
 +
 +• Il faut favoriser une culture de la déclaration des erreurs
 +
 +• Les erreurs majeures (never events des anglo-saxons) doivent être déclarées de manière exhaustive
 +
 +• La déclaration de l'​erreur permet d'en réduire les conséquences (atténuation)
 +
 +• Le choix du type d'​analyse dépend de la fréquence et de la gravité de l'​erreur (criticité) ainsi que de l'​impact sur l'​établissement de soins. ​
 +
 +• L'​analyse des erreurs doit permettre de déterminer l'​évitabilité,​ l'​imputabilité mais aussi l'​efficacité des mesures correctrices prises pour réduire les conséquences de l'​erreur
 +
 +• La qualité et la transparence de l'​information donnée sont des déterminants majeurs de la réduction des plaintes
 +
 +• Il existe un dispositif d'​indemnisation (ONDIAM)
 +
 +%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%
 +
 + 
 +
 +Annexe : liste des abréviations
 +
 +|ARS|Agence Régionale de Santé|
 +|CGRAS|Coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins|
 +|CoViRiS|COmité des VIgilances et des RISques|
 +|CRCI|Commission régionale de conciliation et d'​indemnisation|
 +|CREX|Comité de Retour d' EXpérience|
 +|CRUQPC|Commission des relations avec les Usagers et Qualité de la prise en Charge|
 +|EIAS|Évènement Indésirable Associés aux Soins|
 +|EIGAS :​|Évènement indésirable grave|
 +|ES|Etablissement de soins|
 +|ONIAM|Office national d'​indemnisation des victimes d'​accidents médicaux|
 +|RAE|Réunion d'​analyse de l'​évènement indésirable grave|
 +|RMM|Revue de Morbi-Mortalité|
 +|Never events|Erreurs inacceptables|
 +
 + 
 +
 + 
 +
 +**Références  (flashcode):​ **
 +
 + 
 +
 +__Haute Autorité de Santé__
 +
 +-      La sécurité des patients - mettre en oeuvre la gestion des risques associés aux soins en établissement de santé- Des concepts à la pratique - Mars 2012
 +
 +-      RMM - Guide méthodologique (novembre 2009); ​
 +
 +-      Outils d'​autoévaluation et de sécurisation de l'​administration des médicaments en établissement de santé, (2011) ; 
 +
 +-      Recommandations sur les outils d'​évaluation et de hiérarchisation des risques liés aux soins adaptés aux missions des établissements de santé », (2011) ; 
 +
 +-      Guide, mars 2011, Annonce d'un dommage associé aux soins.
 +
 +[[http://​www.has-sante.fr/​portail/​upload/​docs/​application/​pdf/​2011-05/​annonce_dommage-associe_aux_soins.guide.pdf|http://​www.has-sante.fr/​portail/​upload/​docs/​application/​pdf/​2011-05/​annonce_dommage-associe_aux_soins.guide.pdf]]
 +
 + 
 +
 + 
 +
 +__Textes réglementaires__
 +
 +-      Décret n° 2010-1408 du 12 novembre 2010 relatif à la lutte contre les événements indésirables associés aux soins dans les établissements de santé
 +
 +-      CIRCULAIRE N°DGOS/​PF2/​2011/​416 du 18 novembre 2011 en vue de l'​application du décret 2010-1408 du 12 novembre 2010 relatif à la lutte contre les évènements indésirables associés aux soins dans les établissements de santé
 +
 +-      INSTRUCTION N°DGOS/​PF2/​2012/​352 du 28 septembre 2012 relative à l'​organisation de retours d'​expérience dans le cadre de la gestion des risques associés aux soins et de la sécurisation de la prise en charge médicamenteuse en établissement de santé.
 +
 + 
 +
 + 
 +
 +
  
sides/ref/reanimation/gestion_des_erreurs.txt · Dernière modification: 30/04/2018 13:55 (modification externe)