Wiki-SIDES

Espace des référentiels de spécialités pour SIDES

Outils pour utilisateurs

Outils du site


sides:ref:reanimation:intoxication_par_les_cardiotropes

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

sides:ref:reanimation:intoxication_par_les_cardiotropes [30/04/2018 13:55] (Version actuelle)
Ligne 1: Ligne 1:
 +====== Intoxications par médicaments cardiotropes ======
 +
 +**Item 332. Principales intoxications aiguës
**
 +
 +·      Diagnostiquer une intoxication par les psychotropes,​ les médicaments cardiotropes,​ le CO, l'​alcool. ​
 +
 +·      Identifier les situations d'​urgence et planifier leur prise en charge pré-hospitalière et hospitalière.
 +
 +Les intoxications par anti-arythmiques (AAR) et digitaliques se caractérisent par leur gravité, liée à la survenue rapide de troubles cardiovasculaires mettant en jeu le pronostic vital. La mortalité peut atteindre 20% dans certaines séries. Ces médicaments ont un index thérapeutique étroit et les doses toxiques ne sont souvent que légèrement supérieures aux doses thérapeutiques journalières. Les facteurs aggravants sont l'​hypoxémie,​ l'​acidose,​ une dyskaliémie,​ une cardiopathie préexistante,​ l'​ingestion d'un autre cardiotrope. Ces intoxications nécessitent une prise en charge rapide en milieu de réanimation,​ parfois très intensive, avec monitoring cardio-respiratoire rapprochée. ​
 +
 + 
 +
 +===== Anti-arythmiques de classe I =====
 +
 +
 +====Mécanisme de toxicité====
 +
 +Les anti-arythmiques de classe I (AAR I) sont des bloqueurs des canaux sodés rapides et exercent un effet stabilisant de membrane. Ils ralentissent la conduction intracardiaque et la contractilité (effets inotrope, bathmotrope,​ chronotrope et dromotrope négatifs). En allongeant la période réfractaire,​ ils favorisent les dysrythmies par phénomène de réentrée.
 +
 +====Molécules et doses toxiques====
 +
 +Cette classe comporte trois sous-classes : 
 +
 +•               AAR Ia (//​quinidine-like//​) avec la quinidine, le disopyramide,​ la cibenzoline ;
 +
 +•               AAR Ib (//​lidocaïne-like//​) avec la lidocaïne, la méxilétine ;
 +
 +•               AAR Ic avec la propafénone,​ la flécaïne.
 +
 +La dose toxique se situe dès trois fois la dose thérapeutique journalière.
 +
 +D'​autres médicaments ont aussi un effet stabilisant de membrane et exercent des effets toxiques analogues :​ les antidépresseurs polycycliques,​ la chloroquine et certains bêtabloquants.
 +
 +====Symptômes====
 +
 +Les symptômes apparaissent rapidement, entre 30 min et 2 h suivant l'​ingestion,​ l'​absorption digestive étant rapide pour tous ces médicaments. Ils comportent : 
 +
 +•       une hypotension,​ un état de choc à dominante cardiogénique ;
 +
 +•       des arrêts circulatoires le plus souvent par dissociation électromécanique ;
 +
 +•       des troubles du rythme : bradycardies,​ tachycardies ventriculaires,​ fibrillations ventriculaires.
 +
 +D'​autres atteintes comme un coma ou des convulsions,​ peuvent être notées selon les molécules. La détresse respiratoire est secondaire à des convulsions ou à une défaillance circulatoire.
 +
 +Les signes électrocardiographiques sont précoces et associent : 
 +
 +•       des troubles de l'​automaticité et de la conduction. L'​aspect le plus caractéristique est le bloc intraventriculaire avec élargissement des complexes QRS. On peut noter aussi un BAV ;
 +
 +•       des troubles de l'​excitabilité avec tachycardies supraventriculaires,​ bradycardies sinusales, tachycardies et fibrillations ventriculaires. Des torsades de pointes peuvent être observées mais à une phase plus tardive (après la huitième heure).
 +
 +L'​hyperkaliémie aggrave la défaillance cardiaque et les troubles de la conduction alors que l'​hypokaliémie favorise la survenue de torsades de pointe.
 +
 +====Traitement====
 +
 +Ses particularités sont : 
 +
 +•       la correction de la défaillance circulatoire par catécholamines (adrénaline ou noradrénaline);​
 +
 +•       la correction des troubles de la conduction par le bicarbonate de sodium molaire 8,4% (250 mL avec 2 g de KCl en 20 minutes), à répéter si besoin (dose maximale de 750 mL) ;
 +
 +•       la correction des troubles de l'​excitabilité : choc électrique externe si tachycardie ou fibrillation ventriculaire,​ sulfate de magnésium et isoprotérénol si torsades de pointes. Tous les anti-arythmiques sont contre-indiqués ;​
 +
 +•       l'​assistance circulatoire périphérique en cas d'​arrêt cardiaque ou d'​état de choc réfractaire.
 +
 +** **
 +
 +
 +=====Bêtabloquants (AAR II)=====
 +
 +==== Mécanisme de toxicité====
 +
 +Ils antagonisent l'​effet des catécholamines au niveau des récepteurs bêta-adrénergiques,​ en exerçant au niveau cardiaque des effets inotrope, chronotrope,​ dromotrope et bathmotrope négatifs. Les autres propriétés,​ variables selon les molécules, sont la cardiosélectivité (bétaxolol,​ bisoprol) mais qui disparaît à dose toxique, l'​activité sympathomimétique intrinsèque (oxprénolol,​ pindolol), l'​activité stabilisante de membrane (acébutolol,​ alprénolol,​ propranolol) et un effet bloquant des canaux potassiques (sotalol).
 +
 +==== Doses toxiques====
 +
 +Les doses toxiques par rapport aux doses thérapeutiques sont plus élevées que pour les AAR I et varient selon les molécules. Leur résorption digestive très bonne (surtout pour les molécules lipophiles) et leur distribution tissulaire rapide rendent compte de la survenue précoce des symptômes.
 +
 +==== Symptômes====
 +
 +Les manifestations cardiovasculaires comportent une bradycardie sinusale, une hypotension et plus rarement un BAV complet. Des troubles de la conduction intraventriculaire et un choc cardiogénique sévère sont observés avec les bêtabloquants ayant un effet stabilisant de membrane. Le sotalol entraîne un allongement important de l'​espace QT avec des dysrythmies,​ extrasystoles ventriculaires et torsades de pointes. Les autres effets sont des convulsions (rares) et la dépression respiratoire en cas de défaillance cardiovasculaire.
 +
 +====Traitement====
 +
 +Le traitement comprend : 
 +
 +•       la correction du collapsus par dobutamine associée si besoin à la noradrénaline voire par adrénaline ;
 +
 +•       la correction d'un BAV par isoprotérénol,​ l'​entraînement électrosystolique n'​étant efficace que si l'​inotroisme est conservé ;
 +
 +•       le bicarbonate de sodium molaire en cas de troubles de la conduction intraventriculaire ;
 +
 +•       l'​isoprotérénol en cas de dysrythmies ventriculaires dues au sotalol.
 +
 +Le glucagon améliore la dépression myocardique en augmentant la contractilité par activation de l'​adénylate cyclase membranaire. Antidote de 2<​sup>​e</​sup>​ ligne, il est utilisé en bolus intraveineux de 5 à 10 mg puis en infusion continue de 2 à 5 mg/h. Cependant son efficacité est très inconstante.
 +
 +L'​assistance circulatoire périphérique peut être requise en cas d'​arrêt cardiaque ou d'​état de choc réfractaire.
 +
 +** **
 +
 +
 +=====Antiarythmiques de classe IV=====
 +
 +====Mécanismes de toxicité====
 +
 +Ce sont des bloqueurs des canaux calciques lents (inhibiteurs calciques). Ils diminuent l'​automatisme sinusal (bathmotrope négatif), la contractilité (inotrope négatif), et entraînent une vasodilatation artérielle. On distingue trois classes selon leurs tissus cibles préférentiels : 
 +
 +•               muscle vasculaire pour la nifédipine,​ les dihydropiridines ;
 +
 +•               tissu de conduction spécialisé pour le diltiazem et le vérapamil ;
 +
 +•               myocarde contractile pour le vérapamil.
 +
 +À doses toxiques, cette spécificité tend à disparaître.
 +
 +==== Doses toxiques====
 +
 +Elles sont environ de deux fois les doses thérapeutiques maximales journalières.
 +
 +==== Symptômes====
 +
 +Ils apparaissent rapidement dans les 2 heures suivant l'​ingestion,​ plus tardivement (4<​sup>​e</​sup>​ heure) pour les formes à libération prolongée. Les symptômes sont : un collapsus ou un état de choc (dû à une vasodilatation intense ou/et à une défaillance myocardique),​ une bradycardie,​ plus rarement un arrêt circulatoire. Les signes électrocardiographiques les plus fréquents sont une bradycardie sinusale, un BAV de tout degré, avec un rythme d'​échappement jonctionnel. L'​hyperglycémie est un signe constant au cours des intoxications graves avec une bonne valeur pronostique.
 +
 +====Traitement====
 +
 +Il comporte principalement les alphamimétiques (noradrénaline) en cas de choc vasoplégique,​ associés à des bêtamimétiques (adrénaline) en cas de défaillance cardiaque. Les sels de calcium n'ont qu'une efficacité limitée. L'​insuline euglycémique (fortes doses d'​insuline associées à la perfusion de glucose hypertonique et de potassium), considéré comme un antidote, est efficace en raison de l'​insulinopénie (blocage de la sécrétion pancréatique d'​insuline par l'​inhibiteur calcique) et de l'​insulino-résistance systémique. L'​assistance circulatoire périphérique peut être requise en cas d'​arrêt cardiaque ou d'​état de choc réfractaire.
 +
 +
 +** **
 +
 +===== Digitaliques=====
 +
 +==== Mécanismes de toxicité====
 +
 +Ils inhibent spécifiquement la Na-K ATPase membranaire,​ avec pour conséquence un effet inotrope positif et une diminution de la conduction auriculoventriculaire.
 +
 +====Doses toxiques====
 +
 +Le seul digitalique désormais commercialisé est la digoxine. Son élimination est rénale (85%), sa demi-vie plasmatique de 48 h et la durée de ses effet de 2 jours. Les intoxications sont surtout liées au surdosage chez un sujet âgé (suite à une déshydratation,​ un sepsis ou un néphrotoxique) et beaucoup plus rarement à une ingestion massive. Une dose de 5 à 10 mg en prise unique est potentiellement létale. ​
 +
 +==== Symptômes====
 +
 +Ils peuvent être : 
 +
 +•       digestifs : nausées, vomissements,​ présents dans 80 % des cas ;
 +
 +•       neurosensoriels : vision floue, scotomes, anomalies de la vision des couleurs, confusion ;
 +
 +•       cardiaques : ce sont les troubles du rythme qui font la gravité de l'​intoxication. Ils incluent bradycardie,​ BAV de tous degrés, extrasystoles ventriculaires et fibrillation ventriculaire.
 +
 +==== Critères de gravité====
 +
 +Les facteurs de mauvais pronostic sont une cardiopathie préexistante,​ une bradycardie inférieure à 40 /min, un BAV complet et une hyperkaliémie >4,5 mmol/L. La survenue de dysrythmies ventriculaires ou d'un état de choc menace immédiatement le pronostic vital. Dans l'​intoxication chronique (surdosage),​ l'​hypokaliémie favorise les dysrythmies ventriculaires.
 +
 +====Traitement====
 +
 +L'​immunothérapie par fragments Fab antidigoxine (DigiFab<​sup>​®</​sup>​) a transformé le pronostic et représente le traitement de 1<​sup>​e</​sup>​ ligne. Elle est indiquée en présence de facteurs de mauvais pronostic (dose équimolaire) ou de signes de gravité immédiate (dose semi-molaire). La dose à administrer peut être calculée en fonction des concentrations plasmatiques (en cas de surdosage) ou de la quantité ingérée (en cas d'​ingestion massive). Lorsque les fragments Fab ne sont pas disponibles,​ on peut recourir à l'​atropine en cas de bradycardie,​ la lidocaïne en cas d'​arythmies ventriculaires et éventuellement à un entraînement électrosystolique en cas de BAV.
 +
 + 
 +
 +**Points clés**
 +
 +•       Les intoxications par AAR et digitaliques sont graves en raison de la survenue rapide de troubles cardiovasculaires mettant en jeu le pronostic vital. La mortalité peut atteindre 20 %.
 +
 +•       Les AAR de la classe I (bloqueurs des canaux sodés avec effet stabilisant de membrane) induisent des chocs cardiogéniques,​ des arrêts circulatoires,​ des troubles du rythme ventriculaire,​ des troubles de la conduction ventriculaire (élargissement des complexes QRS). Le traitement comporte les sels de sodium hypertoniques en cas de bloc intraventriculaire et les catécholamines en cas de choc.
 +
 +•       Les AAR de la classe II (bêtabloquants) induisent des hypotensions,​ des bradycardies sinusales et des blocs auriculoventriculaires. Le traitement comporte les catécholamines bêtamimétiques (isoprotérénol ou dobutamine) voire le glucagon (effet inconstant).
 +
 +•       Les AAR de la classe IV (bloqueurs des canaux calciques) induisent des bradycardies et des chocs vasoplégiques ou cardiogéniques. Le traitement comporte les catécholamines alphamimétiques (noradrénaline) associés parfois aux catécholamines bêtamimétiques (adrénaline),​ les sels de calcium et l'​insuline euglcémique.
 +
 +•       Les digitaliques induisent des blocs auriculoventriculaires et des dysrythmies ventriculaires sévères. L'​hyperkaliémie est un facteur de mauvais pronostic. L'​immunothérapie par anticorps antidigitaliques est le traitement de choix.
 +
 +•       Les intoxications par cardiotropes nécessitent une prise en charge précoce, un monitorage hémodynamique et un traitement adapté en fonction des toxiques et des symptômes. En cas d'​échec du traitement médical, une assistance circulatoire périphérique est indiquée.
 +
  
sides/ref/reanimation/intoxication_par_les_cardiotropes.txt · Dernière modification: 30/04/2018 13:55 (modification externe)