Wiki-SIDES

Espace des référentiels de spécialités pour SIDES

Outils pour utilisateurs

Outils du site


sides:ref:reanimation:paludisme_grave

Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

sides:ref:reanimation:paludisme_grave [30/04/2018 13:55] (Version actuelle)
Ligne 1: Ligne 1:
 +======Paludisme grave======
 +
 +===== N° 166. Paludisme =====
 +
 +
 +  *Connaître les circonstances imposant la recherche d'un paludisme et les examens complémentaires permettant de confirmer le diagnostic et d'​évaluer le retentissement.
 +  *Connaître les critères de gravité, les principes de l'​hospitalisation.

 +  *Connaître le traitement et les principes de la surveillance d'un accès palustre.

 +  *Connaître les principes de la prévention antivectorielle et de la protection médicamenteuse.

 +  *Accéder aux sources d'​information permettant la mise en œuvre des mesures de prophylaxie adaptées. ​
 +  *Identifier les situations d'​urgence et planifier leur prise en charge.
 +
 +
 +
 +
 +
 +===== Introduction =====
 +
 +
 +Environ 4000 cas de paludisme d'​importation sont observés en France chaque année dont une petite minorité évolue vers une forme grave, potentiellement létale. Les  signes initiaux sont non spécifiques et seule l'​existence d'un voyage en zone d'​endémie permettra d'y penser en faisant pratiquer un frottis mince et une goutte épaisse. Le paludisme grave, dont les deux manifestations principales sont les troubles neurologiques et l'​insuffisance rénale aigue, est une urgence thérapeutique. L'​artésunate intraveineux doit être maintenant considéré comme le traitement de choix du paludisme grave.
 +
 +
 +
 +Le paludisme reste la première endémie tropicale dans le monde. En France, le nombre annuel de cas de paludisme d'​importation diminue régulièrement depuis une quinzaine d'​années mais se situe encore autour de 4000. Environ 90% des cas sont acquis en Afrique subsaharienne et plus de 80% sont dus à //P. Plasmodium falciparum. //Cette espèce est// //quasiment seule en cause dans les formes graves qui  représentent 6-8% des cas, parmi lesquelles la mortalité atteint 5 %. Le paludisme grave touche soit des sujets non immuns, c'​est-à-dire des voyageurs occasionnels (30%) ou plus souvent maintenant chez des migrants ayant perdu une partie de leur immunité (70%). ​
 +
 +
 +
 +===== I. Pour comprendre =====
 +
 +==== Le processus amenant aux formes graves ====
 +
 +
 +La plupart des cas de paludisme d’importation surviennent dans les deux mois suivant le retour d’une zone d’endémie et souvent dans les 15 jours. Les diagnostics les plus souvent évoqués sont : une hépatite, une gastro-entérite,​ une grippe. Il faut se rappeler qu’un paludisme grave est toujours la conséquence d’une ou de plusieurs erreurs : prophylaxie absente ou incorrecte, mauvaise interprétation des symptômes et signes, retard au traitement par artésunate ou quinine. En conséquence,​ toute maladie fébrile en retour de zone d’endémie doit faire pratiquer immédiatement un frottis et une goutte épaisse. L’atteinte neurologique,​ qui peut cependant manquer, est la marque du paludisme grave
 +
 +==== Physiopathologie du paludisme cérébral ====
 +
 +
 +Les formes matures des hématies parasitées (HP) adhèrent aux cellules endothéliales des micro vaisseaux cérébraux. Ce phénomène,​ appelé « cytoadhérence » est lié à l’interaction entre des protéines se trouvant sur l’hématie parasitée (PfEMP-1, HRP1 et HRP2, riffines, protéine CLAG) et des molécules d’adhésion exprimées à la surface des cellules endothéliales. Cette liaison permet la séquestration des HP et l’évitement du passage splénique. La cytoadhérence est responsable,​ en conjonction avec d’autres mécanismes comme l’agrégation d’hématies parasitées ou non entre elles (« rosetting »),​ ou avec des plaquettes (« clumping ») et la diminution de la déformabilité des hématies, d’une obstruction vasculaire. La séquestration des HP induit une hypoxie tissulaire et le relargage de toxines, de facteurs parasitaires. Comme dans le sepsis bactérien, des cytokines pro-inflammatoires sont produites. Il existe une relation entre le pourcentage de vaisseaux cérébraux séquestrés,​ le degré de congestion micro vasculaire et le niveau de conscience.
 +
 +===== II. Le diagnostic de paludisme =====
 +
 +
 +Une fois que l’on pense au paludisme, le principal est fait ! ​ La goute épaisse et le frottis mince permettent le diagnostic de l’espèce et la mesure de la parasitémie. Encore faut-il obtenir s’assurer du bon acheminement des tubes et obtenir le résultat dans les 2 heures. Les tests rapides, notamment la détection de l’antiginémie (HRP-2) ne sont généralement pas utiles, en tout cas dans les formes graves. Les autres examens biologiques (numération et formule sanguine, ionogramme sanguin, créatininémie,​ tests hépatiques,​ gaz du sang artériels, mesure de la lactatémie,​ tests hépatiques et tests de l’hémostase) ne seront pas détaillés ici. Ils servent à évaluer la gravité du paludisme, à orienter le malade et à prendre les mesures symptomatiques. Un point dont il faut se souvenir : les plaquettes ne sont quasiment ​ jamais normales au cours du paludisme à P. falciparum et elles sont volontiers < 50 G/L dans les formes les plus sévères.
 +
 +=====III. ​ Les signes de gravité=====
 +
 +L'​Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a défini les critères de gravité du paludisme et des experts français les ont adaptés au paludisme d'​importation. Au-delà de ces critères, dont l'​utilité n'est pas contestable,​ il convient de préciser qu'​aucun accès dû à //​P.//​ //​falciparum//​ n'​évolue vers la gravité s'il est traité dès les signes d'​accès simple, qui ne comporte que les symptômes suivants : fièvre, frissons, céphalées,​ troubles digestifs. Tout symptôme supplémentaire doit donc être considéré comme un élément d'​aggravation. Le tableau 1 indique les critères de gravité du paludisme à //​P.//​ //​falciparum//​. La présence d'un ou plus de ces signes requiert une évaluation par un réanimateur afin de débuter rapidement le traitement et d'​orienter le malade en réanimation ou, en l'​absence de détresse vitale, dans une unité de surveillance continue. Celle-ci devrait aussi accueillir, au moins pour les 24 premières heures, des malades sans signe de gravité mais dont les vomissements empêchent un traitement par voie orale.
 +
 +
 +
 +**Tableau 1  Signes de gravité du paludisme**
 +
 +|  **Critères** ​ |  **Commentaires** ​ |
 +|Défaillance neurologique |Obnubilation,​ confusion, somnolence, coma (score de Glasgow < 11)|
 +|Défaillance respiratoire|- Sans ventilation mécanique :​ PaO<​sub>​2</​sub>​ < 60 mmHg\\ ou SPO<​sub>​2</​sub><​ 90% en air ambiant ou fréquence respiratoire > 32/min\\ - Avec ventilation mécanique ou ventilation non invasive : PaO<​sub>​2</​sub>/​FiO2<​ 300 mmHg|
 +|Défaillance circulatoire |PAS* < 80 mmHg avec signes périphériques\\ Drogues vaso-actives\\ Signes périphériques d'​insuffisance circulatoire|
 +|Convulsions répétées |Au moins 2/24h|
 +|Hémorragie |Définition purement clinique|
 +|Ictère |Clinique ou bilirubine totale > 50 mol/L|
 +|Hémogobinurie microscopique |Rare|
 +|Anémie profonde |Hémoglobine < 7 g/dl, hématocrite < 20%|
 +|Hypoglycémie|Glycémie < 2,2 mmol/L|
 +|Hyperlactatémie |Toute valeur > normale|
 +|Hyperparasitémie |>​ 4%, notamment chez le non immun|
 +|Insuffisance rénale|Créatininémie > 265 mol/L ou urée sanguine\\ ​ > 17 mmol/L et diurèse < 400 ml/24 malgré réhydratation|
 +
 +
 +
 +*PAS : pression artérielle systolique
 +
 +
 +
 +Le terme de neuropaludisme doit rester la dénomination réservée aux cas de mono défaillance neurologique. Les troubles de conscience sont très fréquents, allant de la simple obnubilation au coma profond. Une surveillance très régulière de l'​état neurologique est indispensable d'​autant plus que l'​état de conscience peut s'​altérer dans les premières heures d'un traitement par quinine, en particulier quand la parasitémie initiale est élevée. Il conviendra dans ce cas de vérifier l'​absence d'​hypoglycémie. Le recours à la ventilation mécanique est envisagé quand le score de Glasgow est inférieur ou égal à 8. Le pronostic des complications neurologiques est classiquement bon mais en cas de persistance,​ il conviendra de réaliser une tomodensitométrie ou imagerie par résonnance nucléaire permettant parfois d'​identifier des lésions (œdème, ischémie ou hémorragie).
 +
 +L'​insuffisance rénale aiguë est souvent d'​abord fonctionnelle,​ par déshydratation. La nécrose tubulaire peut être isolée ou, beaucoup plus rarement s'​inscrire dans le cadre d'une défaillance multi viscérale.
 +
 +L'​insuffisance circulatoire et l'​hyperlactatémie se voient dans les formes les plus graves. Elles sont liées au paludisme lui-même et parfois à une infection bactérienne associée (pneumonie ou septicémie par translocation digestive).
 +
 +L'​œdème pulmonaire est multifactoriel :​ surcharge, œdème lésionnel spécifique au //​Plasmodium//,​ pneumonie d'​inhalation.
 +
 +À la différence de l'​enfant,​ l'​anémie initiale est rare chez l'​adulte non immun, sans anémie préexistante. L'​hémoglobine ne diminue franchement (hémolyse, insuffisance rénale) que dans les jours suivant le début de l'​accès grave. L'​hémoglobinurie est également rare. Une hémoglobinurie importante doit faire envisager un autre diagnostic (fièvre bilieuse hémoglobinurique).
 +
 +L'​hypoglycémie est souvent favorisée par la quinine. Le risque est majoré durant la grossesse.
 +
 +Une parasitémie élevée a une valeur pronostique quand elle est associée aux autres critères majeurs. Seule, elle ne fait que traduire le retard thérapeutique. L'​accentuation transitoire de la parasitémie dans les 24 heures suivant le début du traitement par quinine n'a pas de signification péjorative.
 +
 +**Dans une population d'​adultes non immuns, les critères les plus fortement associés au pronostic sont le coma, l'​acidose métabolique,​ l'​état de choc, l'​œdème pulmonaire et, à un moindre degré, l'​insuffisance rénale.**
 +
 +
 +
 +===== IV. Le traitement du paludisme grave =====
 +
 +==== Le traitement curatif ====
 +
 +
 +Le paludisme grave est une urgence médicale. Dés la confirmation du diagnostic, un traitement parasiticide doit être administré par voie veineuse. Le Haut Conseil de la Santé Publique recommande depuis 2013 l'​utilisation de l'​artésunate IV (Malacef®, flacons de 60 mg) en traitement de première intention du paludisme grave à //​Plasmodium falciparum //chez l'​adulte et chez l'​enfant de 18 mois à 15 ans<​sup>​. ​ </​sup>​Plusieurs études menées en zone d'​endémie palustre et une méta-analyse ont montré que cette molécule est plus efficace, plus facile à administrer et mieux tolérée que la quinine. La posologie est de 2,4 mg/kg à H0, H12, H24, H48 et H72. Après les 3 premiers jours, l'​artésunate sera poursuivi pour un total de 7 jours si la voie orale n'est pas disponible. Dans le cas contraire, un relais est  pris par l'une des 2 molécules suivantes :​ artéméther-luméfantrine (Riamet®) ou proguanil-atovaquone (Malarone®). Des troubles neurologiques et une anémie hémolytique retardée sont possibles d'où la nécessité d'un suivi neurologique et d'une numération et formule sanguine durant le premier mois. Un frottis-goutte épaisse doit être réalisé à J3, J7 et J28. La prescription de l'​artésunate IV fait encore l'​objet en 2014 d'une surveillance dans le cadre d'un protocole d'​utilisation thérapeutique et de recueil d'​information (PUT) disponible sur les sites de l'ANSM ou du CNR Paludisme.
 +
 +Si l'​artésunate n'est pas disponible immédiatement,​ il convient de débuter un traitement classique par quinine IV (Quinimax®),​ avec si possible relais par artésunate dans les premières 48 heures. La posologie est de 16 mg/kg en 4 heures en dose de charge puis 8 mg/kg en 8 heures 3 fois par jour soit 24 mg/kg jour en surveillant de manière étroite la glycémie et en réalisant un ECG quotidien.
 +
 +
 +
 +==== Le traitement symptomatique ====
 +
 +
 +Il comporte tous les aspects non spécifiques de la prise en charge des troubles graves de la conscience (protection des voies aériennes par intubation orotrachéale),​ de l'​insuffisance rénale (épuration extra-rénale),​ du choc septique (expansion volémique et vasopresseurs) et du syndrome de détresse respiratoire aiguë (ventilation protectrice). Deux points plus particuliers méritent des précisions : ​
 +
 +Le volume total à administrer lors de l'​expansion volémique doit tenir compte du risque important d'​aggravation pulmonaire. En cas d'​état de choc ou d'​acidose métabolique marquée, il faut rechercher et le cas échéant traiter une coïnfection bactérienne (pneumonie précoce, translocation d'​origine digestive).
 +
 +
 +
 +===== V. La prévention du paludisme=====
 +
 +
 +==== La prévention des piqures de moustique ====
 +
 +
 +Les principales mesures recommandées,​ valables d'​ailleurs aussi pour d'​autres infections notamment virales transmises par les moustiques sont : les moustiquaires imprégnés d'​insecticide,​ les diffuseurs électriques d'​insecticide,​ les moustiquaires grillagés aux fenêtres et aux portes, ​ les répulsifs cutanés et les vêtements imprégnés d'​insecticide. ​
 +
 +
 +
 +==== La chimioprophylaxie ====
 +
 +
 +Ses modalités dépendent de plusieurs critères :​ zone visité, âge, poids, comorbidités,​ grossesse, conditions et durée du séjour, intensité de la transmission. Dans la mesure où l'​épidémiologie peut varier au cours des années, il convient de se reporter aux documents officiels dont le plus pertinent est le Bulletin Epidémiologqiue Hebdomadaire publié par l'​Institut de veille sanitaire sous la rubrique « recommandations sanitaires pour les voyageurs »,​ mise à jour chaque annné. Pour les pays de la zone 3, les molécules recommandées sont la méfloquine (Lariam®), l'​association proguanil-atovaquone (Malarone®) ou la doxycycline (Doxypalu®). Les effets secondaires et contr-indications de chacun de ses molécules sont indiqués dans le document.
 +
 +
 +
 +%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%%%__%%_%%__%%%%__%%%%__%%
 +
 +===== Points clés =====
 +
 +
 +  *Le diagnostic doit être évoqué devant toute maladie fébrile pendant ou au retour de zone d'​endémie
 +  *Le résultat du frottis et de la goutte épaisse est obtenu dans les 2 heures suivant le prélèvement
 +  *Les deux principales complications sont les troubles neurologiques (paludisme cérébral) et l'​insuffisance rénale aiguë
 +  *Le traitement parasiticide est une urgence
 +  *L'​artésunate intraveineux est maintenant le traitement de 1<​sup>​ere</​sup>​ intention du paludisme grave
 +
 +
 +
 +
 +
 +
 +
 +===== Bibliographie et sites de référence =====
 +
 +
 +
 +- Prise en charge et prévention du paludisme d’importation à Plasmodium falciparum :​ recommandations pour la pratique clinique 2007 (révision de la conférence de consensus 1999). Texte long. Méd Mal Infect 2008; 38, n°2 : 68-117 (accessible http://​www.infectiologie.com/​
 +
 +- Site de l’ANSM : http:/​ansm.sante.fr
 +
 +- Site du CNR Paludisme :​ www.cnrpalu-france.org
 +
 +- Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (InVS), n°16-17, 3 juin 2014.
 +
 +
 +
 +
 +
 +
 +
 +
 +
 +
 +
 +
 +
 +
 +
 +
 +
 +
 +
 +
 +
  
sides/ref/reanimation/paludisme_grave.txt · Dernière modification: 30/04/2018 13:55 (modification externe)